Écouteurs True Wireless Les principaux écouteurs sans fil disponibles

Écouteurs True Wireless

Les principaux écouteurs sans fil disponibles

Mis à jour le : 05/12/2019 

Avec ses premiers Airpods, Apple a lancé en 2016 le mouvement des écouteurs True Wireless (« vraiment sans fil »). Depuis, de nombreux fabricants ont sorti ou renouvelé leurs propres modèles. Plusieurs modèles intégrant la technologie de réduction active de bruit sont même désormais disponibles. Voici quelques conseils pour bien choisir les vôtres et notre avis sur les principaux écouteurs True Wireless.

 

Alors que les casques audio Bluetooth ont conquis un large public, des écouteurs d’un nouveau type envahissent le marché. Eux aussi sont connectés au smartphone via une connexion sans fil Bluetooth, mais il s’agit cette fois d’écouteurs intra-auriculaires dont les deux oreillettes ne sont reliées par aucun fil. C’est pourquoi on les appelle des True Wireless (« vraiment sans fil »). La liberté de mouvement est totale. Mais une question se pose immédiatement : ces écouteurs tiennent-ils bien dans les oreilles ? Apple, qui a lancé la tendance avec ses Airpods fin 2016, a surpris sur ce point : oui, les Airpods tiennent dans les oreilles. Ce fut le cas lors de notre prise en main, et à en croire le nombre d’utilisateurs croisés dans la rue depuis quelques mois, c’est le cas pour différentes morphologies. Les autres écouteurs que nous avons essayés sont, eux aussi, plutôt rassurants. Et heureusement car mieux vaut ne pas les perdre : nouveauté oblige, les prix de ces écouteurs True Wireless sont assez élevés. Ils vont de 150 € à plus de 350 €.

Plusieurs critères les distinguent les uns des autres. Leur taille, déjà : certaines oreillettes sont grosses, voire inconfortables. Certaines sont par ailleurs conçues pour la pratique sportive, d’autres pas. Toutes sont compatibles avec les smartphones Android et les iPhone d’Apple, mais certaines sont clairement conçues pour fonctionner avec les uns ou les autres. Tous ces écouteurs sont livrés avec un boîtier intégrant une batterie, qui permet de ranger les oreillettes tout en les rechargeant. Ils permettent aussi de répondre à un appel et sont souvent compatibles avec les assistants vocaux Amazon Alexa, Google Assistant ou Apple Siri (pour, par exemple, dicter un message ou piloter la musique). Enfin, citons une dernière fonction qui peut s’avérer pratique : si vous n’arrivez plus à mettre la main sur vos écouteurs, vous pourrez les faire sonner depuis l’application, voire localiser sur une carte le dernier endroit où vous en avez été déconnectés.

Bluetooth ou NFMI

En l’absence de câble entre les deux oreillettes, celles-ci doivent communiquer entre elles sans fil. Selon les modèles, cette connexion s’effectue soit en Bluetooth, soit par un standard appelé NFMI (near field magnetic induction, ou induction magnétique de courte portée). Ce standard, jusqu’ici surtout utilisé pour les appareils auditifs, fait généralement grimper le prix des écouteurs. Il faut dire qu’il est réputé plus stable et moins énergivore que le Bluetooth. Mais il exige aussi que les deux oreillettes soient alignées et exclut donc de prêter une oreillette pour regarder une vidéo à deux (il est toutefois possible d’utiliser une seule oreillette). Les écouteurs de B&O (E8, E8 Motion) et ceux de Jabra (Elite 65t, Elite Active 65t) communiquent en NFMI. Les fabricants n’en font pas l’article, l’information est même généralement assez difficile à trouver.

Nous avons pris en main plusieurs écouteurs True Wireless qui sont aujourd’hui des références. Voici nos premières impressions.

 

Apple Airpods et Airpods 2 (179 € et 229 €)

Apple, premier de cordée

Apple a lancé ses premiers Airpods en décembre 2016 et, avec eux, démocratisé un concept : des écouteurs sans aucun fil, livrés dans un boîtier de rangement lui-même doté d’une batterie. Les deux oreillettes se rechargent ainsi dès qu’elles sont rangées dans leur boîtier, capable de fournir plusieurs chargements complets lorsque sa propre batterie est pleine. Comme le montre notre test en laboratoire des Airpods, la qualité sonore est au rendez-vous. Apple a lancé en 2019 une deuxième version, promettant notamment une meilleure qualité sonore. Surtout, ces nouveaux Airpods sont capables de comprendre la commande vocale « Dis Siri » pour déclencher l’assistant (afin de lancer un appel, par exemple). Sur la précédente version, il fallait tapoter deux fois sur les écouteurs pour lancer l’assistant (moins pratique quand on a les mains occupées). Autre nouveauté, le boîtier de chargement est désormais proposé en version sans fil (chargement par induction). Sur son site Web, Apple ne vend plus que les Airpods 2, avec un boîtier de charge sans fil (229 €) ou avec un boîtier de charge classique (179 €).

L’appairage des Airpods avec un iPhone, un iPad ou un Mac est hyper simple : il suffit d’ouvrir le boîtier pour que l’appareil les détecte. Et une fois détectés, les Airpods sont automatiquement reconnus par les autres appareils Apple connectés au même identifiant Apple ID.

À l’usage, ces Airpods s’avèrent légers et très confortables. Dommage que les commandes ne soient pas très ergonomiques et qu’elles soient par ailleurs limitées. Vous ne pourrez configurer qu’une fonction par oreillette parmi 3 disponibles : l’assistant Siri, piste suivante/piste précédente ou lecture/pause. Pratique, lorsque l’utilisateur retire une oreillette, la musique passe automatiquement sur pause, pour reprendre lorsque l’écouteur est remis en place.

Étonnamment, les Airpods tiennent bien en place dans les oreilles. Ils n’ont même pas bougé pendant nos essais en course à pied, bien qu’ils ne soient pas conçus pour le sport (ils ne sont pas étanches, ni à l’eau ni à la sueur). Par ailleurs, ils offrent une isolation passive assez faible : alors qu’ils sont placés dans les conduits auditifs, vous percevrez toujours les bruits autour de vous. C’est très pratique pour tenir une conversation sans avoir à les retirer. C’est aussi une différence notable avec les autres écouteurs True Wireless pris en main qui, eux, sont constitués d’embouts en silicone bouchant hermétiquement le conduit auditif.

Enfin, les Airpods sont compatibles avec d’autres appareils que ceux d’Apple. Un bouton placé sur le boîtier permet de les appairer manuellement, en saisissant un code de jumelage.

Airpods apple

 

Apple Airpods Pro (279 €)

Un modèle à réduction de bruit intégrée

Apple décline ses Airpods dans une version « Pro », un qualificatif qu’il applique à ses appareils haut de gamme en 2019 (iPhone 11 Pro, iPhone 11 Pro Max). Ses écouteurs sans fil adoptent le format intra-auriculaire, ils sont livrés avec trois tailles d’embouts en silicone. Par ailleurs, ils sont désormais étanches, ce qui permet de les utiliser en extérieur s’il se met à pleuvoir, et de ne pas craindre la sueur pendant une séance de sport. Notez qu’ils tiennent bien en place en toute situation.

Le boîtier des Airpods Pro peut être rechargé sans fil. La première connexion avec le smartphone est très simple, surtout s’il s’agit d’un iPhone : il suffit d’ouvrir le boîtier à proximité du téléphone pour qu’ils se reconnaissent (si vous utilisez les Airpods Pro avec un smartphone Android, vous perdrez quelques fonctions natives ; nous détaillons ce point dans notre prise en main complète des Airpods Pro). Vous bénéficierez néanmoins de l’autre grande nouveauté de ces écouteurs, à savoir la réduction active de bruit. Apple introduit en effet la technologie qui permet d’analyser les bruits extérieurs grâce à un micro et de les annuler en envoyant le signal opposé. Lorsqu’elle est de bonne qualité, comme sur le Bose QuietComfort QC35II, le Bose QuietComfort QC20 ou le Denon AHGC20EM, cette fonction est simplement époustouflante. Nous étions très curieux du résultat sur les écouteurs d’Apple. Nos tests en laboratoire permettront de mesurer précisément l’atténuation (à 500 Hz et à 3 000 Hz, notamment). Mais déjà, on peut dire que l’isolation dans un cadre bruyant est réelle. Passer du mode réduction de bruit au mode « Transparence » (qui laisse au contraire passer tous les bruits pour, par exemple, converser avec quelqu’un), permet de s’en convaincre.

Nous ne manquerons pas de mesurer également, en laboratoire, l’autonomie des Airpods Pro. Apple annonce 5 heures d’autonomie une fois les écouteurs chargés à bloc, et 24 heures au total, en profitant de la batterie intégrée au boîtier (qui recharge les écouteurs dès qu’ils y sont rangés).

→ Notre prise en main complète des Airpods Pro

Airpods pro apple

Samsung Galaxy Buds (149 €)

Parfait compagnon des smartphones Galaxy

Après ses premiers écouteurs True Wireless Samsung Gear IconX, lancés en juin 2016 dans l’indifférence générale, puis renouvelés en 2018, le coréen a fait plus de bruit en présentant les Samsung Galaxy Buds. Plus légers, plus compacts et moins chers, ils sont livrés avec trois tailles d’embouts en silicone pour s’adapter au mieux à la morphologie de l’utilisateur. Le boîtier est rechargeable sans fil (notamment grâce à la fonction « Partage d’énergie » du Samsung Galaxy S10) et assez compact pour tenir dans une poche. Connecter les Galaxy Buds à son smartphone est enfantin, particulièrement lorsqu’on l’associe à un smartphone Samsung. L’application qui permet de paramétrer les écouteurs n’est disponible que sous Android (Samsung Wear). Cette app permet d’accéder à un égaliseur pour amplifier les basses ou les aigus, et de configurer les actions déclenchées via le pavé tactile des écouteurs. Vous pouvez ainsi choisir de régler le volume en tapotant une fois l’écouteur droit ou gauche, de lancer une commande vocale (Bixby ou Google Assistant, ou bien Siri sur iOS) en tapotant deux fois et de passer en mode « son environnant » en prolongeant l’appui. Cette fonction permet de laisser passer les sons autour de l’utilisateur, et même de faire ressortir les voix. Car une fois les Buds en place dans les oreilles, les conduits auditifs de l’utilisateur sont non seulement bouchés, mais en plus les Buds « annulent » les bruits ambiants pour isoler encore plus l’utilisateur (on ne s’entend plus taper sur un clavier !). Les Buds peuvent aussi notifier oralement l’utilisateur de l’arrivée d’un message, d’un mail, un appel entrant ou vous prévenir d’une notification dans vos différentes applications (Facebook, Deezer, banque…). Dommage que la musique ne soit pas automatiquement coupée quand on retire un écouteur.     

À l’usage, les Galaxy Buds tiennent bien en place, difficile de les imaginer tomber même en pressant le pas. Ils s’avèrent confortables, mais fatiguent après plusieurs heures d’écoute (ce qui n’est de toute façon pas conseillé).  

Les Galaxy Buds sont conçus pour les smartphones de Samsung, mais ils sont aussi compatibles avec les iPhone d’Apple. En revanche, il sera impossible de personnaliser les actions via l’écran tactile, ni même d’accéder à l’égaliseur. Enfin, Samsung garantit une résistance à la sueur et aux éclaboussures (IPX2). Pas de problème, donc, pour faire du sport avec.

samsung galaxy buds

 

Xiaomi True Wireless (79 €)

La réduction de bruit à prix cassé

Xiaomi inaugure sa gamme d’écouteurs True Wireless sans dissimuler sa volonté de ressembler à Apple et à ses Airpods. Le boîtier d’un blanc immaculé loge les deux écouteurs à la verticale, écouteurs composés d’une tige qui laisse peu de doute sur la source d’inspiration du fabricant. La comparaison s’arrête là. Les Xiaomi True Wireless ne sont pas étanches ni rechargeables sans fil, et leurs finitions, bien que correctes, restent en deçà de ce que propose Apple. Ils sont aussi vendus moins cher : 80 €, c’est moins que tous les modèles que nous avons pris en main ! De surcroît, ils intègrent une fonction de réduction de bruit, censée isoler l’utilisateur dans un cocon acoustique grâce à une technologie qui « annule » les bruits extérieurs. Cette fonction ne nous a malheureusement pas du tout convaincus, ni au restaurant, ni dans les transports, ni au bureau… La différence avec ou sans la fonction activée est difficilement perceptible. Les Xiaomi True Wireless n’en sont pas moins des écouteurs sans fil confortables qui permettent de s’équiper sans se ruiner.

→ Notre prise en main complète des Xiaomi True Wireless

Xiaomi ecouteur

Sennheiser Momentum True Wireless (299 €)

La qualité, avec classe

Pour ses premiers écouteurs « vraiment sans fil », Sennheiser a misé sur le haut de gamme. Vendus 299 €, ils sont livrés dans un boîtier recouvert de tissu, rechargeable via un câble micro-USB. Les oreillettes sont esthétiquement soignées et tiennent bien en place une fois les bons embouts silicone choisis (parmi les 4 tailles livrées). Leur surface tactile métallisée est dédiée aux commandes musicales à gauche (pause, piste suivante ou précédente, volume) et, à droite, aux appels et au déclenchement de l’assistant vocal (Siri sur un iPhone, Google Assistant sur un smartphone Android). Comme le montre notre test en laboratoire, ces commandes sont ergonomiques et, une fois mémorisées, très simples à utiliser.

L’application Smart Control, disponible dans l’App Store d’Apple et dans le Google Playstore, donne accès à quelques paramétrages comme l’activation de la pause automatique quand on retire une oreillette ou la langue des menus (le français n’est d’ailleurs pas disponible à ce jour, vous devrez choisir entre anglais, allemand et mandarin).

Une fois en place, les écouteurs offrent une bonne qualité sonore et isolent presque totalement l’utilisateur des bruits qui l’entourent. Parfait pour se sentir dans un cocon, mais pas pour rester en contact avec son environnement. Une fonction baptisée « Transparent hearing » permet toutefois à l’utilisateur d’entendre ce qu’il se passe autour de lui (conversations, circulation, annonces dans les gares, etc.) sans retirer les écouteurs.

Les Sennheiser Momentum True Wireless ne sont pas prévus pour faire du sport, mais ils sont censés résister aux éclaboussures (IPX4).

sennheiser true wireless

 

Jabra Elite 65t et Jabra Elite Active 65t (179 € et 199 €)

Des écouteurs corrects à moins de 200 €

Jabra propose quatre modèles d’écouteurs True Wireless vendus entre 179 € et 350 €. Nous avons pris en main les Elite 65t (179 €) et les Elite Active 65t (199 €), les deux autres modèles étant plutôt destinés aux grands sportifs (Elite Sport, 229 €, bardé de capteurs et de fonctions spécifiques à l’entraînement) ou aux professionnels (Evolve 65t, 350 €, compatible avec Skype for business).

Les Jabra Elite 65t, également testés en laboratoire, et Elite Active 65t sont très similaires. Outre les coloris disponibles, les deux modèles ne se distinguent que par la présence d’un capteur de mouvement dans les Active 65t. Ce capteur ouvre la voie à des fonctions liées à la mesure de l’activité physique, qui sont toutefois assez limitées : les écouteurs sont capables de compter le nombre de pas pendant l’entraînement.

Les commandes destinées à changer de piste, à régler le volume ou à mettre en pause sont assez peu ergonomiques. Sur chacun des écouteurs, trois zones actives permettent d’accéder à ces réglages, mais elles ne sont pas faciles à identifier. De plus, il faut appuyer assez fortement pour déclencher l’action, ce qui enfonce désagréablement l’écouteur dans l’oreille.

Une application (Sound+, disponible sur iOS et Android) donne accès à différentes configurations d’utilisation (au bureau, dans les transports…) avec personnalisation, pour chacune, de différents paramètres : égaliseur, activation ou non de la mise en pause intelligente (quand on retire un écouteur d’une oreille), options lors des appels (entendre sa propre voix pendant les appels, par exemple), activation de la fonction « HearThrough » pour entendre ce qui se passe autour de soi (pratique au bureau ou pour ne pas rater l’embarquement à l’aéroport !). Par défaut, les Elite 65t et Elite Active 65t offrent une isolation passive assez impressionnante.

Comme tous les écouteurs True Wireless, les 65t sont livrés dans un boîtier de rangement intégrant une batterie qui offre plusieurs charges complètes. Ce boîtier se charge via un câble micro-USB (pas de recharge sans fil).

Les écouteurs Elite Active 65t respectent la norme IP56 (poussière et transpiration), ils supporteront donc largement la pratique sportive. Ce n’est pas le cas des Elite 65t, qui ne résistent pas à la sueur (ils sont garantis IP55, poussière et jets d’eau).

jabra elite 65t

 

B&O E8 2.0 (350 €)

Avec ces E8 2.0, Bang & Olufsen remporte le prix des écouteurs True Wireless les plus chers de cette sélection. Vendus 350 €, ils sont présentés dans un boîtier revêtu de cuir rechargeable sans fil (ou via un câble USB-C). Les écouteurs eux-mêmes sont sobres et relativement discrets. Ils sont livrés avec 4 tailles d’embouts en silicone et des ailettes pour garantir la bonne tenue dans le pavillon de l’oreille.

Côté usage, les commandes sont faciles à exécuter. Il suffit de tapoter une ou deux fois sur l’une des deux oreillettes pour lancer la musique, la mettre en pause ou changer de morceau. Le volume s’ajuste en maintenant le doigt sur les oreillettes (à gauche pour baisser, à droite pour augmenter). En tapotant trois fois à droite, on appelle l’assistant vocal (Siri sur iOS, Google Assistant sur Android). Enfin, un appui bref à gauche active le mode « Transparence » qui, comme sur les autres modèles, laisse traverser les sons environnants via les micros. C’est sans doute sur ce modèle que ce mode est le moins convaincant. D’abord parce que l’isolation passive est assez faible (une fois les écouteurs en place, l’utilisateur reste au contact de son entourage et des bruits environnants). Ensuite parce que la fonction semble ne faire que baisser le volume de la musique.

Les B&O E8 2.0 se mettent automatiquement en pause quand on retire l’oreillette droite, la musique reprend quand on la remet en place. Mais il n’est pas possible de désactiver cette option depuis l’application (iOS et Android). Celle-ci est assez rudimentaire et n’offre la main que sur un égaliseur et quelques profils préréglés. L’un d’eux, baptisé Workout, suggère une possible utilisation sportive bien que l’esthétique des écouteurs ne s’y prête pas forcément (ils font plus « chics » que « sport »). Ils ne sont d’ailleurs pas étanches. Les sportifs préfèreront aux E8 2.0 les E8 Motion, déclinaison des écouteurs mieux adaptée à l’activité physique tant qu’elle n’est pas trop intense. Les E8 Motion sont résistants aux éclaboussures d’eau, mais pas à la sueur.

B 0 E8 2.0

 

Sony WF-1000XM3 (250 €)

Après un premier modèle lancé dès 2017 (le WF-1000X), Sony renouvelle ses écouteurs True Wireless à réduction de bruit avec le WF-1000XM3, vendu 250 €. Eux aussi sont livrés dans un boîtier de rangement qui permet de les recharger. Avec les 3 recharges que sa batterie peut stocker, Sony promet une autonomie totale de 24 heures. Nos tests en laboratoire permettront de le vérifier. Le boîtier se recharge avec un câble (format USB-C) : contrairement aux Samsung Galaxy Earbuds ou aux Apple Airpods, les écouteurs de Sony ne peuvent pas être rechargés sans fil. Au passage, ils ne sont pas non plus étanches.

À l’usage, ils s’avèrent assez confortables à porter malgré leur relatif encombrement. Ils sont livrés avec des embouts en 3 tailles. Sur chaque écouteur, une surface tactile permet de piloter la musique, de désactiver la réduction de bruit ou de lancer l’assistant vocal intégré à votre smartphone (Siri sur les iPhone, Google Assistant sur les smartphones Android). Ainsi, en gardant le doigt posé sur l’oreillette gauche, on baisse le volume pour pouvoir tenir une conversation sans retirer les écouteurs. Une application à installer sur son smartphone, Sony Headphones, permet de personnaliser l’attribution de ces fonctions. Cette appli donne également accès à différentes informations et réglages (niveau de batterie, égaliseur, mises à jour logicielles, etc.).

Du côté de la réduction de bruit, Sony nous avait bluffés avec son casque arceau WH-1000XM3. Sur la version « écouteurs », elle est également convaincante. Isoler l’utilisateur des bruits environnants par de simples écouteurs intra-auriculaires est une prouesse technique que Sony relève brillamment. L’originalité de la fonction, ici, tient au fait qu’elle est automatique. Les écouteurs détectent votre activité (statique dans une pièce calme ou dans un environnement bruyant, marche dans la rue, etc.) et adaptent le niveau sonore et le niveau d’isolation. S’il le souhaite, l’utilisateur peut prendre la main pour modifier ces réglages via l’application.

ecouteurs wireless Sony WF-1000XM3

Camille Gruhier