Google Chromecast (vidéo) Prise en main

Google Chromecast (vidéo)

Prise en main

Publié le : 29/03/2014 

Après l’échec de ses Google TV, Google fait une nouvelle tentative pour s’installer dans nos téléviseurs. Le géant lance Chromecast, une clé HDMI qui permet de regarder sur sa télé certains contenus de son smartphone, de sa tablette tactile ou de son ordinateur. On peut ainsi partager très simplement une vidéo Youtube ou une émission en VoD (vidéo à la demande) dans l’application Pluzz, de France Télévisions. Avec cet accessoire vendu 35 €, Google brouille les frontières qui séparent Internet de la télévision, et empiète sur les plates-bandes des services proposés par les FAI dans leurs box. Encore embryonnaire, la fonction ne demande qu’à se développer pour devenir intéressante aux yeux des consommateurs. Mais Google ne perd évidemment pas de vue son objectif principal : mieux connaître nos habitudes pour vendre de la publicité ciblée aux annonceurs. Décryptage et premières impressions en vidéo.

 

Google Chromecast, c’est quoi ?

Chromecast est une clé HDMI à connecter sur n’importe quel téléviseur disposant de cette connectique. Cela suppose une TV relativement récente, mais pas forcément dernier cri. Un port USB doit également être disponible pour alimenter l’accessoire. Chromecast permet de diffuser sans fil, sur le téléviseur, certains contenus de son smartphone, de sa tablette ou de son ordinateur pour profiter d’un écran plus confortable.

 

Quels sont les appareils compatibles ?

Les smartphones et les tablettes tactiles sous Android, mais aussi sous iOS (iPhone et iPad). La fonction est également disponible pour les ordinateurs (Chromebook, PC sous Windows, Mac), mais pas exactement pour les mêmes contenus.

 

Quels contenus peut-on « caster » ?

Chromecast s’intègre à l’intérieur même des applications disponibles dans les boutiques en ligne (Google Playstore ou App Store). Pour l’instant, seules des applications de Google, à savoir Youtube, Google Play Films, Google Music, et quelques applications tierces, parfois payantes, sont compatibles. France Télévisions a intégré la fonction à son application Pluzz (vidéo à la demande), CanalPlay sera compatible dans quelques jours, et l’appli SFR TV l’est déjà.

L’offre est donc encore assez limitée, mais tous les développeurs d’applications sont libres d’intégrer la fonction. Google a mis à leur disposition une boîte à outils pour le faire. Ils seraient 3 000 à s’être déjà montrés intéressés.

Depuis un ordinateur, on peut par ailleurs caster le contenu multimédia d’une page Internet ouverte dans le navigateur Chrome.

 

Chromecast, à la croisée des services…

Chromecast brouille les frontières entre Internet et télévision. La fonction déporte sur un téléviseur du contenu provenant d’Internet par l’intermédiaire des applications mobiles (le contenu est piloté depuis le smartphone mais provient directement d’Internet, via la clé). Elle vient donc jouer sur les plates-bandes des FAI et de leur box, comme sur celles des téléviseurs connectés, et peut potentiellement concurrencer les services disponibles sur ces plateformes. La VoD (vidéo à la demande) est un bon exemple, c’est même le nerf de la guerre. L’arrivée en France de Netflix, prévue pour l’automne, va bousculer le marché. Ce service de streaming vidéo, qui permet de regarder des films et des séries en illimité, fait un véritable carton aux États-Unis (l’abonnement mensuel est de 8 dollars). Outre Atlantique, Netflix est déjà compatible avec Chromecast, il le sera sans aucun doute en France dès son lancement. De quoi faire trembler tous les kiosques VoD accessibles depuis une box…

 

Les autres solutions pour regarder du contenu de son smartphone sur grand écran

AirPlay. Apple propose depuis des années sa technologie AirPlay, qui permet de diffuser les vidéos, la musique ou les photos stockées dans son iPhone, son iPad ou son Mac sur un équipement compatible (téléviseur connecté à un boîtier Apple TV ou à une Freebox, par exemple). Le protocole est ouvert aux applications tierces, les abonnés au service de streaming musical Spotify peuvent par exemple lancer la musique sur des enceintes compatibles AirPlay.

Miracast. Il s’agit d’une technologie basée sur le Wi-Fi qui permet de reproduire l’écran de son smartphone, de sa tablette ou de son ordinateur sur un téléviseur. Si ce dernier n’est pas compatible, on peut connecter une clé Miracast sur un port HDMI. À la différence de Chromecast, Miracast est une technologie de « mirroring » : elle reproduit l’écran du smartphone, mais ne permet pas de lancer un film sur la télévision et d’utiliser son smartphone pour faire autre chose simultanément.

DLNA. Il s’agit cette fois d’un standard d’opérabilité adopté par de très nombreux constructeurs de smartphones, d’ordinateurs, de tablettes, de téléviseurs qui permet aux appareils de « dialoguer », quelle que soit leur marque,  pour jouer du contenu multimédia. Il se limite aux photos, aux vidéos et au son.

 

Chromecast, la solution pour oublier l’échec Google TV ?

Chromecast n’est pas la première tentative d’intrusion de Google dans les téléviseurs. Il y a quelques années, le géant lançait le projet Google TV, une plateforme Android qui donnait accès à l’univers de Google, notamment à sa boutique d’applis Google Playstore, en connectant un boîtier à son téléviseur. Trop compliqué, trop instable, comme nous l’avions nous-mêmes constaté lors d’un test, le projet n’a jamais décollé.

 

L’acheter ou pas ?

Google va tenter de séduire les consommateurs avec son Chromecast grâce à son prix très attractif, 35 €, qui ne représente pas un gros engagement. Pour l’instant, les applications compatibles sont très limitées, mais la seule présence de Youtube constitue un intérêt. Les amateurs de nouvelles technologies apprécieront. Pour les autres, la clé constitue un premier pas vers les services en ligne pour les personnes qui n’ont ni box, ni téléviseur connecté. Mais qui possèdent un smartphone ou une tablette tactile. Un profil de consommateur qui ne court pas forcément les rues.