Smartphone, tablette, ordinateur Nos conseils pour réduire l’impact environnemental

Smartphone, tablette, ordinateur

Nos conseils pour réduire l’impact environnemental

Smartphones, tablettes tactiles, téléviseurs, ordinateurs... L'usage de plus en plus développé de produits high-tech au sein de nos foyers a un fort impact, tant humain qu'environnemental. Adapter son équipement à ses besoins est essentiel pour limiter cet impact. Au quotidien, de petits gestes permettent de réduire sa consommation électrique. En fin de vie, le recyclage est la meilleure des options. Nos conseils.

 

Avant d’acheter : Mieux réfléchir à ses usages

Smartphones, tablettes tactiles et ordinateurs sont composés de nombreux matériaux à l’origine de conflits désastreux aux plans humain et environnemental. En réfléchissant mieux aux appareils dont il a réellement besoin, le consommateur peut réduire ses achats et influencer les fabricants.

Évaluez vos besoins

Avant d’acheter, évaluez vos besoins au plus juste de manière à ne pas vous suréquiper, mais à ne pas vous sous-équiper non plus (auquel cas les limites de l’appareil vous obligeront vite à en changer). Cette démarche contraint à passer du temps à s’informer (puissance du processeur adaptée à vos usages, par exemple), mais permet de faire des choix raisonnables. Sachez, par ailleurs, que plusieurs labels, publics ou privés, soulignent les produits plus écologiques que la moyenne tout au long de leur cycle de vie. 

Vous trouverez ainsi l’Ecolabel européen sur les téléviseurs (et d’autres produits de la vie courante), le logo Energy Star sur des ordinateurs, des écrans, des scanners, des imprimantes… La certification TCO, décernée par l’entreprise suédoise TCO Development, est également associée à des produits high-tech.

Labels Energy Star, Ecolabel, TCO

Regardez la disponibilité des pièces détachées

Depuis 2015, les distributeurs doivent afficher la durée de disponibilité des pièces détachées. Bien qu’elle ait du mal à s’installer dans les rayons, cette mesure va dans le bon sens pour lutter contre l’obsolescence programmée. Cherchez l’info ! Mais sachez que vous ne la trouverez jamais pour les batteries de smartphones, qui ne sont, hélas, plus amovibles sur la plupart des modèles. 

Achetez d’occasion

Vous cherchez un smartphone, un ordinateur, une tablette, ou même un casque audio ? Pensez à l’occasion ! Un récent sondage réalisé par Que Choisir révèle que près de 40 % d’entre vous pourraient passer à l’occasion pour leur prochain smartphone. Entre les acteurs de l’économie sociale et solidaire (Emmaüs, Envie, etc.), les sites d’annonces entre particuliers (où il faut toutefois se montrer prudent) et les professionnels du reconditionnement, l’offre s’enrichit. À titre d’exemple, nous avons déniché sur la « bootique » (les ateliers-du-bocage, l’e-shop d’Emmaüs) un iPhone 4S 16 Go à 85 €, un Huawei Honor 5X à 139 € ou un PC Lenovo ThinkPad T430S (Intel Core i7, 4 Go de RAM, 320 Go de stockage) à 335 €. Le marché de la location de produits électroniques ou multimédias se développe également. 

Soutenez les biens durables

À contre-courant de l’obsolescence programmée, plusieurs initiatives voient le jour autour des biens durables. Après des années de fantasmes autour du smartphone modulaire, seule l’aventure Fairphone (voir photo ci-dessous) se poursuit (Google, LG et les autres ont abandonné leurs projets). Ce smartphone n’est ni le plus beau ni le plus perfectionné, mais il est composé de matériaux « propres » (la chaîne d’approvisionnement est contrôlée, autant que faire se peut, jusqu’à l’extraction des matières) et conçu pour durer. Il avait obtenu, en outre, des résultats corrects lors de nos tests en laboratoire.

Fairphone 2
Le Fairphone 2 est modulaire : en cas de panne ou de casse, il est possible de changer facilement le micro pour 25 € (photo), l’appareil photo (45 €), le châssis central (11,85 €) ou encore la batterie (20 €).

D’autres produits sont dans les cartons. Ainsi, « Impro », une imprimante démontable (photo ci-dessous), écologique et réparable imaginée par Paul Morin, un jeune entrepreneur, est équipée de réservoirs d’encre rechargeables. Son idée : réduire les déchets générés par les 190 millions de cartouches d’encre consommées chaque année en Europe.

L’imprimante démontable Impro
L’imprimante démontable Impro est un prototype, mais son créateur a bon espoir de la commercialiser.

 

“ Éveiller les consciences des consommateurs, des fabricants, des designers et des distributeurs pour encourager à réduire les déchets. ”

WEEE Man

WEEE Man, de l’artiste britannique Paul Bonomini. Des souris d’ordinateur en guise de dents, des antennes paraboliques pour les yeux, et des moniteurs d’ordinateurs pour cerveau… Cette structure de 3,3 tonnes et 7 mètres de haut est entièrement constituée de déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). Elle représente la quantité moyenne d’équipements électroniques que chacun jette au cours de sa vie. 

 

À l’usage… Quelques efforts

Des petits gestes réduisent la consommation électrique et les transferts de fichiers, énergivores. Il ne s’agit pas de se priver du cloud ou du streaming, mais de prendre conscience qu’ils ont un impact.

Éteignez l’ordinateur

Si vous ne comptez pas utiliser votre ordinateur dans les deux ou trois heures qui suivent, éteignez-le. L’énergie nécessaire pour le rallumer est négligeable par rapport à sa consommation en veille. Si vous utilisez un PC de bureau, éteignez aussi l’écran (qui représente à lui seul 20 % de la consommation électrique). 

Éteignez votre box et son boîtier TV 

Allumés 24 h sur 24, une box ADSL et le boîtier TV associé consomment de 150 à 300 kWh par an soit, selon GreenIT.fr, la consommation annuelle de 5 à 10 ordinateurs portables 15 pouces utilisés 8 h par jour. En désactivant le Wi-Fi, vous réduirez la consommation de 20 % en moyenne. Et en éteignant la box le soir, vous économiserez facilement 65 à 130 kWh, soit 8 à 16 € par an. 

Limitez le cloud

Les services de cloud, qui permettent de stocker e-mails, photos, musique… sur Internet, supposent à chaque consultation des transferts de données entre des serveurs et nos appareils. Transporter une donnée sur Internet consommerait deux fois plus d’énergie que de la stocker pendant un an. Favorisez le stockage local ! Cela s’applique aussi aux services de streaming musical (Deezer, Spotify) et vidéo (Canalplay, Netflix), dont le mode « hors connexion » permet de télécharger les contenus sur son smartphone ou son ordinateur.

TV : privilégiez la TNT 

Avec les offres triple play, la télévision est diffusée par Internet. La vidéo en ligne représente plus de 60 % du trafic du Web. Regarder une émission en streaming HD via une box ADSL émettrait autant de gaz à effet de serre que de fabriquer, transporter et lire un DVD. La TNT (télévision numérique terrestre) est moins gourmande. Un bon bouquin… encore moins.

Le saviez-vous ?

Orange investit dans l’eco-conception de ses box Internet. Pour la planète, mais surtout pour réduire ses coûts ! Entre la Livebox 3 (2013) et la Livebox 4 (2016), l’opérateur a, par exemple, modifié l’emballage et ainsi optimisé les coûts de transport (136 décodeurs par palette au lieu de 85). Il a aussi réduit leur temps de démontage (40 min contre 1 h 40). Orange réfléchit aussi à une box modulable. Mais « les impératifs commerciaux, par exemple les prévisions de vente à l’approche d’une coupe du monde de foot, ont parfois raison de la bonne volonté », admet Marc Vautier, responsable de l’ecoconception.

 

En fin de vie… Pensez au recyclage

Moins de la moitié des appareils en panne sont réparés (Ademe, 2007). Il faut dire que, souvent, acheter un appareil neuf coûte à peine plus cher. S’ils n’ont plus de valeur à vos yeux, recyclez-les ! 

Faites jouer la garantie 

Que vous achetiez un lave-linge ou un smartphone, une garantie légale de conformité s’applique automatiquement, pendant 2 ans pour les produits neufs et 6 mois pour ceux d’occasion. Tout défaut qui apparaît pendant ce délai doit être considéré comme ayant existé avant la livraison. Et si le vendeur conteste, c’est à lui d’en apporter la preuve. Le produit doit être remplacé ou remboursé. 

Vendez votre vieux ­smartphone

La collecte de téléphones portables usagés est largement insuffisante face au gisement disponible. Actuellement, seuls 15 % des appareils mis sur le marché sont collectés en fin de vie et 100 millions de téléphones dorment au fond de nos tiroirs. 

Si vous avez un téléphone encore en bon état, vendez-le vous-même sur Leboncoin (après l’avoir réinitialisé pour effacer toutes vos données personnelles) ou sur des sites de reprise comme Love2Recycle ou Backmarket. Certains sites comme Volpy proposent aussi un échange. Vous pouvez également donner votre appareil à une association (Emmaüs, Envie) qui participe activement à la collecte et au traitement des DEEE.

Que faire des EEE usagés ?

Si votre équipement n’a plus de valeur à vos yeux, rapportez-le chez un vendeur. Tous les distributeurs disposant d’une surface de vente de plus de 400 m2 dédiée aux EEE ont l’obligation de mettre à ­disposition des meubles de collecte sans obligation d’achat d’un équipement neuf. C’est le principe du « 1 pour 0 ». Pour votre frigo ou votre micro-ondes, le « 1 pour 1 » s’applique : reprise en échange d’un appareil neuf. Vous pourrez y déposer vos smartphones, mais aussi vos souris de PC, vos cafetières ou vos sèche-cheveux. 

Pour aller plus loin

  • L’Ademe a récemment publié un guide pratique baptisé « Les éco-gestes informatiques au quotidien », de Bela Loto Hiffler (298 pages, 10 €).  
  • > Vous et votre smartphone, sondage réalisé par l’Observatoire de la consommation de l’UFC-Que Choisir, février 2018.