Nouveaux compteurs électriques

Nouvelles critiques

Publié le : 13/11/2010 

Après « Que Choisir », qui dénonçait en septembre le scandale des nouveaux compteurs électriques Linky en cours d’expérimentation, c’est l’Ademe, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, qui exprime de sérieux doutes sur leur efficacité.

 

« Scandales en vue », titrait « Que Choisir » en septembre dernier (lire notre enquête) à propos des nouveaux compteurs électriques Linky d’ERDF que le gouvernement veut imposer. Officiellement, il s’agit de remplacer les modèles actuels par des compteurs communicants qui doivent permettre aux consommateurs de suivre leur consommation électrique en temps réel afin de mieux la maîtriser et de réaliser des économies d’énergie. Si l’objectif est louable, la réalité est malheureusement bien différente. Car ERDF installe les compteurs en lieu et place des anciens, c’est-à-dire en dehors des pièces habitables, dans des endroits inaccessibles au quotidien dans une majorité de logements, ce qui rend impossible le suivi de sa consommation. L’aide à la maîtrise de l’énergie est donc un leurre : ces nouveaux compteurs qui, selon les estimations, vont coûter entre 4 et 9 milliards d’euros aux abonnés ne leur offrent aucun avantage déterminant. Les seuls grands gagnants, ce sont les fournisseurs d’énergie, qui vont pouvoir adapter leurs offres tarifaires, facturer au prix fort les périodes de forte consommation et faire payer le suivi de la consommation en option !

Dans une note confidentielle citée par l’AFP le 9 novembre, l’Ademe dénonce à son tour les graves insuffisances de ces compteurs. « Tout seul, le compteur Linky ne fait pas faire des économies d’énergie », confirme Jean-Louis Bal, le directeur des énergies renouvelables à l’Ademe. Pour avoir un impact sur les économies d’énergie, il doit au moins disposer d’un affichage pédagogique en temps réel de la consommation d’électricité, ce qui n’est pas le cas, assène l’Ademe qui demande que les consommateurs bénéficient de cet affichage sans avoir à payer de supplément.

Se posant comme ardent défenseur des intérêts d’ERDF et ignorant les multiples réserves exprimées sur ces nouveaux compteurs en cours d’expérimentation, le ministre de l’Écologie a néanmoins signé un arrêté qui impose leur généralisation par étapes à partir du 1er janvier 2012. Il est grand temps de revenir sur cette obligation.

Élisabeth Chesnais

echesnais@quechoisir.org