Tropicana Le passage au plastique est-il vraiment un scandale ?

Tropicana

Le passage au plastique est-il vraiment un scandale ?

Publié le : 07/07/2019 

Les nouvelles bouteilles en plastique transparent des jus de fruits Tropicana ne passent pas. Les réseaux sociaux se déchaînent, des appels au boycott de la marque circulent. La brique alimentaire se voit subitement parée de toutes les vertus. À tort ou à raison ?

 

Renoncer au pack en carton relève du crime de lèse-majesté, à en croire les réseaux sociaux. Les critiques y sont virulentes, relayées par des appels au boycott et des pétitions. Sur le fond, le message est toujours le même : passer du pack en carton au plastique est scandaleux, à contresens de tout ce qu’on doit faire pour l’environnement et la santé.

S’il s’agissait vraiment de passer du carton au plastique, Que Choisir applaudirait des deux mains. Mais la réalité est nettement moins simpliste.

Ce pack en carton, c’est en réalité une brique alimentaire multi-matériaux. Elle se compose certes de carton (à 71 % en général) mais aussi de plastique à 23 % et d’aluminium à 5 %. Le carton assure la rigidité, le plastique l’étanchéité. Quant à l’aluminium, il permet la conservation du liquide alimentaire dans les meilleures conditions.

Ce qu’il faut comparer, ce n’est donc pas le carton au plastique, mais l’emballage multi-matériaux au PET clair des nouvelles bouteilles.

D’un côté, le PET transparent est 100 % recyclable. C’est le plastique qui se recycle le mieux, à l’inverse du PET opaque, celui de nombreuses bouteilles de lait, qui ne se recycle pas. Un vrai scandale, qui pourtant n’émeut pas autant les foules ! Pour le PET transparent, il suffit de mettre les bouteilles (eau, jus de fruits notamment) dans le bac de tri pour qu’elles soient recyclées. Les centres de tri et les recycleurs sont en effet demandeurs : c’est le plastique qui rapporte le plus.

De l’autre, la brique Tropicana. Elle est multi-matériaux, ce qui complique le recyclage. Il faut avant tout séparer les différentes couches, puis les envoyer dans leur filière. Si le carton est recyclé, le plastique et l’aluminium partent, sauf exception, en incinération. Ce qui n’a rien de vertueux, c’est le moins qu’on puisse dire !

S’il fallait faire un reproche à Tropicana, ce serait plutôt sur son tour de passe-passe financier. La bouteille passe de 1 l à seulement 90 cl, alors que son prix a plutôt augmenté que baissé !

La bouteille en verre a presque tout bon

On ne la trouve plus en rayon, mais la bouteille en verre présente bien des atouts face au plastique et au carton multi-matériaux. Le verre est en effet le seul matériau qui se recycle à l’infini. Il présente en outre l’énorme avantage d’être inerte, sans risque de migration. Son inconvénient majeur est son poids, qui plombe son bilan environnemental en cas de transport sur longues distances. Mais réintroduire la consigne en instaurant des circuits plus courts serait un choix pertinent.

Élisabeth Chesnais

Contacter l’auteur(e)