Assurance emprunteur - Pour la mobilité et le choix

Assurance emprunteur - Pour la mobilité et le choix

Après plus d’une décennie de combats politiques et juridiques, l’UFC-Que Choisir a fait sauter le verrou bancaire sur l’assurance emprunteur en couverture des crédits immobiliers. Les consommateurs peuvent désormais choisir librement leur contrat et ainsi économiser plusieurs milliers d’euros. L’association s’emploie maintenant à rendre effectifs de nouveaux droits.

Ce qu'il faut savoir

Les consommateurs dépensent chaque année 9 milliards d’euros de cotisations d’assurance emprunteur. Généralement imposée par la banque lors de la souscription d’un crédit, cette garantie prend en charge tout ou partie des échéances de remboursement en cas de sinistre (décès, perte totale et irréversible d’autonomie, invalidité permanente ou encore, dans certains cas, perte d’emploi).

Un tel écueil s’explique par le peu de temps consacré, dans le processus de souscription d’un crédit immobilier, à la présentation de son coût et de son étendue. Pourtant, les conséquences financières de la non-prise en charge d’un sinistre peuvent être lourdes.

Dans ces conditions, comment s’étonner que les contrats d’assurance emprunteur constituent des produits extrêmement lucratifs pour les prêteurs ? Ainsi, sur 100 € de primes payés en couverture d’un crédit immobilier, 68 € sont conservés par le bancassureur et seulement 32 € sont reversés en moyenne aux assurés. Une telle marge est 2 fois supérieure à l’assurance habitation, et même 3 fois plus élevée que l’assurance automobile !

 

Ce que nous demandons

  • Pour garantir une adhésion éclairée aux contrats d’assurance emprunteur :
    • l’introduction d’un temps dédié à la souscription du contrat d’assurance emprunteur, distinct de la négociation du crédit ;
    • l’amélioration de la lisibilité des offres, notamment en exprimant les prix sur des durées de remboursement pertinentes et en supprimant les mentions équivoques présentes au sein des fiches standardisées d’information.
       
  • Pour rendre effective la concurrence :
    • la mise à disposition aisément accessible des tarifs et des garanties des contrats d’assurance ;
    • l’instauration d’une obligation d’information annuelle sur l’existence du droit à la substitution des contrats, dans un délai encadré ;
    • l’introduction d’une acceptation tacite du contrat alternatif dès lors que le professionnel ne répond pas dans les délais réglementaires ;
    • l’instauration de sanctions dissuasives pour les professionnels manquant à leurs obligations.
       

Une image contenant personne, homme, tenant, debout

Description générée automatiquement

Voir aussi

CONNEXION

Erreur

Comment retrouver votre numéro d’abonné ?

Votre numéro d’abonné se trouve sur le film transparent d’expédition de votre mensuel et dans nos courriers.

Je n’ai pas de compte, je souhaite m’abonner.