Casques audio

Compatibilité avec les smartphones, réduction de bruit et haute résolution audio

Publié le : 21/12/2015 

Compatibilité des casques selon le système d’exploitation des smartphones, casques avec réduction active de bruit, casques compatibles avec la haute résolution audio… Décryptage de quelques caractéristiques à prendre en compte au moment de choisir un casque.

 

 

Test Que Choisir : Comparatif Casques audio

Compatibilité iOS/Android

 

Image

De nombreux utilisateurs écoutent désormais de la musique depuis leur smartphone, qu’elle y soit stockée ou diffusée en streaming depuis des services comme Deezer, Qobuz ou Spotify. Les fabricants proposent donc de plus en plus de casques intégrant un micro pour répondre aux appels. Ce micro, comme le bouton « décrocher » et les commandes de contrôle de la musique, sont généralement situés sur une petite télécommande greffée au câble jack. Méfiez-vous, ces casques ne sont pas toujours compatibles avec tous les smartphones : ils sont souvent certifiés iOS (iPhone) ou Android (Samsung). Le son passera dans tous les cas, vous pourrez a priori changer de piste et accepter un appel, mais pas augmenter le volume (ni pour la musique ni pour les conversations). Le problème ne se pose pas pour les casques sans fil, qui communiquent avec le smartphone via le protocole standardisé Bluetooth. Pour les casques filaires, l’idéal est d’opter pour un modèle dont le câble est amovible. Si vous changez de smartphone, il suffira de changer de câble. Notez que certains fabricants livrent deux câbles (avec et sans télécommande), ou proposent des télécommandes sans contrôle du volume (à l’origine du problème). Et sachez que les casques pour mobiles Samsung ont toutes les chances de fonctionner correctement avec les smartphones Android récents, et probablement aussi avec les Windows Phone. Mais les fabricants ne peuvent pas le certifier.

 

Réduction active de bruit

 

Image
Casque Bose QuietComfort 25

Au moment de choisir un casque, la notion d’isolation acoustique est importante. Certains utilisateurs n’aiment pas se sentir coupés du monde mais pour d’autres, cet isolement est très confortable. Les casques externes, notamment les modèles circum, procurent une réduction du bruit ambiant qu’on qualifie de « passive », inhérente à leur forme. Casque sur la tête, l’utilisateur entend les bruits extérieurs, mais de manière très atténuée. Pour accentuer l’isolation, plusieurs modèles intègrent une technologie de réduction de bruit dite « active ». Un micro capte le bruit ambiant, un processeur l’analyse et l’annule en renvoyant un signal exactement opposé. Cette technologie est parfois assez impressionnante, notamment sur le Bose QuietComfort 25 (notre meilleur choix sur ce critère). Le casque avec réducteur de bruit crée un véritable cocon acoustique, très agréable notamment dans les transports. Cette fonction (désactivable) élève le niveau de prix du casque et exige une alimentation électrique (pile ou batterie rechargeable). Mais elle permet de diminuer le volume sonore, pour le plus grand bien de vos oreilles.

 

Des casques haute résolution, vraiment ?

 

Image

Plusieurs fabricants présentent leurs casques comme compatibles avec la haute résolution audio ou « Hi Res Audio » (HRA). Contrairement à l’UHD (Ultra Haute Définition) ou à la 4K dans l’univers de la vidéo, la HRA ne répond à aucun format standardisé précis. Il s’agit d’une initiative de Sony pour définir un son de bonne qualité, supérieure en tout cas à celle d’un CD. Une fois la musique enregistrée par les musiciens en studio, l’opération de conversion du signal de l’analogique vers le numérique doit conserver un maximum d’informations au sein d’un fichier qui devra ensuite être compressé sans perte. Les fichiers « lossless » obtenus (Flac, Alac, etc.) sont plus lourds et de bien meilleure qualité que les MP3. Lorsque l’utilisateur écoute la musique sur une enceinte ou dans un casque audio, le signal est converti à nouveau, du numérique vers l’analogique cette fois, par un convertisseur intégré à l’appareil de lecture (enceinte sans fil, smartphone, ampli, etc.). Si ce dernier est médiocre, le fichier HRA est détérioré et tous les efforts déployés pour obtenir un son de qualité sont réduits à néant. Qualifier une enceinte ou un smartphone de « Hi Res Audio » a donc du sens : leur convertisseur respecte a priori le signal pour transmettre un son haute définition. Certifier un casque est moins probant. Les fabricants expliquent que les modèles HRA sont constitués de matériaux de très haute qualité (membrane ultrafine, etc.) qui respectent le signal analogique haute définition reçu. De fait, pour percevoir une différence de qualité sonore entre un MP3 (42 kHz 16 bits) et un fichier de haute qualité (96 kHz 24 bits), un casque très performant est nécessaire. Une bonne oreille aussi (la plupart d’entre nous resteraient sans doute confus). Le logo Hi Res Audio, de surcroît, est une autocertification (sans garantie, donc). À moins d’être un audiophile averti, n’attachez aucune importance à ce label lors du choix de votre casque.

 

Une berceuse pour s’endormir

Un sondage Ipsos réalisé dans le cadre de la Semaine du son (octobre 2015) révèle d’inquiétantes habitudes : près d’un enfant sur 10 entre 0 et 2 ans s’endormirait dans son lit avec un casque sur les oreilles. Attention, écouter de la musique avec un casque de manière prolongée présente un risque pour l’audition à tous les âges. Même si la réglementation française est relativement stricte (pression acoustique limitée à 100 dB, tension de sortie à la prise casque limitée à 150 mV), limitez le volume et faites régulièrement des pauses. Le ministère de la Santé recommande 30 minutes de pause toutes les 2 heures d’écoute ou 10 minutes toutes les 45 minutes. Sachez par ailleurs qu’il existe des casques pour enfants dont le volume sonore ne peut dépasser 85 dB. Autre solution, moins chère et normalement sans risques pour les oreilles des petits : fredonner une berceuse !

 

 

→ Test Que Choisir : Comparatif Casques audio

Camille Gruhier