Chute de cheveux

Pourquoi les cheveux tombent-ils ?

Publié le : 24/01/2014 

L’alopécie (calvitie) concerne aussi bien les hommes que les femmes, même si elle est plus discrète chez ces dernières. Plusieurs causes peuvent l’expliquer.

 

L’alopécie androgénétique est la plus courante. Son nom évoque les deux coupables de son apparition, les androgènes (hormones mâles) et la génétique (la calvitie guette davantage ceux dont les ancêtres étaient chauves). Elle apparaît fréquemment chez les hommes avec l’âge mais existe aussi chez les femmes car les hormones mâles sont présentes en petites quantités dans l’organisme féminin.

Les chutes saisonnières sont également répandues, en particulier pendant les quelques semaines à cheval sur la fin de l’été et le début de l’automne, mais aussi au printemps.

Un problème de santé peut aussi être en cause, notamment une hypo ou hyperthyroïdie, ou une carence importante en certains minéraux ou vitamines. « La carence en fer vraie induit une chute de cheveux, c’est certain. Mais pour une déficience plus modérée, les données sont contradictoires, précise le docteur Pascal Reygagne, dermatologue au centre Sabouraud, unité spécialisée dans les pathologies des cheveux, située à l’hôpital Saint-Louis à Paris. Si le taux est inférieur à 30 µg/l, on peut tenter une supplémentation. D’autres carences, par exemple en certaines vitamines B, peuvent induire une chute mais elles existent rarement dans nos contrées, sauf en cas de régime très déséquilibré ». Quant à la teigne (due à un champignon), la pelade (maladie auto-immune) ou la trichotillomanie (tic qui consiste à s’arracher les cheveux), elles conduisent à des alopécies en plaques.

Il existe également des chutes réactionnelles, après un accouchement, l’arrêt de la pilule, une intervention chirurgicale, une très forte fièvre, un choc émotionnel ou certains traitements médicamenteux (anticancéreux, immunomodulateurs, antithyroïdiens de synthèse, etc.).

Fabienne Maleysson

Contacter l’auteur(e)

Gaëlle Landry

Rédactrice technique