Chauffage

Votre mode de chauffage, nos conseils

Publié le : 19/10/2012 

Faut-il changer d'énergie ? Nos conseils pour faire des économies d'énergie en fonction de votre mode de chauffage actuel.

 

Vous êtes chauffé au gaz naturel ?

Restez-y, malgré ses hausses de tarif récurrentes, c’est l’énergie la moins chère.

• Si votre chaudière est hors d’âge, 20 ans ou plus, investissez d’urgence dans une neuve.

• Si elle a moins de 15 ans, ­investissez dans la régulation et la programmation, c’est une mine d’économies.

Si les combles sont peu ou pas isolés, faites les travaux sans ­lésiner sur l’épaisseur : 30 cm d’isolant posé en deux couches croisées, ou du vrac soufflé s’il y a des recoins.

Vous êtes chauffé au fioul ?

Chaudière fioul De Dietrich - Doc. De Dietrich
Optez pour une chaudière au fioul avec régulation et programmation.
• Si la chaudière est ancienne, informez-vous sur une ­éventuelle extension du réseau de gaz naturel à votre commune ou votre quartier avant d’opter pour une nouvelle chaudière fioul ; c’est l’occasion idéale pour franchir le pas du raccordement et changer d’énergie.

• Sinon, pensez au chauffage au bois. Mais pour conserver le confort du chauffage central, il faut taper dans le haut de gamme qui ne demande ni ­manutention ni entretien régulier, c’est-à-dire la chaudière ­automatique à granulés. Propre et à haut rendement, elle a en revanche un énorme défaut : elle coûte très cher. Stockage des granulés compris, il faut compter 17 000 €. C’était jouable avec un crédit d’impôt de 50 %. Depuis qu’il est tombé à 15 %, il faut des conditions bien ­particulières pour la rentabiliser. D’une part, des besoins élevés ; d’autre part, une filière bois ­locale bien structurée pour ­disposer de granulés de qualité à prix raisonnable. Renseignez-vous auprès de l’Espace Info Énergie de votre département.

• Faute de desserte en gaz et si la chaudière bois n’est pas adaptée à votre habitation, ­modernisez votre installation fioul au maximum pour réduire votre consommation, avec régulation et programmation. Sans oublier l’isolation des combles !

Vous êtes chauffé au propane ?

Le réseau de gaz naturel s’étend, GRDF dessert 578 communes supplémentaires depuis 2004, et il y a quelques opérateurs ­locaux. Informez-vous, votre commune a pu être raccordée. Si votre logement n’est pas trop éloigné du réseau, demandez le raccordement et faites modifier votre chaudière. Il suffit qu’une grosse entreprise, industrielle ou tertiaire, ait trouvé sa facture de fioul trop élevée pour que le maire ait fait les démarches ­nécessaires. Dans une localité déjà raccordée en partie, le ­réseau a pu être étendu à votre quartier si l’habitat s’y est ­densifié entre-temps. ­Parfois, le nouveau réseau se crée à l’échelle d’une intercommunalité. Quelques nouveaux opérateurs construisent des réseaux au propane plutôt qu’au gaz naturel, le prix est alors en principe ­encadré sur le long terme par le contrat signé avec la commune ; il y a très peu de collectivités ­locales concernées, mais si ­jamais c’est le cas, mieux vaut exiger des garanties, le propane ayant une fâcheuse tendance à être facturé très cher !

Vous êtes chauffé à l’électricité ?

Aïe, le changement d’énergie est difficile. Misez sur la ­régulation, la programmation et l’isolation.

• Si vous êtes encore aux convecteurs, passez aux ­panneaux rayonnants ou aux radiateurs à inertie pour obtenir un confort supérieur, vous ­réduirez la facture en ­régulant et en programmant.

• La fourchette de prix est large dans chaque type de radiateurs, soyez attentif à leur régulation, le niveau de précision varie de 2 °C à 0,1 °C, et à la programmation, embarquée ou non.

• Si les radiateurs sont récents et sans programmateur, installez un dispositif centralisé. Si vous changez de radiateurs, optez pour le type de programmation qui convient le mieux à votre mode de vie.

• Gare aux PAC air/air, les seules envisageables. L’investissement est élevé, les économies plus faibles qu’attendu.

• À supposer qu’on accepte de la manutention et qu’on puisse stocker, le chauffage au bois peut convenir. Le poêle à granulés demande un minimum ­d’entretien et chauffe l’ensemble d’une maison, pour peu qu’elle soit relativement compacte. Le réglage optimisé de l’appareil conditionne son rendement, l’installateur a un rôle capital à jouer, soyez vigilant. Évidemment, le poêle n’offre pas le confort du chauffage ­central, mais le chauffage ­électrique non plus.

Élisabeth Chesnais

Contacter l’auteur(e)