Incendies

Prudence à Noël

 

Bientôt Noël et ses ­réjouissances, mais sans doute aussi une recrudescence des incendies dans les logements.

Nos conseils pour éviter tout incident.

 

 

« On a beaucoup plus d’interventions pendant les fêtes de fin d’année », assurent les pompiers. C’est que la période réunit des ingrédients propices aux incendies. Il y a le sapin, facilement inflammable s’il est sec ou artificiel, les décorations, les guirlandes électriques, le papier cadeau, souvent la crèche et, bien sûr, les bougies. « Tout un ensemble de matières inflammables, confirme le lieutenant-colonel Jean-Luc Queyla, expert en prévention de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers. Et les bougies à proximité du sapin, c’est redoutable. » On y ajoute le relâchement de la vigilance pendant les festivités et tout va très vite. Un papier cadeau qui effleure une bougie et ça démarre. Pas étonnant que les départs de feu se multiplient. Ils sont le plus souvent sans gravité, mais parfois mortels. Autant faire le maximum pour s’en préserver.

Attention avec le sapin

Selon les pompiers, il suffit de 30 secondes pour qu’un sapin s’embrase. Pour ne prendre aucun risque, il faut éviter qu’il entre en contact avec une source de chaleur, donc oublier les guirlandes électriques ou les allumer avec modération, au plus quelques heures et quand on est présent. Floqués ou givrés, les sapins sont encore plus vulnérables, la neige synthétique accélère la combustion. Mais l’arbre lui-même s’avère un bon combustible. Naturel, c’est du résineux ; il brûle facilement s’il est sec. Artificiel, c’est en général du plastique ; issu de la pétrochimie, il flambe en dégageant des vapeurs toxiques. Le sapin naturel est préférable, à condition de l’humidifier et de l’éloigner du radiateur ou de la baie vitrée ensoleillée, pour limiter le dessèchement des branches et des aiguilles.

Des guirlandes, oui, mais NF

La guirlande électrique doit être vérifiée, il lui faut des fils dans un état irréprochable et des ampoules bien fixées. Les versions non lumineuses sont plus sûres, mais si on tient à la guirlande électrique, mieux vaut un modèle à marque NF, pour réduire les risques de surchauffe et de court-circuit. Il y a un an, la Commission européenne a publié un rapport inquiétant. Sur 196 guirlandes lumineuses prélevées dans toutes les gammes de prix dans cinq pays membres, 30 % menaçaient « gravement la sécurité des foyers en exposant les consommateurs à un risque flagrant et direct d’incendie et de choc électrique ».

Pas de prises surchargées

Et puis les cadeaux de Noël sont de plus en plus technologiques. Alors, en plus des guirlandes électriques, de l’éventuel chauffage électrique d’appoint et des appareils habituels, on branche les nouveautés. Pour ne pas gâcher le décor festif, on cache les multiprises derrière les rideaux ou la crèche. En cas de surcharge, il peut y avoir échauffement, court-circuit, et très rapidement les flammes. « Les installations électriques ont en général l’âge du logement. Quand il y a des fusibles à l’ancienne, sans disjoncteur différentiel, elles ne sont pas sécurisées », avertit Jean-Luc Queyla. Prudence, donc, pour que les fêtes soient réussies et ne tournent pas au drame.

Élisabeth Chesnais

Contacter l’auteur(e)