Baumes à lèvres La drôle d’idée de Crayola

Baumes à lèvres

La drôle d’idée de Crayola

Publié le : 01/12/2017 

Le spécialiste du coloriage ne trouve rien de mieux à faire que de commercialiser un baume à lèvres bourré d’ingrédients indésirables ressemblant à s’y méprendre à un crayon Crayola.

 

Il est au crayon pastel ce que le Canada Dry est à l’alcool. Il en a la couleur, la forme, bref, toutes les apparences, mais il ne sert pas à colorier. C’est un baume à lèvres que Crayola a cru bon de mettre sur le marché cet hiver. Or, ces cosmétiques ne sont pas à prendre à la légère. Comme nous l’avons montré dans notre test baumes à lèvres, nombre d’entre eux contiennent des huiles minérales et des hydrocarbures de synthèse indésirables dans ces produits. Appliqués sur des muqueuses, portes d’entrée de l’organisme plus perméables que la peau, ils peuvent en outre être ingérés, même si c’est en quantité infime. Les fabricants devraient donc redoubler de prudence dans leur formulation. S’agissant en l’occurrence d’un produit destiné aux enfants à partir de 3 ans, la sécurité sanitaire est un impératif encore plus crucial. On aurait pu espérer que Crayola ou son sous-traitant concocte une formule au-dessus de tout soupçon. Or, que nous apprend la liste des ingrédients ? Que ce baume contient non seulement une huile chimique et trois hydrocarbures de synthèse mais aussi six allergènes ! C’est clair et net, s’il avait été inclus dans notre test, nous l’aurions affublé de la mention « ne pas acheter ». À côté de ça, allez expliquer à vos enfants qu’il ne faut pas mettre les crayons à la bouche quand celui-ci est précisément prévu pour ça.

visu-baume-a-levres-crayola
Baume à lèvres Crayola pour enfants

Nous avons fait part de nos interrogations au chef de produit. Le vide de la réponse est sidéral. Nous vous épargnons les considérations sur l’approvisionnement éthique, le souci de sécurité et la confiance accordée par les parents à cette marque, qui n’apportent aucune information. Si, tout de même une : que l’idée selon laquelle un cosmétique est un produit anodin, et que n’importe qui peut en commercialiser, est encore trop largement répandue.

Fabienne Maleysson

Contacter l’auteur(e)