Nintendo Switch L'UFC-Que Choisir dénonce l'obsolescence programmée des manettes Joy-Con

Nintendo Switch

L'UFC-Que Choisir dénonce l'obsolescence programmée des manettes Joy-Con

Publié le : 14/11/2019 

Plusieurs milliers d'utilisateurs des consoles de jeu Switch et Switch Lite rencontrent un problème récurrent avec la commande de direction d'une des manettes. L'UFC-Que Choisir a donc mis en demeure le géant des jeux vidéo Nintendo de réparer, gratuitement et dans les meilleurs délais, les manettes présentant ce défaut de fonctionnement. Voici une synthèse de notre appel à témoignages et nos conseils pour défendre vos droits.

 

Lancée en mars 2017, la console Nintendo Switch s'est imposée comme un succès commercial, dépassant même la légendaire Nintendo 64 en nombre d'unités vendues. Mais un peu plus de deux ans après, de nombreux possesseurs de la console hybride ont commencé à se plaindre d'un problème non négligeable : une panne récurrente et bloquante du « Joy-Con » (manette) utilisé pour orienter les personnages ou évoluer dans les menus. Baptisé Joy-Con « drift » (« dérive », en anglais), ce problème pénalise les joueurs et peut rendre impossible l'utilisation de la console. Si Nintendo n'a pas reconnu officiellement ce défaut technique, la marque a procédé gratuitement et discrètement à la réparation des manettes affectées... aux États-Unis seulement. Face à cette situation, l'UFC-Que Choisir a mis en demeure le géant japonais de proposer des solutions aux consommateurs français eux aussi lésés.

Découvrez en vidéo des exemples de « dérives » dans un jeu Nintendo

 

Plusieurs milliers de joueurs victimes du problème du Joy-Con drift

Un personnage qui ne s'arrête plus de courir dans une direction ou un menu dans lequel il est impossible de sélectionner une option : tels sont deux exemples de conséquences pour les joueurs de Nintendo Switch dont la console est affectée par ce défaut de contrôle au niveau de la manette directionnelle gauche. Ces dysfonctionnements se caractérisent ainsi par des « déplacements fantômes », mouvements inopinés provoqués dans le jeu par le joystick, sans que le joueur ne les ait commandés. Ces pannes impactent de fait l'expérience de jeu et privent les consommateurs d'une utilisation pleine et entière de la console.

Constatant les remontées de plusieurs consommateurs et l'absence de volonté de Nintendo de proposer des solutions pérennes sur ses deux consoles concernées (Switch et Switch Lite), l'UFC-Que Choisir a dénoncé, le 5 novembre 2019, l'obsolescence programmée de ces manettes.

Notre association a aussi lancé un appel à témoignages auprès des utilisateurs de la console Switch afin de pouvoir collecter le maximum d'informations sur les conditions dans lesquelles ces « déplacements fantômes » apparaissent.

Avec plus de 7 000 témoignages d'utilisateurs mécontents récoltés en moins de 10 jours, l'UFC-Que Choisir a pu établir plusieurs constats :

  • le Joy-Con drift apparaît majoritairement dans la première année suivant l’achat de la console (65 %) malgré une durée d’utilisation très raisonnable et constante dans le temps (moins de 6 mois, moins d’un an, entre 1 et 2 ans) ;
  • les ¾ des utilisateurs ayant déposé un témoignage n’ont pas demandé la prise en charge de la réparation à Nintendo et 56 % des utilisateurs ont acheté une nouvelle manette.

 

INFOGRAPHIE SWITCH final 1

 

Nintendo n'assume pas le problème de Joy-Con de sa Switch

Les consommateurs lésés sont d'autant plus amers que Nintendo ne propose pas de solution intéressante à ce problème : les pannes font rarement l’objet d’une réparation ou d’un échange gratuit par la marque une fois la garantie constructeur dépassée. Le fabricant préfère proposer au consommateur le remplacement des Joy-Con défectueux par une manette neuve moyennant 45 €.

3 choix s'offrent alors au joueur :

  • accepter la proposition de remplacement et débourser 45 € ;
  • se faire renvoyer la manette, toujours défectueuse, moyennant 15 € ;
  • laisser Nintendo détruire le produit défectueux.

La réparation des manettes ne semble donc pas favorisée et le fabricant ne propose aucune solution technique à ce dysfonctionnement récurrent que l'on retrouve aussi sur les modèles Switch Lite qui n'ont pourtant été mis sur le marché qu'en septembre 2019.

 

Comment défendre ses droits

3 réponses de Raphaël Bartlomé, responsable du Service juridique de l'UFC-Que Choisir

Sur quelles bases peut-on caractériser le Joy-Con drift d’obsolescence programmée ?

Schématiquement, l’obsolescence programmée, c’est lorsque la conception d’un produit comprend des « fragilités » délibérées. Appliquons simplement cette notion à Nintendo.

Le Joy-Con drift ne se réduit plus à une succession de pannes isolées ou à un simple vice caché. Depuis maintenant plusieurs années, Nintendo, fabricant de la console Switch, a connaissance du dysfonctionnement des manettes de son produit star et en a identifié les causes. Une action de groupe initiée aux USA pointe du doigt l’origine de ces défaillances, tout comme la communauté des joueurs. Pourtant alerté, le fabricant n’est pas intervenu pour modifier la conception de ses manettes et mettre fin à cette fragilité.

Quelle est l’étape qui va succéder à la mise en demeure de Nintendo ?

Tout dépendra de la réaction de Nintendo. Nous appelons la marque à réellement prendre en compte la situation des consommateurs victimes de ces dysfonctionnements mais aussi à pallier définitivement le Joy-Con drift. Si l’éventuelle réponse de Nintendo n’est pas satisfaisante, notre association entamera toutes les actions nécessaires pour que les consommateurs victimes soient pris en compte. D'un point de vue pratique, cela peut se traduire par l’ouverture d’un procès à l’encontre de Nintendo, le dépôt d’une plainte ou une alerte adressée aux autorités de contrôle. Dans tous les cas, nous tiendrons informés les consommateurs sur cette page et via nos réseaux sociaux.

En tant que consommateur et possesseur de Switch, quels sont mes droits, et que suis-je en mesure d’espérer suite à l’action de l'UFC-Que Choisir ?

Tout consommateur en possession de Joy-Con défectueux peut obtenir de son vendeur la réparation ou l’échange gratuit de ses manettes. Il suffit que l’achat de la console ou des manettes date de moins de deux ans. On parle ici de garantie contre les défauts de conformité qui s’impose à tous les vendeurs.

Concrètement, il suffit de signaler à son vendeur le problème rencontré et de choisir entre l’échange ou la réparation de la manette. Le vendeur a 30 jours pour s’exécuter, sinon vous pouvez demander le remboursement de votre achat.

Nous vous proposons d’utiliser un modèle de lettre ou d’e-mail pour demander le bénéfice de cette garantie.

 

Certains vendeurs renvoient souvent les consommateurs victimes vers Nintendo qui applique une garantie constructeur d’un an. Cette réponse n’est pas satisfaisante et contraire à la loi. Les vendeurs doivent échanger ou réparer les Joy-Con mais aussi faire pression sur Nintendo pour qu’une solution concrète et simple soit mise en place et que le défaut soit rapidement solutionné.

Vous êtes, vous aussi, victime de cette panne sur votre Nintendo Switch ? N'hésitez pas à nous faire part de votre témoignage.