Nintendo Switch L'UFC-Que Choisir dénonce l'obsolescence programmée des manettes Joy-Con

Nintendo Switch

L'UFC-Que Choisir dénonce l'obsolescence programmée des manettes Joy-Con

Publié le : 22/09/2020 

Plusieurs milliers d'utilisateurs des consoles de jeu Switch et Switch Lite rencontrent un problème récurrent avec la commande de direction d'une des manettes (joy-con). L'UFC-Que Choisir a donc mis en demeure puis porté plainte contre le géant des jeux vidéo Nintendo. Voici un état des lieux de cette action et nos conseils pour défendre vos droits et faire réparer les joy-con défectueux.

 

Nintendo répare... mais ne change pas la conception des joy-con

Lancée en mars 2017, la console Nintendo Switch s'est imposée comme un succès commercial, dépassant même la légendaire Nintendo 64 en nombre d'unités vendues. Mais un peu plus de deux ans après, de nombreux possesseurs de la console hybride ont commencé à se plaindre d'un problème non négligeable : une panne récurrente et bloquante du « Joy-Con » (manette) utilisé pour orienter les personnages ou évoluer dans les menus. Dans un premier temps, Nintendo n'a pas reconnu officiellement ce défaut technique, la marque procédant gratuitement et discrètement à la réparation des manettes affectées... aux États-Unis seulement. Mais en novembre 2019, face à cette situation, l'UFC-Que Choisir a mis en demeure le géant japonais de proposer des solutions aux consommateurs français eux aussi lésés.

Suite à cette action, Nintendo a annoncé réparer gratuitement et sans difficulté les manettes de Nintendo Switch, même hors garantie. Les témoignages de consommateurs ont pourtant continué à affluer. L’UFC-Que Choisir a donc diligenté une expertise pour comprendre l’origine du problème.
Il a ainsi pu être constaté par les experts que des modifications ont été réalisées par Nintendo dans la conception de ses manettes, il y a quelques mois. Pourtant, et malgré ces modifications, la panne persiste toujours. Alors que Nintendo était informé de ce dysfonctionnement, le géant nippon a choisi de ne pas modifier les composants sujets à cette panne.

Dans l’ensemble des échantillons analysés, les experts sont unanimes. Deux causes sont vraisemblablement à l’origine de la panne :

  • une usure prématurée des circuits imprimés ;
  • un défaut d’étanchéité qui entraîne une quantité inquiétante de débris et poussières au sein du joystick, dont l’origine paraît être à la fois interne et externe.

La nature de la panne, sa fréquence d’apparition auprès des joueurs, la durée de vie limitée de ces produits et l’inertie du fabricant pourtant informée du dysfonctionnement… Ce sont autant de caractéristiques qui indiquent que Nintendo s’adonne à des pratiques d’obsolescence programmée

L’UFC-Que Choisir a donc porté plainte auprès du Procureur de la République de Nanterre. Notre association appelle une nouvelle fois Nintendo à revoir la fabrication de ses manettes pour éviter l’apparition quasi systématique de cette panne.

 

Comment faire réparer votre joy-con défectueux

Nous vous invitons à contacter le service après-vente de Nintendo pour obtenir la réparation gratuite. Pour cela, vous pouvez suivre les étapes décrites dans notre notice spéciale :

 

Vous avez demandé la réparation de vos manettes à Nintendo ?
Faites-nous part de votre expérience via ce formulaire afin que nous puissions vérifier que Nintendo tient ses engagements !

 

Découvrez en vidéo des exemples de « dérives » dans un jeu Nintendo

 

Plusieurs milliers de joueurs victimes du problème du Joy-Con drift

Un personnage qui ne s'arrête plus de courir dans une direction ou un menu dans lequel il est impossible de sélectionner une option : tels sont deux exemples de conséquences pour les joueurs de Nintendo Switch dont la console est affectée par ce défaut de contrôle au niveau de la manette directionnelle gauche. Ces dysfonctionnements se caractérisent ainsi par des « déplacements fantômes », mouvements inopinés provoqués dans le jeu par le joystick, sans que le joueur ne les ait commandés. Baptisé Joy-Con « drift » (« dérive », en anglais), ces pannes impactent de fait l'expérience de jeu et privent les consommateurs d'une utilisation pleine et entière de la console.

Constatant les remontées de plusieurs consommateurs et l'absence de volonté de Nintendo de proposer des solutions pérennes sur ses deux consoles concernées (Switch et Switch Lite), l'UFC-Que Choisir a dénoncé, le 5 novembre 2019, l'obsolescence programmée de ces manettes.

 

Sur quelles bases peut-on caractériser le Joy-Con drift d’obsolescence programmée ?

Schématiquement, l’obsolescence programmée, c’est lorsque la conception d’un produit comprend des « fragilités » délibérées. Appliquons simplement cette notion à Nintendo. Le Joy-Con drift ne se réduit plus à une succession de pannes isolées ou à un simple vice caché. Depuis maintenant plusieurs années, Nintendo, fabricant de la console Switch, a connaissance du dysfonctionnement des manettes de son produit star et en a identifié les causes. Une action de groupe initiée aux USA pointe du doigt l’origine de ces défaillances, tout comme la communauté des joueurs. Pourtant alerté, le fabricant n’est pas intervenu pour modifier la conception de ses manettes et mettre fin à cette fragilité.

 

Notre association a aussi lancé un appel à témoignages auprès des utilisateurs de la console Switch afin de pouvoir collecter le maximum d'informations sur les conditions dans lesquelles ces « déplacements fantômes » apparaissent.

Avec plus de 7 000 témoignages d'utilisateurs mécontents récoltés en moins de 10 jours, l'UFC-Que Choisir a pu établir plusieurs constats :

  • le Joy-Con drift apparaît majoritairement dans la première année suivant l’achat de la console (65 %) malgré une durée d’utilisation très raisonnable et constante dans le temps (moins de 6 mois, moins d’un an, entre 1 et 2 ans) ;
  • les ¾ des utilisateurs ayant déposé un témoignage n’ont pas demandé la prise en charge de la réparation à Nintendo et 56 % des utilisateurs ont acheté une nouvelle manette.

 

INFOGRAPHIE SWITCH final 1

Droit de réponse du 19 novembre 2020

La société Nintendo France prend acte de l'annonce faite par l'association UFC Que Choisir du dépôt d'une plainte auprès du Procureur de la République de Nanterre le 22 septembre dernier sur le fondement d'une pratique alléguée d'obsolescence programmée, concernant les manettes Joy-Con des consoles Nintendo Switch. Nintendo réfute fermement cette allégation et souhaite apporter les réponses suivantes.

Nintendo France est informée que certaines manettes Joy-Con peuvent rencontrer des dysfonctionnements liés à leur joystick analogique. A sa connaissance, ces situations ne concernent toutefois qu'une proportion extrêmement faible des manettes Joy-Con en circulation en France (environ 1 % depuis trois ans).

L'idée d'une pratique d'obsolescence programmée est d'autant plus infondée que Nintendo France a mis en place une politique au sein de son service après-vente consistant à examiner de façon ouverte et clémente les réclamations de consommateurs liées à ce dysfonctionnement, y compris lorsque la garantie commerciale de Nintendo était déjà expirée.

Nintendo France a par ailleurs décidé en 2019 d'étendre la durée de sa garantie commerciale à 24 mois afin de simplifier encore davantage la prise en charge sous garantie en cas de dysfonctionnement.

Au cours des deux dernières années, le taux de prise en charge (c'est-à-dire de réparation gratuite) par le SAV de Nintendo France a d'ailleurs été légèrement supérieur à 90% en moyenne en ce qui concerne ce dysfonctionnement, ce qui contredit frontalement les allégations d'obsolescence programmée portées par l'UFC Que Choisir devant la Justice.

Nintendo attache une importance toute particulière à la grande qualité, à la durabilité et à la robustesse de ses consoles et accessoires, et le groupe a toujours été réputé pour proposer des produits fiables et innovants aux consommateurs, à l'instar de sa console Nintendo Switch.

Le succès des consoles Nintendo repose sur l'engagement constant de toutes ses équipes, pour lesquelles l'une des principales priorités réside dans l'amélioration continue de la qualité des produits afin de garantir aux consommateurs la meilleure expérience du jeu dans la durée.

L'idée selon laquelle Nintendo aurait délibérément cherché à raccourcir le cycle de vie de ses produits est non seulement dépourvue de fondement, mais va à l'encontre même de l'esprit qui anime depuis toujours le groupe Nintendo. En témoigne la durée de vie exceptionnellement longue de ses consoles de générations précédentes telles que la Nintendo Wii et la Nintendo DS, qui restent plébiscitées par certains consommateurs.

Dans ces circonstances, Nintendo regrette que l'UFC Que Choisir ait fait le choix de médiatiser ses démarches et accusations sans juger utile de vérifier ou même de questionner Nintendo sur les constatations des « experts » diligentés par elle et dont Nintendo ignore tout à ce stade.

Nintendo conteste donc fermement les accusations portées contre elle par l'UFC Que Choisir et apportera sereinement son concours à toute investigation qui serait menée à ce sujet.

Enfin, Nintendo invite les consommateurs à contacter son service après-vente (www.nintendo-sav.fr) en cas de dysfonctionnements afin que les réparations des produits Nintendo soient effectuées dans les meilleures conditions possibles.