Réductions d’impôt Pourquoi il faut y penser dès 2022

Réductions d’impôt

Pourquoi il faut y penser dès 2022

Publié le : 25/04/2022 

Certaines réductions d’impôt et certains crédits d’impôt sont modifiés cette année. Revue de détail des nouveautés à connaître et des pistes à privilégier pour alléger vos impôts en 2023.

 

Votre déclaration de revenus 2021 va permettre de calculer les impôts dus par votre foyer en fin d’année. Si vous trouvez la note trop salée, mieux vaut vous pencher sans tarder sur les solutions qui vous permettront de la réduire l’an prochain. Certaines niches fiscales qui devaient disparaître fin 2021 sont prorogées et il est encore temps d’en profiter. D’autres sont aménagées et elles sont susceptibles de vous procurer des économies d’impôt plus généreuses que par le passé.

Les avantages fiscaux prorogés

Pour inciter les contribuables à soutenir les associations d’aide aux personnes en difficulté pendant la crise du Covid-19, les pouvoirs publics ont doublé le plafond des versements ouvrant droit à la réduction d’impôt pour don en 2020, le portant à 1 000 €. Ce plafond majoré a été maintenu pour les dons faits en 2021. Il l’est à nouveau pour les dons faits en 2022 et pour ceux que vous ferez en 2023. Ce même plafond reste également applicable aux dons versés aux associations d’aide aux victimes de violences conjugales cette année. Par ailleurs, la hausse du taux de la réduction d’impôt pour dons aux cultes en vigueur en 2021 est reconduite en 2022, dans la limite de 562 € de versements.

Le taux de la réduction d’impôt pour investissement dans les PME a également été boosté pour encourager les particuliers à soutenir les entreprises pendant la crise sanitaire. Fixé à 18 %, il a été porté à 25 % pour les versements effectués en 2020 (entre le 10 août et le 31 décembre) et les versements effectués en 2021 (entre le 9 mai et le 31 décembre). Le taux de 25 % est également reconduit pour les investissements dans les PME faits entre le 18 mars et le 31 décembre 2022. Par ailleurs, la réduction d’impôt pour investissement dans le capital d’entreprises de presse qui devait s’éteindre fin 2021 est prorogée jusqu’au 31 décembre 2024.

L’immobilier locatif défiscalisant joue aussi les prolongations. Les dispositifs Censi-Bouvard (achat en résidence-services pour personnes âgées, handicapées ou étudiantes), Denormandie (achat dans l’ancien à rénover) et Pinel « breton » (achat dans le neuf en Bretagne) sont reconduits respectivement jusqu’à fin 2022, fin 2023 et fin 2024. Ces dispositifs constituent un moyen efficace de réduire durablement vos impôts, et de vous constituer un patrimoine qui générera un revenu complémentaire régulier à l’heure de la retraite. À condition, toutefois, de sélectionner votre investissement avec soin et de respecter à la lettre les engagements imposés par le fisc.

Les avantages fiscaux aménagés

Depuis le 1er janvier 2022, le crédit d’impôt pour emploi d’un salarié à domicile (hors garde d’enfant) est versé en temps réel, et non plus l’année suivante, aux particuliers employeurs qui utilisent le service Cesu+ pour payer leur salarié. Son montant est déduit chaque mois des sommes à prélever sur leur compte bancaire. À partir de fin avril 2022, il sera aussi déduit directement de la facture de ceux qui passent par une entreprise prestataire de services à la personne. À partir de janvier 2023, ce sera au tour des personnes âgées ou invalides qui bénéficient d’aides sociales telles que l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) de profiter du crédit d’impôt contemporain, puis, en 2024, ce sera le tour de ceux qui font garder leurs enfants.

Autre aménagement à retenir, l’ancien dispositif Cosse de location à loyer abordable est transformé en dispositif Loc’Avantages pour les locations conclues entre le 1er mars 2022 et le 31 décembre 2024. Cette transformation s’accompagne d’une modification de la déduction fiscale applicable sur les loyers en une réduction d’impôt applicable pendant toute la durée de la location. Grâce à cette évolution, tous les contribuables imposables peuvent désormais avoir intérêt à opter pour ce dispositif, alors que seuls les plus fortunés y avaient intérêt antérieurement.

Vous avez également droit à un crédit d’impôt égal à 30 % du prix payé si vous souscrivez un premier abonnement à un journal ou à une publication en ligne d’information politique et générale d’une durée minimum de 12 mois. Si vous n’avez pas profité de ce bonus en 2021 (la mesure est effective depuis le 9 mai 2021), vous pouvez encore en bénéficier cette année si un membre de votre foyer souscrit un abonnement d’ici le 31 décembre 2022. En revanche, si vous patientez jusqu’en 2023 pour vous abonner, vous n’y aurez droit que si vos revenus sont modestes, c’est-à-dire s’ils ne dépassent pas 24 000 € pour une part de quotient familial plus 6 000 € par demi-part supplémentaire. Si vous dépassez ce plafond, il vaut donc mieux vous abonner d’ici la fin de l’année !

Les avantages fiscaux maintenus

Certaines réductions et certains crédits d’impôt en vigueur en 2021 restent applicables dans les mêmes conditions en 2022. Par exemple, si vous faites installer une borne d’alimentation pour voiture électrique dans votre logement cette année, vous aurez droit à un crédit d’impôt plafonné à 300 € par équipement en 2023. Si vous faites installer des équipements de sécurité ou d’accessibilité ou si vous faites un séjour en Ehpad, vous aurez droit à un crédit d’impôt de 25 %. Si vous supportez des frais de garde d’enfant par une assistante maternelle, vous aurez droit à un crédit d’impôt de 50 %, et si vous avez des enfants à charge scolarisés, vous aurez droit à une réduction d’impôt de 61 €, 153 € ou 183 € selon leur niveau d’études. Au total, une vingtaine de dispositifs défiscalisants peuvent vous permettre de réduire vos impôts de 2023 en toute légalité. D’autres devraient voir le jour après l’élection présidentielle, les deux candidats en lice ayant promis de nouvelles baisses d’impôt s’ils sont élus.

Olivier Puren