Crèmes solaires enfants

Le protocole

Mis à jour le : 20/06/2016 

17 références (indice 50 minimum) destinées aux enfants ont été testées. Leur protection contre les UVA et les UVB prime dans notre notation. Nous avons aussi tenu compte de la présence d’allergènes et d’ingrédients indésirables, ainsi que de leurs qualités cosmétiques.

 

Protection UV

Nous ne notons jamais ★★★ pour ne pas donner l’illusion qu’une protection totale est possible.

UVB. La protection est mesurée selon la méthode in vivo détaillée dans la norme internationale ISO 24444 : 2010.

UVA. La protection est mesurée par une méthode in vitro décrite dans l’ISO 24443 : 2012.

Qualités cosmétiques

Elles regroupent texture, facilité d’étalement, rapidité d’absorption, traces blanches, effet collant ou gras, parfum, sensation sur la peau. Elles sont essentielles ici, car une crème solaire peu agréable ne sera appliquée qu’en quantité trop faible et/ou trop rarement. Trente personnes ont utilisé chacune deux produits, elles ont donné leur avis sur chaque critère et précisé si elles achèteraient ces produits.
À noter que les bonnes notes de La Roche-Posay et Mustela sont amoindries par le fait que l’une n’a vraiment convaincu sur aucun des critères tandis que l’autre a une odeur peu appréciée.

Composition

Elle est analysée par une simple lecture des étiquettes : nous vérifions qu’il n’y a pas d’ingrédients indésirables, en particulier d’allergènes ou de perturbateurs endocriniens connus, ce qui serait fâcheux pour des enfants. L’obligation d’étiqueter les nanoparticules étant désormais en vigueur, nous indiquons qui le fait.

Étiquetage

Nous vérifions que les allégations, mises en garde et conseils d’utilisation respectent bien les ­recommandations publiées par la Commission européenne en 2006 (prudence vis-à-vis du soleil, instructions d’utilisation). Nous jugeons aussi la lisibilité.

Méthode utilisée

In vivo contre in vitro

Pour déterminer le facteur de protection solaire (FPS, qui reflète la protection contre les UVB) des crèmes testées, nous utilisons la méthode in vivo, qui consiste à appliquer le produit sur le dos de volontaires puis à envoyer des rayons ultraviolets jusqu’à ce qu’un érythème (semblable au « coup de soleil ») apparaisse. La comparaison entre les zones « crémées » ou non permet de déterminer le FPS. Cette méthode a été contestée par une chercheuse en pharmacie de l’université de Nantes, Laurence Coiffard. Elle déplore son caractère peu éthique : des personnes sont exposées à des UV que l’on sait cancérogènes. Surtout, elle assure que les substances à activité anti-inflammatoires présentes dans de nombreuses crèmes retardent de façon ­artificielle le coup de soleil. L’apparition de celui-ci ne refléterait pas la protection réelle et les indices seraient surévalués. Elle propose qu’ils soient mesurés par une méthode in vitro appliquée dans son laboratoire mais pas encore normalisée. Cela dit, les résultats de ses études contrastent avec le ton alarmiste dont plusieurs journaux s’en sont fait écho. Ils ne montrent pas une surévaluation importante et généralisée des indices. Ainsi, dans une publication de 2012, sur les 20 crèmes analysées, 17 respectaient le FPS affiché, les autres, outre Clarins, étant des marques de cosmétique ayurvédique (1) peu connues.

(1) Inspiré d’une médecine traditionnelle indienne.

Test Que Choisir : Comparatif Crèmes solaires pour enfants 

Fonctionnement du service de comparaison

Les produits et services sont classés selon les résultats obtenus lors de nos tests à partir d’un protocole établi par nos experts. Les résultats sont publiés selon un classement basé sur les qualités intrinsèques des produits et sur celles des prestations de service, sans aucune autre considération. Nous achetons de façon anonyme tous les produits que nous testons, nous n’avons aucun lien avec les fabricants, fournisseurs ou distributeurs des produits et services testés, à l’exception des autorisations données par Bureau Veritas Certification conformément aux règles de La Note Que Choisir. Notre classement est totalement indépendant, aucune relation commerciale avec les fabricants, fournisseurs ou distributeurs ne peut avoir d’impact sur ce dernier. Les prix indiqués et les informations sur la disponibilité des produits mentionnés sur notre site sont fournis à titre indicatif et sont actualisés tous les jours. L’offre de produits et services étant pléthorique, nous ne prétendons pas pouvoir tester l’exhaustivité d’un marché. Nous sélectionnons les produits et services les plus représentatifs d’un segment de marché.

Fabienne Maleysson

Contacter l'auteur(e)

Gaëlle Landry

Rédactrice technique