Chargeurs de smartphones Notre test fait réagir les vendeurs (ou pas)

Chargeurs de smartphones

Notre test fait réagir les vendeurs (ou pas)

Publié le : 24/01/2020 

Notre test de chargeurs de smartphone, qui a révélé la non-conformité voire la dangerosité de nombreux modèles, a fait réagir les distributeurs. Babou a rapidement retiré son modèle Joja de son réseau de magasins. D’autres, comme Auchan et Darty, se sont engagés à corriger les failles mises au jour dès leur prochaine production de chargeurs. Sans surprise, les obscurs revendeurs des marketplaces d’Amazon et de la Fnac sont restés mutiques. Un nouveau signe qui invite à ne surtout pas acheter de chargeur chez eux.

 

Mise à jour du 27 janvier 2020

Suite à notre test, Amazon a envoyé un e-mail aux acheteurs des chargeurs mis en cause vendus sur sa marketplace. Le cybermarchand les invite à cesser de les utiliser et à « s’en débarrasser ». Sans l’exprimer clairement, Amazon suggère aussi aux consommateurs concernés de contacter le vendeur. Ce à quoi nous ajoutons : pour lui demander un remboursement ! Vous êtes en droit de le lui réclamer à triple titre (garantie légale de conformité, obligation de sécurité des produits et garantie légale contre les vices cachés). Le jeu n’en vaut peut-être pas la chandelle pour les modèles vendus 0,19 € et 0,99 € (Zinniaya XD35704 et Comomingo AR-600), mais pour le Comomingo XD35703, vendu 13,99 €, si !

La procédure, systématique, est bien rodée : avant de publier les résultats d’un test, Que Choisir envoie scrupuleusement au fabricant de chaque produit testé (ou à défaut à son distributeur), les résultats de laboratoire que son produit a obtenus. Ceci afin de lui laisser le temps de réagir et d’engager avec lui, s’il le souhaite, une discussion.

Pour notre test de chargeurs de smartphones, nous avons acheté 20 modèles chez une palette de distributeurs variés, des grandes surfaces (Auchan, E. Leclerc) aux spécialistes (Darty, Conrad) en passant par les enseignes bon marché (Foir’Fouille, Gifi, Action) et des marketplaces (Amazon, Fnac). Précisons d’ailleurs que nous n’avons pas pu joindre certains vendeurs obscurs de ces marketplaces dans la mesure où aucune adresse postale ou électronique n’était mentionnée nulle part. Les autres n’ont pas réagi, alors que leurs chargeurs sont plus qu’inquiétants. Seul Rakuten a retiré le chargeur incriminé et alerté le vendeur qui en était à l’origine, Phoneboutik.

Auchan coopératif, E. Leclerc réticent

Auchan, qui fait fabriquer des chargeurs sous sa marque Selecline, s’est montré coopératif. Reconnaissant les manquements relevés dans notre test (absence d’instructions de sécurité et de symboles obligatoires), le distributeur s’est engagé à fournir un dépliant détaillé dès sa prochaine production. E. Leclerc n’a, au contraire, pas admis la dangerosité de son chargeur Hoe. Selon lui la taille et la rigidité du câble mis en cause écartent tout risque car il empêche tout contact avec des éléments conducteurs non protégés. Cet argument ne tient pas la route : son chargeur reste non conforme à la réglementation. Concernant le marquage, lui aussi lacunaire, E. Leclerc explique simplement… qu’il n’avait pas la place. Mais précise que son prochain modèle, sous une nouvelle marque (Linkster), corrigera le tir. Darty a retiré son modèle Temium et s’engage à respecter la réglementation sur le prochain. De son côté, Babou a retiré le chargeur Joja de son réseau (près de 100 magasins en France) et organisé un rappel afin que tous les acheteurs le rapportent et se fassent rembourser. Conrad nous a expliqué que le chargeur Goobay testé est en rupture de stock et sera prochainement remplacé par un nouveau modèle. Ce qui signifie que tous ses chargeurs défectueux sont chez des consommateurs ! Heureusement, il ne s’agit que de manquements sans gravité (marquage et instructions).

 

Camille Gruhier

Vincent Erpelding

Rédacteur technique