Fiat Tipo

Premières impressions

Publié le : 13/04/2016 

Fiat relance la Tipo, sa voiture compacte des années 80 et 90. Plus grande qu’une Renault Megane mais plus chère qu’une Dacia Logan, la Tipo propose un rapport qualité/prix avantageux qui pourrait en faire un premier achat automobile intéressant pour une famille.

 

Depuis la mise en ligne de cette prise en main, nous avons testé sur circuit la Fiat Tipo 1.6 MultiJet 120 ch Start/Stop

Après la renaissance de la mythique 500 en 2007 (puis restylée en 2015), Fiat remet au goût du jour la Tipo, sa berline compacte abandonnée en 1995. La voiture, fabriquée en Turquie, gagne en habitabilité et en qualité de fabrication. Tout d’abord proposée en version 3 volumes à 4 portes, elle sera prochainement déclinée en carrosseries à 2 volumes (4 portes) puis en break.

 

Qualité de vie à bord

 

Un habitacle sobre et de qualité.

L’habitacle de la Tipo fait plutôt bonne impression avec son air épuré et sa console centrale très sobre. Mais il n’est pas simple de se familiariser avec toutes les commandes. Les déconvenues arrivent assez vite, dès que le conducteur pose les mains sur le volant. Il sentira en effet, de chaque côté à l’arrière, des « verrues » qui sont en fait les commandes de gestion pour la radio, très difficiles à maîtriser. Il faut alors y aller à tâtons et c’est en faisant des erreurs que l’on apprend à s’en servir correctement.

 

Les commandes au volant sont particulières et certaines sont même cachées derrière !

Sur la face visible du volant, c’est beaucoup mieux et l’on trouve d’un côté les commandes du régulateur de vitesse et de l’autre celui de l’affichage central du combiné d’instruments. Là encore, il faudra un peu de temps pour comprendre leur fonctionnement. Mais une fois la logique saisie, tout devient plus simple.

L’ergonomie n’est pas non plus le point fort de l’écran central, pourtant tactile. En cause, sa taille ridicule de 5 pouces qui affiche un clavier aux touches vraiment trop petites pour une utilisation aisée du GPS. Difficile en effet de saisir efficacement une adresse de destination. Les erreurs de frappe ne sont pas rares. Heureusement, le système prédictif propose des noms de rues et de villes, ce qui limite les dégâts.

Pour le reste, nous avons apprécié la simplicité du combiné d’instruments et sa facilité de lecture. Les autres commandes sont plutôt bien placées et s’avèrent facilement accessibles par le conducteur. Sobre, l’habitacle l’est aussi par sa forme et sa réalisation quasiment d’un seul tenant. Un concept qui limite logiquement l’apparition de vibrations ou de grincements et offre un aspect visuel plutôt flatteur. La partie supérieure de la planche de bord est conçue avec un matériau bien rembourré et agréable au toucher. L’insertion de parties en plastique brillant autour de l’écran central augmente l’impression de qualité de fabrication. Par contre, les aérateurs, de conception et de maniement basiques, font retomber le charme.

 

La programmation du GPS est délicate à cause des petites touches.

Les occupants seront bien lotis et disposeront de suffisamment d’espace à l’avant comme à l’arrière.

Grâce aux multiples réglages du volant et du siège, le conducteur trouvera facilement une très bonne position de conduite et pourra compenser la visibilité perfectible vers l’avant en remontant son siège. À l’arrière, deux occupants seront très à l’aise et auront suffisamment de place pour leurs jambes. Par contre, la place centrale n’est pas très confortable et ne servira qu’en dépannage si trois adultes doivent s’installer à l’arrière. Et si les rangements sont assez réduits dans l’habitacle (boîte à gants moyenne, vide-poches dans les portières étroits…), le coffre s’avère très volumineux et pratique à utiliser grâce à ses 520 dm3 de volume de chargement. Notons que son ouverture est possible soit manuellement, soit automatiquement avec un double clic sur la commande à distance.

 

Au volant

 

Conduite avec le moteur Diesel 1.6 de 120 ch, la Tipo répond sans problème aux attentes. Quelle que soit la sollicitation, elle s’en sortira bien, assurant de bonnes relances. Sur notre parcours mixte qui comprenait des routes, autoroutes et même de la ville, elle s’est montrée agréable à utiliser. Un bon point avec une consommation moyenne affichée à l’ordinateur de bord qui s’est cantonnée à un très raisonnable 5,7 litres aux 100 km de moyenne. Seul gros grief : son niveau sonore très élevé. Déjà à froid le moteur est audible mais, dès qu’il grimpe dans les tours, le bruit devient très dérangeant.

Le bloc diesel était associé à une boîte de vitesses mécanique à 6 rapports bien étagés et la plupart du temps agréable à utiliser évitant les rétrogradages intempestifs. Elle aussi aurait pourtant mérité un peu plus d’attention car les rapports sont parfois délicats à engager, notamment lors de passages rapides car ils peuvent accrocher.

 

Le diesel de 120 ch : efficace mais très bruyant !

Sur route, la voiture s’est montrée très confortable grâce à des suspensions efficaces et performantes. Relativement souples, elles filtrent correctement toutes les irrégularités de la route tout en réussissant à offrir un comportement routier sécurisant. Efficace, le freinage est toutefois un peu difficile à doser lors des petits coups de frein, ce qui engendre parfois des secousses désagréables si le conducteur a le pied un peu lourd. Sinon, la Tipo est agréable à conduire en toute circonstance sur route, comme en ville. La compacte dispose d’ailleurs du mode « city » qui offre une assistance de direction accrue et rend la direction très docile. Le conducteur ne sera donc pas à la peine pour réaliser des manœuvres. Il peut toutefois être judicieux d’opter pour le radar de recul ou, mieux, de la caméra qui offrira une meilleure visibilité de l’arrière. En effet, si la grande surface vitrée permet une très grande visibilité sur les côtés, il n’est pas de même de trois quart arrière car les montants arrière gênent un peu.

 

Visibilité arrière moyenne en raison des larges montants.

 

Sécurité

Bien qu’étant affichée à un prix très attractif, la Tipo dispose tout de même d’un minimum d’équipements de sécurité en plus de ceux imposés par la réglementation. Elle reçoit en effet de série uniquement le freinage d’urgence et l’aide au démarrage en côte. Puis, selon les niveaux de finition, la Tipo peut disposer en option du freinage automatique d’urgence, du limiteur de vitesse, de l’éclairage de virage, du capteur de pluie et de l’allumage automatique des feux. Des systèmes pas franchement innovants et que la concurrence propose généralement de série.

 

La Fiat Tipo en résumé

Relativement bien équipée, confortable et agréable à conduire, la Fiat Tipo est aussi grande à l’intérieur qu’à l’extérieur. Difficile d’ailleurs de la situer précisément dans les segments automobiles. En effet, avec ses 4 532 mm de long, elle est plus grande qu’une Renault Megane (4 295 mm), qu’une Peugeot 308 (4 253 mm) ou même qu’une Volkswagen Golf (4 255 mm). En revanche, son prix maximal (18 890 €) correspond grosso modo au premier prix de ces compactes qui peuvent même dépasser les 30 000 € !  Reste donc à lui opposer une Dacia Logan dont les prix s’échelonnent de 7 790 à 12 750 €. Mais, là encore, ce n’est pas simple puisque la compacte low cost est plus petite, moins bien finie et moins bien équipée.

La Fiat Tipo fait donc un peu cavalier seul mais, sans aucun doute, son excellent rapport qualité/prix/équipement (12 490 € la version de base) lui permettra de se faire une place.

 

Les +

 

  • Prix

  • Habitabilité

  • Consommation

  • Tenue de route et confort

 

Les -

 

  • Ligne

  • Diesel bruyant

  • Ergonomie du volant

  • Taille de l’écran