Nouvelle Seat Ibiza

Premières impressions

Publié le : 06/04/2012 

Apparue en 1984, la Seat Ibiza en est aujourd’hui à sa cinquième génération. Une nouvelle mouture qui gagne en qualité de fabrication et en performance. Prise en main avec notre journaliste.

 

Nouvelle Seat Ibiza

De nouvelles générations en « restylages », la Seat Ibiza arrive aujourd’hui à maturité. La cinquième mouture désormais proposée par le constructeur espagnol, qui appartient au groupe Volkswagen depuis 1986, possède en effet des arguments solides pour affronter la rude concurrence du segment des citadines. Elle rattrape ainsi son retard face aux modèles plus récents ou mieux finis comme les Volkswagen Polo, Renault Clio III, Peugeot 207 – et la toute nouvelle 208 –, Ford Fiesta ou encore l’Opel Corsa. Cette génération progresse sur tous les tableaux : qualité de fabrication, design et performance des motorisations.

Qualité de vie à bord

Nouvelle Seat Ibiza boîte à gants système de climatisation/chauffage bloc de compteurs
Boîte à gants – Système de climatisation/chauffage – Bloc de compteurs

Bien avisé celui qui trouvera, en un coup d’œil, les changements à bord de la nouvelle Ibiza. Du moins dans la forme. Car les évolutions concernent surtout le soin apporté à la qualité d’assemblage et à l’utilisation de matériaux de meilleure qualité. Il faut toutefois noter la capacité de la boîte à gants qui a quasiment doublé pour atteindre presque 11 litres (et offre ainsi une fonctionnalité normale) et les nouvelles commandes plus ergonomiques du système de climatisation/chauffage situées sur la console centrale. En y regardant de plus près, on remarque aussi le nouveau bloc de compteurs, plus lisible, et le volant au nouveau design. Au final, le résultat, quoi qu’un peu trop tristounet, est là : les matériaux sont agréables au toucher, bien assemblés et aucune vibration n’est venue perturber l’ambiance de qualité qui règne à bord. Les sièges s’avèrent confortables, sans plus. Ceux de la finition FR assurent un meilleur maintien, notamment dans les virages, grâce à leur forme plus ergonomique. Pour la version trois portes (Ibiza SC), l’accès aux places arrière est tout juste convenable et, comme pour beaucoup de modèles équivalents, l’installation à l’arrière pourra être compliquée pour des personnes moyennement agiles. Néanmoins, la place qui leur est allouée reste appréciable... à condition de n’être que deux adultes.

Nouvelle Seat Ibiza accès arrière
L’accès à l’arrière tout juste convenable

Au volant

La gamme de moteurs proposée sur la nouvelle Ibiza évolue surtout en termes de performances. En effet, si le panel de moteurs est déjà connu, au moins dans le groupe Volkswagen, tous gagnent en matière d’émissions de CO2. Ainsi, aucune version commercialisée ne sera soumise à un malus écologique. Même la version la plus puissante, l’Ibiza 1.4 TSI de 150 ch, est neutre dans le domaine des émissions. À l’opposé, la version E-Ecomotive (proposée avec le moteur 1.2 TDI de 75 ch) n’émet que 89 g de CO2/km et peut prétendre, aujourd’hui, à un bonus de 400 €. Ainsi retravaillés par les ingénieurs de la marque espagnole, les moteurs se montrent agréables à conduire. C’est le cas du 1.2 TSI que nous avons eu l’occasion de conduire. Associé à la boîte de vitesses robotisée à double embrayage (baptisée DSG), ce moteur de 105 ch s’est montré tout à fait pertinent en tout point. Précisons que pour la première fois, la boîte DSG s’adapte aux conditions d’utilisation. Ainsi, le logiciel de gestion de la boîte de vitesses prendra en compte la conduite de chacun (montées en régime, rapidité de passage des rapports…) afin d’offrir un comportement qui correspond au mieux à la façon de conduire de l’utilisateur.

Nouvelle Seat Ibiza moteur diesel
Le moteur diesel

Nous avons également conduit une Ibiza équipée du moteur diesel TDI 105 ch qui est aussi performant et agréable à conduire. Un léger bémol sur le confort avec la remontée de vibrations par la pédale d’embrayage. La commande de la boîte de vitesses, manuelle cette fois-ci, est précise et agréable. Dès les premiers tours de roues, on remarque les bonnes évolutions de cette Ibiza, notamment en termes d’insonorisation. La voiture gagne en effet en agrément de ce côté grâce aux nouveaux carénages placés au-dessus et en-dessous du moteur : un « encapsulage » qui contient au mieux le bruit. Le diesel, naturellement plus bruyant, se manifeste toutefois plus lorsqu’on grimpe dans les tours.

Nouvelle Seat Ibiza reflets pare-brise
Trop de reflets sur le pare-brise
La voiture se montre maniable et à l’aise sur tous les types de route : voies rapides, centre urbain, routes de montagne… L’Ibiza est précise et agréable à conduire. Les suspensions sont efficaces et offrent un bon compromis entre fermeté et confort. Sauf lorsqu’on passe sur des petits défauts de revêtement tels une plaque d’égout ou un ralentisseur. Dans ce cas, la filtration est moyenne et les occupants sont un peu secoués. La visibilité pour le conducteur est bonne, et cela dans toutes les directions. Par contre, il faudra faire vraiment attention aux reflets qui peuvent apparaître sur le pare-brise (provenant de la grille de désembuage ou d’objets placés sur la planche de bord) et s’avérer gênants pour le conducteur. Heureusement, la forme de la planche de bord ne permet pas de poser d’objets sans risquer de les voir glisser par terre au premier virage, ce qui limite les risques.

Sécurité

De série, l’Ibiza nouvelle mouture reçoit des équipements de sécurité correspondant au standard de la catégorie : ABS, airbags frontaux et latéraux (avec possibilité de désactivation de l'airbag passager avant), alarme de non bouclage des ceintures de sécurité pour les places avant ou encore deux appuie-têtes arrière réglables en hauteur. On regrette toutefois l’absence d’ESP de série (300 € l’option) sur les deux premières finitions Référence et Style. De série sur la finition FR, l’ESP est alors associé au blocage de différentiel XDS pour les motorisations supérieures à 100 ch. De quoi apporter un surcroît de sécurité sur la route.

Nouvelle Seat Ibiza feux avant
Les nouveaux feux de la Seat Ibiza
La nouvelle génération de Seat Ibiza adopte une ligne un peu plus dynamique avec quelques modifications esthétiques sur les feux avant et arrière, la calandre et le capot puis sur les pare-chocs avant et arrière. Mais, le plus intéressant se passe sous le capot avec des moteurs revus et corrigés pour une consommation réduite et des performances améliorées. L’Ibiza est toujours proposée en trois carrosseries : 3 portes (SC), 5 portes et break (ST).

Côté tarifs, les prix débutent à 11 350 € pour une Ibiza SC 1.2 60 ch et culminent à 21 080 € pour l’Ibiza 2.0 TDI 143 ch 5 portes en finition FR. Des prix qui sont, en règle générale, parmi les plus intéressants du segment et qui se situent, selon les versions, jusqu’à 500 € de moins que ceux pratiqués pour la toute nouvelle Peugeot 208, jusqu’à 1 000 € sous ceux d’une Opel Corsa ou encore à 2 000 € d’une Renault Clio (à noter que cette dernière est en fin de vie puisque la nouvelle Renault Clio IV sera présentée lors du Mondial de l’auto en octobre prochain).

L’Ibiza se révèle donc être une vraie alternative aux modèles des constructeurs dits premium. Et cela d’autant plus que les organes mécaniques qu’elle utilise proviennent de Volkswagen et qu’ils affichent une bonne fiabilité.

La Seat Ibiza en résumé

La Seat Ibiza est disponible en trois carrosseries différentes : berline à 5 portes (Ibiza), berline à 3 portes (Ibiza SC) ou break (Ibiza ST). Et ce sont 12 motorisations essence et Diesel qui peuvent être montées sous le capot avec des puissances allant de 60 ch à 150 ch. Côté boîte de vitesses, le choix est proposé uniquement sur les versions essence et selon la motorisation, entre une boîte manuelle ou DSG (robotisée à double embrayage).

 

Les Seat Ibiza testées par Que Choisir

Seat Ibiza 1.2 TSI 105

Seat Ibiza ST 1.6 TDI CR 105 FAP

 

Les +

Qualité de finition

Rapport prix/équipement/qualité

Moteurs agréables et performants

Boîte de vitesses DSG

Insonorisation en progrès

 

Les –

Intérieur tristounet

Reflets dans le pare-brise

Suspensions fermes sur les petits défauts

Accès aux places arrière (3 portes)