Simplicité et qualité photo

Imprimantes photo 10 × 15

Simplicité et qualité photo

Une bonne imprimante photo 10 × 15 se doit d'être simple à utiliser, économe, rapide et, bien entendu, développer des clichés de qualité. Bonne nouvelle, il est possible d'en trouver sur le marché qui répondent à tous ces critères. Nos conseils pour choisir.

 

Test Que Choisir : Comparatif Imprimantes photo 10x15

S'il est une qualité partagée par la grande majorité des imprimantes 10 × 15, c'est bien leur simplicité d'usage. Il suffit dans la plupart des cas de brancher l'appareil, de le connecter à la source et de lancer l'impression en appuyant simplement sur un bouton ! C'est sans doute l'une des raisons qui expliquent l'engouement des particuliers pour ce type d'imprimantes pourtant restreintes à un usage unique, l'impression de photos.

Si elles ne savent faire que ça, au moins le font-elles bien. La qualité des photos s'est améliorée au cours des dernières années pour atteindre aujourd'hui un niveau tout à fait acceptable, proche de celui des laboratoires professionnels. Ceci est vrai pour les imprimantes fonctionnant par jet d'encre ou sur le principe de la sublimation thermique. Ces deux technologies, qui se partagent équitablement le marché, ont des principes de fonctionnement radicalement différents. Les têtes d'impression des imprimantes à jet d'encre sont composées de buses qui éjectent des gouttelettes d'encre sur le papier. La sublimation thermique, quant à elle, reproduit l'image en superposant sur le papier les trois couleurs primaires (jaune puis magenta et enfin cyan). Une éventuelle quatrième couche, transparente, est déposée en guise de vernis protecteur. Pas d'encre, cette fois, mais un matériau qui, de l'état solide, sur le rouleau, est transformé en gaz au contact des têtes d'impression chauffées. La couleur se refroidit et se fixe au contact du papier.

Même coût unitaire

À qualité égale, le consommateur rationnel accorderait de l'importance au choix de la technologie si, au moins, l'une était plus économique que l'autre. Mais ce n'est pas le cas !

Imprimante photo 10X15
Imprimante Canon à sublimation thermique

Les imprimantes à sublimation thermique affichent peut-être un prix d'achat légèrement inférieur. Mais à l'usage, les deux technologies se valent. Les consommables (ruban thermique ou encre, et papier) se situent dans la même fourchette de prix. Précisons que la sublimation thermique permet une meilleure maîtrise du budget dans la mesure où les consommables sont prévus pour une quantité donnée d'impressions. Les cartouches des imprimantes à jet d'encre offrent un nombre de tirages plus aléatoire. Toutes les couleurs étant contenues dans une seule et même cartouche, il faut en changer dès que l'une d'entre elles est épuisée. Une contrainte qui donne une désagréable sensation de gâchis. Moins évident, le gaspillage est tout aussi réel dans le cas de l'impression thermique : à chaque impression, ne sont utilisées que les couleurs du ruban nécessaires à la photo, les autres sont jetées.

Au final, le coût unitaire d'une photo revient à peu près au même. Il est proche de celui pratiqué par les laboratoires professionnels (30 centimes environ), si toutefois on ne tient compte ni de la dégressivité des prix liée au volume (on atteint jusqu'à 0,08 centime la photo chez certains laboratoires sur Internet), ni du fait que ces laboratoires ne font pas supporter au client le coût des impressions ratées.

Reste qu'imprimer soi-même ses photos à domicile offre un confort indéniable. Mais gare, le hobby peut virer à la phobie s'il faut y passer des heures ! Le temps nécessaire à l'impression d'une photo oscille, selon les constructeurs, entre 35 et 60 secondes. Ces données ne tiennent pas compte du temps nécessaire pour transférer le fichier à l'imprimante et pour qu'elle le traite (intégration, impression, validation). Nos tests concluent plutôt à une moyenne de 75 secondes (1). Pour des gros volumes, donc, méfiance !

PictBridge, Bluetooth et wi-fi

Dans la pratique, ces imprimantes n'ont pas besoin d'être connectées à un ordinateur. Il est bien sûr possible de lancer une impression depuis un PC connecté à l'imprimante. Mais ces appareils autonomes communiquent également très bien seuls avec les appareils photo, quelle qu'en soit la marque. C'est la vocation de la norme PictBridge, aujourd'hui massivement adoptée (seules 4 % des imprimantes 10 × 15 commercialisées en 2007 ne répondaient pas à ce standard). Cette connexion entre les deux appareils se fait encore principalement à l'aide d'un câble fourni avec l'appareil photo. La technologie de connexion sans fil wi-fi est encore peu répandue dans l'univers de la photo. En revanche, avec la généralisation des capteurs sur téléphones mobiles, le Bluetooth se banalise. Mais rares sont les imprimantes qui intègrent cette technologie, il faut donc prévoir dans le budget un accessoire supplémentaire, non fourni, pour rendre la machine compatible (une clé USB Bluetooth, 20 euros environ). Il sera alors possible de lancer l'impression directement depuis son téléphone.

Imprimante photo 10X15
Lecteur carte mémoire

L'éventail des possibilités de transfert des fichiers ne serait pas complet sans une bonne connectique. Un port USB permet de lire les fichiers stockés sur des périphériques (clé USB, disque dur). Grâce à un lecteur de cartes mémoires, on peut insérer directement la carte de l'appareil photo dans l'imprimante. Lorsqu'il est présent, le lecteur accepte fréquemment plusieurs formats (les plus répandus : Compact Flash, Memory Stick, SD Card, etc.) mais vérifiez tout de même avant d'acheter si le lecteur lit votre carte. En transférant les photos par une carte mémoire ou une clé USB, la prévisualisation du rendu ne peut se faire que sur un écran... Attention à ce point, leur présence n'est pas systématique et leur qualité, ainsi que leur taille, varient.

Dernier point de contrôle : avec les imprimantes 10 × 15, il est possible d'imprimer n'importe où, n'importe quand. Une imprimante peu encombrante facilitera les déplacements. Mais il faudra alors y adjoindre une batterie, presque toujours vendue séparément en option (environ 60 euros).

Faux ami : la résolution

La « résolution » de l'imprimante, sur laquelle communiquent les constructeurs, est sensée traduire la finesse d'impression de l'image. Pour les imprimantes à sublimation thermique, elle atteint dans la plupart des cas 300 × 300 ppp (pixels par pouce), ce qui signifie que l'imprimante juxtapose 300 pixels par pouce (2,54 cm) en largeur et en hauteur (soit 90 000 pixels par pouce). Les chiffres pour les imprimantes à jet d'encre sont plus impressionnants (4 800 × 1 200 dpi pour la plupart, jusqu'à 5 760 × 1440 dpi), mais attention, ce n'est pas synonyme de meilleure définition ! Nos tests successifs ont même montré que la résolution annoncée ne reflète pas la qualité du rendu. La différence provient du fait qu'en jet d'encre, les têtes d'impression « éclaboussent » la feuille sans forcément contrôler la position de chaque goutte sur la feuille. Dans le cas de la sublimation thermique, au contraire, la position de chaque pixel est absolument maîtrisée.

Hors format

Les constructeurs sont parvenus à s'entendre pour que le PictBridge s'impose comme standard de connexion entre les appareils photo et les imprimantes. Mais reste un effort à fournir sur les formats. En effet, les photos prises avec un appareil numérique ont un rapport de 4/3 (la hauteur mesure les trois quarts de la largeur de l'image), alors que les imprimantes 10 × 15 tirent des photos ayant un rapport de 2/3. Conséquence directe : les images imprimées sont rognées sur la hauteur, de plus de 10 % !

Deux solutions existent pour contourner le problème :

- tenir compte de cette contrainte lorsque l'on prend la photo... moyennement satisfaisant !

- opter pour une imprimante proposant des options de recadrage. Il est alors possible de réduire l'image pour qu'elle tienne entièrement sur le papier. Inévitablement, cette solution engendre l'apparition de bandes blanches sur les deux côtés.

Test Que Choisir : Comparatif Imprimantes photo 10x15

(1) Entre 40 secondes et un peu plus de 2 minutes avec une moyenne de 1 min 15 s sur 32 appareils (impression d'une photo 10 × 15 de 7 MPixels selon trois méthodes : transfert via PictBridge, via une carte mémoire et via un ordinateur).

Camille Gruhier

cgruhier