Auto

Les nouveaux modèles testés

Publié le : 25/07/2013 

Régulièrement, « Que Choisir » teste sur circuit les nouveaux modèles de voitures. Mesures de consommation, d’habitabilité et de tenue de route sont au programme selon un protocole détaillé et strict. Parmi les derniers modèles essayés, l’Audi A3 Sportback, la Citroën DS3, la Dacia Lodgy, l’Opel Adam, la Peugeot 4008 et la Toyota Auris Hybrid.

 

Le choix d’une voiture peut se faire sur plusieurs critères plus ou moins subjectifs. Si la ligne est laissée à l’appréciation de chacun, l’habitabilité, les performances, la consommation, la tenue de route ou encore la sécurité sont des critères objectifs qui peuvent être comparés d’un modèle à l’autre. « Que Choisir » teste ainsi une centaine de voitures chaque année selon un protocole strict. La fiabilité des voitures est également évaluée auprès de près de 30 000 conducteurs européens afin d’aider les consommateurs à investir dans un modèle durable qui ne réserve pas de mauvaise surprise. Enfin, grâce aux crash-tests que nous réalisons au sein de l’Euro NCAP, nous sommes en mesure de dresser un bilan précis de la sécurité de chaque modèle testé.

Notre « comparateur auto » présente aujourd’hui presque 2 000 modèles testés sur circuit comparables entre eux. Pour chaque voiture, nous vous proposons une fiche détaillée qui comporte une évaluation du modèle, les caractéristiques, les résultats de nos crash-tests, les prix de chaque version ainsi qu’une galerie de photos. Pour certains modèles, un avis du testeur entrera encore plus en détail dans la critique de la voiture pour chaque point que nous avons testé.

Rapide présentation des derniers modèles testés dont l’Audi A3 Sportback, la Citroën DS3, la Dacia Lodgy, l’Opel Adam, la Peugeot 4008 et la Toyota Auris Hybrid.

 

Audi A3 Sportback

 

Image

Cette nouvelle déclinaison de l’Audi A3, apparue fin 2012, a été essayée en plusieurs motorisations : trois versions à essence, le 1.4 TFSI de 125 ch, le 1.4 TFSI COD de 140 ch et le 1.4 TFSI de 122 ch, et une diesel, le 1.6 TDI 105 ch. Précisons que la version 1.4 TFSI de 140 ch utilise la technique COD, pour « cylinder on demand » (cylindre à la demande). Cette technologie permet au moteur de ne fonctionner que sur deux cylindres au lieu de quatre lorsque les conditions le permettent : besoin restreint en puissance lors d’une circulation à vitesse stabilisée sur le plat, décélération… Nous avions par ailleurs réalisé une prise en main de la Volkswagen Polo Blue GT, une voiture qui fut l’une des premières du groupe à utiliser cette solution technique. La nouvelle mouture de l’Audi A3 Sportback utilise également la nouvelle plate-forme du groupe inaugurée sur la Golf VII.

Consultez le test de l’Audi A3 Sportback

 

Citroën DS3 cabriolet

 

Image

La Citroën DS3 Cabrio, dont nous avons pris le volant en début d’année pour une première impression, a été passée au crible de notre test sur circuit. Pour cette version découvrable de la C3, Citroën a choisi l’option d’un toit découvrable (comme pour la 500C) au lieu d’une capote traditionnelle comme celle de la Mini Cabriolet. La DS3 Cabrio conserve ainsi la ligne caractéristique de la berline dont elle est issue. Elle est disponible en plusieurs motorisations, dont le tout récent bloc essence à trois cylindres en version VTi de 82 ch (que nous avons pu conduire fin 2012 sur une Citroën C3), puis les traditionnelles motorisations à essence de 4 cylindres que l’on peut trouver sous le capot de la DS3 Cabrio avec le 1.6 VTi de 120 ch ou 1.6 THP de 155 ch. Côté diesel, un seul bloc est proposé : le 1.6 e-HDI de 90 ch. Certaines de ces mécaniques peuvent par ailleurs être associées à la boîte de vitesses robotisée BMP6.

Consultez le test de la Citroën DS3 cabriolet

 

Dacia Lodgy

 

Image

Après la Logan, première Dacia de l’ère moderne et première voiture « low cost » vendue en France, après la citadine Sandero et le SUV urbain Duster, c’est au tour du monospace compact Lodgy de compléter la gamme Dacia. La démarche est encore et toujours la même : privilégier le côté pratique et utile (le Lodgy est disponible en 5 ou 7 places) pour un prix défiant toute concurrence. Le revers de la médaille est que, pour préserver un prix d’achat attractif, le constructeur a fait l’impasse sur la qualité des matériaux et la modernité de la ligne. Nous avons quand même pu apprécier les arguments du monospace de Dacia lors d’une prise en main du Lodgy 1.5 dCi de 90 ch. Le Lodgy peut recevoir un autre diesel d’une puissance de 110 ch et deux variantes à essence : le 1.6 MPI de 85 ch et le 1.2 TCe de 115 ch. Des mécaniques bien évidemment issues d’autres modèles de la gamme Renault.

Consultez le test de la Dacia Lodgy

 

Opel Adam

 

Image

Représenté par les Mini, Fiat 500 et Citroën DS3, le segment des citadines branchées a le vent en poupe. Et de jouer à fond la carte de la personnalisation en proposant moult solutions pour « construire » sa propre voiture : accessoires, peintures… tout y passe pour que l’acheteur réussisse à rouler différemment. L’Adam fait partie de ces voitures, et les possibilités de configuration sont presque infinies. Il est en effet possible de combiner, pour chaque style, les couleurs extérieures et intérieures, les tissus, les jantes, les garnitures… La gamme Adam se compose de quatre finitions principales (Adam, Adam Jam, Adam Glam et Adam Slam) et chacune peut recevoir trois moteurs à essence : 1.2 Twinport 70 ch, 1.4 Twinport 87 ch avec Stop&Start et 1.4 Twinport 100 ch. Soulignons que la gamme de motorisations ne comporte pas de diesel.

Consultez le test de l’Opel Adam

 

Peugeot 4008

 

Image

Après la Peugeot 4007 dérivée du Mitsubishi Outlander , c’est au tour du 4008 de porter le flambeau de la gamme 4×4 du constructeur français et de concurrencer les Volkswagen Tiguan, Nissan Qashqai ou Kia Sportage. Mais, là encore, il s’agit d’un véhicule « simplement » rebadgé au logo de Peugeot. Le 4008 est en fait un Mitsubishi ASX remodelé à la sauce Peugeot. Et si la ligne extérieure change un peu par rapport au modèle japonais, l’intérieur est strictement identique. Même scénario pour la mécanique quasiment entièrement fournie par le constructeur japonais : toute la transmission, les boîtes de vitesses et même sous le capot. Ainsi, si le 1.6 HDI de 115 ch est d’origine Peugeot, le second moteur proposé, un 1.8 HDI de 150 ch, est d’origine Mitsubishi.

Consultez le test de la Peugeot 4008

 

Toyota Auris Hybrid

 

Image

Depuis 1997 et la commercialisation de la Prius, Toyota a fait de l’hybridation sa marque de fabrique. Après la récente Yaris, présentée il y a un peu plus d’un an, c’est au tour de la compacte Auris (modèle de deuxième génération proposé depuis le début de l’année 2013) de recevoir une motorisation mixte essence/électrique. La voiture dispose d’un moteur utilisant la technologie hybride baptisée Hybrid Synergy Drive (HSD), qui améliore ses performances mécaniques et réduit sa consommation. LAuris Hybrid est alors dotée d’un moteur thermique à essence associé à un moteur électrique. La puissance cumulée des deux moteurs permet d’atteindre 136 ch au maximum. La note écologique s’améliore par rapport à la première Auris Hybrid, avec des émissions de CO2 oscillant entre 87 g/km et 91 g/km selon les finitions. De même, la consommation moyenne de carburant est légèrement réduite.

Consultez le test de la Toyota Auris Hybrid