ACTUALITÉ
Volkswagen ID3

Premières impressions

Première voiture 100 % électrique de Volkswagen conçue pour recevoir uniquement cette motorisation, l’ID3 en tire tous les bénéfices : ligne originale, habitabilité optimale, performances et intérieur très high-tech. Un peu trop peut-être et pas à n’importe quel prix.

Volkswagen, dont l’objectif est l’arrêt total de la production de véhicules à moteurs thermiques en 2040, débute son offensive sur les voitures propres avec la commercialisation de l’ID3. La production de la compacte électrique, commercialisée depuis quelques jours, est certifiée neutre en carbone par l’Association d'inspection technique TüV Nord. Conçue sur une toute nouvelle plateforme (MEB), qui sera également utilisée sur l’ID4 prévue pour la fin de l’année, l’ID3 s’est fait attendre depuis son annonce il y a 4 ans. Mais le résultat en vaut la chandelle.

Qualité de vie à bord

Avec l'ID3, Volkswagen signe un intérieur très épuré.

Rarement nous n’avons été aussi surpris en termes d’ergonomie en s’installant à bord d’une voiture. Plus aucun bouton ni mollette sur la planche de bord, place à des touches tactiles. Idem sur le volant, la contre-porte du conducteur pour le réglage des rétroviseurs et la commande des lève-vitres. Même le levier de vitesses disparaît au profit d’un sélecteur positionné à droite du combiné d’instruments : il suffit de le tourner 1, 2 ou 3 fois, dans un sens ou dans l’autre pour engager la fonction souhaitée.

Le levier de vitesses devient un sélecteur de vitesses.

Le combiné d’instruments, évidemment numérique, prend lui aussi une toute autre allure. Terminé l’afficheur surchargé, les informations délivrées sont minimales : vitesse, niveau de charge des batteries, autonomie, info des aides à la conduite et navigation. Si cela facilite grandement la lecture – c’est le but du constructeur –, il faudra aller chercher les informations sur le véhicule (notamment la consommation électrique) au niveau de l’écran central. De même, la suppression de tous les boutons impose de passer par l’écran central pour gérer la radio, la climatisation, la navigation, etc. Même la commande des vitres, originale, demande un peu de pratique. En effet, il n’y a que deux boutons initialement programmés pour les vitres avant. Pour celles de l’arrière, il faudra activer une troisième touche (REAR) pour modifier la commande. Un avantage toutefois : cela évite de se tromper de vitre en arrivant au péage.

L'écran central est tactile, tout comme les commandes du volant.

L’ID3 possède un original bandeau lumineux sous le pare-brise. Baptisé ID.Light, il assure des fonctions d’aide à la conduite. Par exemple, une lumière se déplace vers l’extrémité gauche ou droite en fonction de la direction vers laquelle le système de navigation nous signale d’aller. Une lumière rouge intense avertit le conducteur qu’il doit freiner lors d’une situation critique et, pendant la recharge de la batterie, une barre verte se remplit de gauche à droite. Si ces indications s’avèrent assez pratiques et agréables à utiliser, il faudra néanmoins se familiariser avec avant de prendre la route. Et elles pourraient rebuter les plus réfractaires aux nouvelles technologies.

Lors de notre roulage, nous avons regretté quelques bugs d’indication du système de navigation, l’absence des systèmes de couplage du smartphone Apple Car Play et Android Auto et une commande vocale moyennement pertinente. L’ID3 est alors loin de l’efficacité du système MBUX proposé par Mercedes sur ses modèles Classe A, Classe B, etc. Mais, conscient de ces défauts, Volkswagen promet à ses clients une mise à jour gratuite au début de l’année prochaine.

L’habitabilité proposée par l’ID3 est d’un tout autre niveau. Comme la voiture a, dès l’origine, été pensée comme étant un modèle électrique, le constructeur a pu tirer profit de l’absence de moteur à l’avant. Résultat, la compacte reçoit un immense pare-brise qui offre une excellente visibilité vers l’avant et les volumes à l’avant et à l’arrière sont excellents. Seule ombre au tableau, une lunette arrière un peu étroite qui handicape la visibilité. Heureusement, la caméra de recul veille au grain et apportera un soutien important lors des manœuvres. Enfin, grâce aux batteries logées sous les sièges avant, le volume de coffre est préservé même si, avec 385 litres, il est dans la moyenne basse de la catégorie.

Le coffre est d'un volume satisfaisant.

Au volant

Disposant d’une nouvelle plateforme dédiée aux modèles électriques, l’ID3 dispose d’une architecture particulière : c’est une propulsion avec un moteur électrique de 204 ch placé entre les roues arrière. Les batteries sont, elles, logées sous les sièges avant. Cet agencement apporte un bel équilibre des masses et la voiture dispose d’un très bon comportement routier qui fait rapidement oublier que l’on conduit une compacte assez lourde : 1 794 à 1 934 kg selon la version.

Les batteries sont installées sous les sièges avant.

Sur la route, l’ID3 se comporte très bien et s’avère très dynamique. Si les suspensions gèrent bien le roulis et la tenue de route en général, nous avons toutefois regretté une certaine fermeté sur les mauvais revêtements. Les occupants seront alors un peu malmenés sur des routes pavées ou en mauvais état. Un désagrément qui est aussi vraisemblablement accentué par le grand diamètre des roues : 18, 19 voire 20 pouces selon les finitions et options. Mais, lorsque le revêtement est de qualité, l’ID3 se montre très confortable et agréable à conduire. C’est aussi l’occasion d’apprécier le très bon maintien des sièges. L’autre avantage de l’ID3 est qu’elle dispose d’un remarquable diamètre de braquage : 10,2 mètres. C’est 0,4 mètre de moins que la citadine de la marque, la Polo. La compacte peut ainsi se faufiler partout et accéder facilement à n’importe quel parking souterrain.

Les sièges avant assurent un très bon maintien et deux passagers voyageront aisément à l'arrière.

Côté motorisation, l’ID3 peut recevoir trois niveaux de capacité de batterie : 45 (à partir de 2021 au mieux), 58 ou 77 kWh pour des autonomies annoncées selon le protocole d’homologation WLTP comprises entre 409 km (ID3 1st Max) et 542 km (ID3 Tour). Le futur « petit » modèle équipé de la batterie de 45 kWh devrait afficher une autonomie d’environ 300 km. Des chiffres un peu optimistes. Car lors de notre roulage, réalisé avec une ID3 1st Plus dotée d’une batterie de 58 kWh, notre autonomie globale s’est située à 367 km (consommation de 15,8 kWh/100 km). Et cela sur un parcours très varié composé de ville, de voies rapides, de routes de campagne et même d’autoroute réalisé avec une conduite globalement assez tranquille. Il nous semble assez difficile de faire mieux sur ce type de routes assez exigeantes, surtout à l’approche de la saison hivernale qui va imposer l’utilisation du chauffage. Des trajets exclusivement urbains et interurbains devraient toutefois permettre d’améliorer cette autonomie grâce aux multiples phases de récupération d’énergie au freinage.

Sécurité

Outre les systèmes d’aide à la conduite désormais très courants, la Volkswagen ID3 inaugure un airbag central. Placé sur le côté du siège conducteur, il est destiné à éviter les collisions entre passagers avant. Résolument technologique, l’ID3 intègre la fonctionnalité Car2X. Encore très peu répandue, elle utilise les informations des autres véhicules présents dans un périmètre pouvant s’étendre jusqu’à 800 mètres ainsi que les signaux des infrastructures de transport pour avertir le conducteur des dangers éventuels et transmettre ces avertissements à d’autres véhicules équipés de la fonction Car2X. Cette solution est récompensée par l’EuroNCAP et devrait permettre à l’ID3 d’afficher un bon score en termes de sécurité.

La technologie Car2x permet de recevoir des informations en temps réel.

La Volkswagen ID3 en résumé

Si on exclut les versions 1st uniquement proposées lors du début de commercialisation, les tarifs de l’ID3 hors bonus écologique sont compris entre 37 990 € et 48 990 €. Certes, l’ID3 est très agréable à conduire et offre une habitabilité quasi exemplaire, mais reste très chère pour une compacte, aussi propre soit-elle.

Les +

  • Performances
  • Agrément d’utilisation
  • Habitabilité
  • Niveau technologique

Les -

  • Prix
  • Autonomie sur autoroute
  • Ergonomie à apprivoiser
Yves Martin

Yves Martin

Rédacteur

Lire aussi

Soutenez-nous, rejoignez-nous

La force d'une association tient à ses adhérents ! Aujourd'hui plus que jamais, nous comptons sur votre soutien. Nous soutenir

image nous soutenir

Newsletter

Recevez gratuitement notre newsletter hebdomadaire ! Actus, tests, enquêtes réalisés par des experts. En savoir plus

image newsletter