Éclairage et ampoules

5 bons réflexes à adopter pour diminuer sa consommation d’électricité

S’éclairer sans gaspiller est une question de bonnes pratiques. C’est aussi une affaire de bon choix d’équipements. L’impact environnemental d’une source lumineuse est notamment déterminé par sa longévité et sa consommation d'électricité. Au royaume des ampoules, il importe de choisir le type de lampes le moins énergivore pour une intensité lumineuse identique. Les ampoules LED sont le mieux placées (1). Mais certains points de vigilance sanitaires et d’autres critères doivent toutefois être pris en compte.

 
SOMMAIRE

 

Opter pour des LED

Dans l’état actuel des connaissances, d’un point de vue environnemental, les lampes à LED constituent un meilleur choix que les lampes fluo compactes. Leur prix a considérablement baissé. Elles consomment peu d’énergie durant leur fonctionnement. Elles sont utilisables même à l’extérieur et pour des éclairages avec variateur. Elles ont une durée de vie souvent beaucoup plus longue. Mais ces avantages qui les placent largement au-dessus de la mêlée sont à nuancer. Elles génèrent durant leur fabrication et en fin de vie des impacts environnementaux non négligeables. En effet, certains matériaux utilisés pour leur fabrication (l’indium et le gallium) sont non recyclables et sont considérés comme critiques en raison de l’épuisement de ces ressources (1). Et du point de vue des risques sanitaires, des questions subsistent : une nouvelle étude confirme qu’elles peuvent être mauvaises pour les yeux.

 

Proscrire les éco halogènes

Leur interdiction à la vente, initialement prévue pour septembre 2016, a été reportée à septembre 2018. Les lampes éco halogènes ne présentent aucun intérêt que ce soit d’un point de vue environnemental ou financier. Elles n’ont en réalité rien d’économique car elles consomment 4 fois plus d’énergie qu’une ampoule fluo compacte et 6 fois plus qu'une LED. Elles sont considérablement énergivores, d’une faible durée de vie et d’un coût d’usage élevé. Elles affichent une classe D sur l’étiquette énergie. C’est dire leur faible performance énergétique.

 

Profiter de la lumière du jour

Privilégiez toujours les apports de l’éclairage naturel, meilleur pour l’œil humain et la facture d’électricité. Organisez votre espace intérieur en fonction de la lumière, en plaçant par exemple le bureau, le plan de travail ou l’évier de la cuisine sous une fenêtre.

 

Penser à éteindre la lumière

Dès que vous quittez une pièce, n’oubliez pas d’éteindre les lumières. N’oubliez pas que ce réflexe vaut aussi au bureau. Se procurer des interrupteurs détecteurs de mouvements (on en trouve à moins de 15 €) peut constituer un bon investissement.

 

Dépoussiérer les dispositifs d’éclairage

Nettoyez régulièrement les ampoules et les luminaires pour optimiser leur efficacité : à puissance égale, un appareil poussiéreux peut produire un flux lumineux inférieur de 40 % à celui d’un appareil propre.

 

(1) Source : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).