Antimoustiques

L’efficacité des produits antimoustiques en question

Publié le : 25/06/2015 

Au fil des tests réalisés en laboratoire, tant par Que Choisir que par nos partenaires européens, 150 produits ont été évalués. Certains sont efficaces, d’autres pas du tout. Voici notre panorama des parades antimoustiques, des plus efficaces aux pas efficaces du tout, autrement dit ce qui devrait être interdit de vente.

 

Test Que Choisir : Comparatif Antimoustiques

Efficacité maximale

Les répulsifs au DEET

Chaque nouveau test le prouve, les répulsifs au DEET restent de loin les plus efficaces. Nos essais de laboratoire démontrent aussi qu’il est inutile de surdoser en DEET. Les produits dosés à 30 %, et même à 25 % pour le meilleur choix de ce nouveau test, sont très efficaces. Le Canada a d’ailleurs interdit la vente de répulsifs dosés à plus de 30 % de DEET. Acheter un répulsif qui contient 50 % de DEET ne se justifie plus (si ce n’est en zone de malaria), et c’est une bonne nouvelle compte tenu de la toxicité de ce principe actif. Le DEET peut provoquer des irritations de la peau et des yeux, voire des maux de tête ou des difficultés respiratoires. Par ailleurs, il attaque les plastiques, il les fait fondre. Gare aux montures de lunettes, aux bracelets de montres et autres accessoires.

Du fait de sa nocivité, le DEET ne doit pas être utilisé par les jeunes enfants ni les femmes enceintes, sauf dans les zones à risques avérés de dengue, de chikungunya ou de paludisme, le bénéfice étant alors nettement supérieur au risque.

 

Les moustiquaires

Aux fenêtres et aux portes en zones à risques, et partout autour des berceaux et des lits des enfants, les moustiquaires sont la protection idéale. Elles sont très efficaces. En zone infestée, il vaut encore mieux qu’elles soient imprégnées d’insecticide (perméthrine ou deltaméthrine) si elles ne sont pas destinées aux enfants.

 

Efficacité correcte

Les répulsifs à l’icaridine

Les résultats varient selon les formulations, la concentration en principe actif n’est pas déterminante. Le récent test comparatif de nos confrères italiens a montré qu’un répulsif contenant 16 % d’icaridine était plus efficace que ceux dosés à 20 et 25 %. L’icaridine a une efficacité à peu près comparable sur les différentes espèces de moustiques. Ce principe actif est irritant à des concentrations de 25 %.

 

Efficacité correcte mais variable

Les répulsifs à l’IR3535

La formulation du produit compte là encore autant que la concentration en principe actif. Certains répulsifs dosés à 25 % d’IR3535 sont efficaces, d’autres moins. Ce principe actif protège plus longtemps du moustique commun que du moustique Aedes. Il faut donc renouveler fréquemment l’application dans les zones à risques. L’IR3535 n’a pas d’effets indésirables notoires, elle est bien tolérée. Elle convient aux enfants et aux femmes enceintes.

 

Efficacité très variable

Les répulsifs au citriodiol

Le citriodiol se vend sous plusieurs dénominations. Le répulsif peut indiquer au choix citriodiol, PMD, p-Menthane-3,8-diol ou PMDRBO, il s’agit toujours du même principe actif. L’efficacité varie très fortement d’un répulsif à l’autre, même à concentration identique. Tout dépend de la formulation. Il est impossible de faire confiance à un répulsif au citriodiol sans connaître ses résultats aux tests de laboratoire. Le citriodiol est irritant pour la peau.

 

Les produits à bannir définitivement

Les bracelets antimoustiques

Quel que soit leur principe actif, chimique ou à base de plantes, les bracelets antimoustiques sont d’une efficacité… nulle. Face à une femelle moustique en quête de sang, en porter un ou pas ne change strictement rien, elle piquera.

 

Les huiles essentielles

Qu’elles soient dans les bracelets, les bougies, les sprays, les diffuseurs ou les plaquettes, les essences de plantes, ça ne marche pas contre les moustiques.

 

Les appareils à ultrasons

Porte-clés solaire, appareil à brancher ou à poser, les ultrasons n’ont aucun effet répulsif sur les moustiques.

 

Les applications pour smartphones

Elles sont basées sur les ultrasons et n’ont aucune efficacité sur les moustiques, quelle que soit la gamme de fréquences. 

 

Et les insecticides ?

 

Les bombes aérosol

Toutes les bombes aérosol qui utilisent des pyréthrinoïdes de synthèse (nom qui se termine en -thrine) sont d’une redoutable efficacité.

 

Les diffuseurs électriques

Les diffuseurs qu’on branche sur une prise protègent, mais sur un espace restreint et pas à 100 %. En laboratoire dans notre précédent test, ils avaient tué une partie des moustiques et seulement endormi les autres.

 

Les spirales insecticides à brûler

Elles sont efficaces en extérieur, mais seulement le temps qu’elles brûlent et à proximité. 

→ Test Que Choisir : Comparatif Antimoustiques

Élisabeth Chesnais

Contacter l’auteur(e)