Ford Focus

Premières impressions

Publié le : 17/09/2014 

La nouvelle mouture de la Ford Focus adopte de nouveaux moteurs annoncés comme plus économiques. Elle gagne aussi en finition, en ergonomie et en équipement. De quoi remettre cette compacte à niveau dans un segment très convoité.

 

Ford Focus face

Commercialisée depuis 2011, la troisième génération de Ford Focus fait aujourd’hui peau neuve et sa gamme s’enrichit. À l’extérieur, les changements portent sur la face avant mais c’est surtout à l’intérieur que la compacte évolue le plus. Les matériaux ont changé pour devenir plus agréables au toucher et leur nombre a diminué.

 

Qualité de vie à bord

photo 1
La planche de bord de la nouvelle Focus est plus agréable.

La planche de bord de la nouvelle Focus semble plus fine mais est surtout bien plus agréable à l’œil. Mieux, le constructeur, pour la première fois, abandonne la console centrale surchargée de boutons et très complexe d’utilisation. Un défaut que l’on retrouve encore sur d’autres modèles de la marque comme sur le Ford Kuga par exemple. Les multiples boutons laissent désormais place à un large écran tactile et aux commandes de la radio/CD. Dommage que Ford n’ait pas poussé plus loin ces améliorations en termes d’ergonomie et laisse encore un volant un peu complexe. Ce dernier reçoit en effet de nombreuses commandes qui demandent un certain temps d’adaptation. Les progrès sont aussi apportés par l’adoption de la deuxième génération du système à commande vocale et connecté Sync. Là aussi, si les services offerts sont complets et performants, la commande vocale doit encore progresser pour devenir vraiment pertinente. Nos requêtes, certes réalisées sur un système en anglais, ont en effet dû être répétées à maintes reprises et sont parfois même restées vaines. Un petit défaut que l’on peut certainement mettre sur la responsabilité de notre accent anglais perfectible ! Nous ne manquerons pas de tester à nouveau ce système lorsque nous pourrons disposer d’un système en français.

photo 2
La console centrale est désormais plus sobre.
L’écran tactile de 8 pouces, suffisamment sensible, permet de gérer facilement toutes les commandes de la navigation, de l’ordinateur de bord ou encore de la climatisation, et cela de façon intuitive.

L’habitabilité est assez bonne et, à l’avant, la place est généreuse avec une garde au toit importante qui offre une bonne sensation de volume. À l’arrière, c’est un peu moins vrai avec le toit qui descend légèrement, mais rien de rédhibitoire. Tous les passagers disposeront de suffisamment de place pour voyager à l’aise.

Le volume de coffre est aussi appréciable avec des valeurs comprises entre 277 et 1 516 litres. En comparaison, une Volkswagen Golf offre de 380 à 1 270 litres (une valeur maxi partagée par la Renault Megane) et une Opel Astra GTC de 350 litres à presque 1 300 litres (1 470 litres pour la version à 5 portes).

 

Au volant

La nouvelle Focus possède un train avant revu et renforcé qui limite désormais les déformations et améliore le guidage de la voiture. Le conducteur bénéficie ainsi d’un meilleur ressenti au niveau du volant et la voiture est plus précise à diriger. Les kilomètres réalisés sur des routes de montagne ont en effet mis en évidence la facilité à placer la voiture dans les virages. Nous avons également pu apprécier les changements en termes de suspensions qui offrent un vrai confort à la voiture. Les irrégularités de la chaussée sont bien filtrées et la voiture n’est pas du tout « tape-cul ». Les quelque 400 km réalisés dans la nouvelle Focus sont donc passés sans aucune contrainte physique.

photo 3
Le moteur EcoBoost 3 cylindres de 125 ch recevra une boîte automatique début 2015.

Nous avons pu prendre en main le petit moteur à trois cylindres EcoBoost de 125 ch déjà conduit sur l’ancienne mouture de Ford Focus. Ce denier moteur ne reçoit pas de modification notable et reste agréable pour un usage courant. Dommage que nous n’ayons pas pu prendre en main la version associée à une boîte automatique à 6 rapports qui ne verra le jour qu’à partir de janvier 2015. Et cela est d’autant plus regrettable que nous n’avons pas vraiment apprécié la commande d’embrayage qui possède « un cran » lorsqu’on la relâche et qui génère une secousse peu agréable. Une remarque valable également pour la seconde motorisation avec laquelle nous avons roulé, une autre essence : le tout nouveau bloc 1,5 litre EcoBoost de 182 ch (moteur qui vient en remplacement du 1,6 litre EcoBoost de puissance équivalente). Le résultat est plutôt convaincant en termes d’agrément et de reprise. Nous n’avons rencontré aucune difficulté dans toutes les configurations de routes rencontrées. La seule ombre au tableau concerne la consommation de carburant. Alors que ce moteur est donné dans les documents commerciaux pour une valeur moyenne de 5,9 l/100 km, l’ordinateur de bord n’est jamais descendu sous les 8 l/100 km !

photo 4
La visibilité de trois quarts arrière est juste moyenne.
Agréable sur route, la nouvelle Focus l’est aussi en ville où elle se montre relativement maniable. Attention toutefois à la visibilité moyenne qu’elle procure de trois quarts arrière. La faute à des montants arrière très imposants. Les aides au stationnement sont alors très appréciables. À noter que la compacte de Ford propose un système de stationnement automatique qui, pour la première fois, peut désormais être activé pour se garer en perpendiculaire.

 

Sécurité

Pour cette nouvelle génération, Ford met le paquet et la Focus reçoit de nombreux systèmes d’aide à la conduite et de sécurité innovants et que l’on ne trouve pas sur d’autres modèles de compactes. À commencer par les phares avant adaptatifs qui ajustent automatiquement l'angle et l'intensité du faisceau lumineux en fonction de la vitesse, de l'angle du volant et de la distance des obstacles. Le système de freinage automatisé à faible allure Active City Stop évolue pour devenir opérationnel jusqu'à une vitesse de 50 km/h (30 km/h auparavant). La Focus inaugure aussi l’assistance de pré-collision, qui fonctionne selon le même principe que l’Active City Stop (la voiture freine toute seule en cas de risque de collision), mais avec une plus longue portée et à des vitesses plus élevées allant de 8 km/h à 180 km/h. Autre nouveauté : l’alerte de véhicule en approche (Cross Traffic Alert) qui avertit le conducteur au moment de sortir d’une place de parking en marche arrière si un autre véhicule approche. Enfin, la nouvelle Focus reçoit la technologie Ford MyKey, un système qui permet au propriétaire de programmer une 2e clé (destinée par exemple à un jeune conducteur) qui imposera une vitesse maximale, limitera le volume de l’autoradio, coupera le son de l’autoradio si les ceintures de sécurité ne sont pas bouclées et empêchera de désactiver les équipements de sécurité comme l’ESP et l’Active City Stop.

Ford Focus dos

La Ford Focus en résumé

Si la nouvelle Focus change un peu à l’extérieur, c’est sous le capot et à l’intérieur qu’ont lieu les plus grosses modifications. Elle peut en effet recevoir des mécaniques plus récentes et censées optimiser la consommation de carburant. Elles sont en tout cas, pour celles essayées, agréables à conduire. Mais c’est surtout au niveau de sa finition, de son ergonomie et de son niveau d’équipement que la Focus se démarque. En termes de prix, bien qu’un peu plus chère, elle se situe au même niveau qu’une Peugeot 308, la compacte la plus vendue, mais est mieux équipée, notamment en systèmes d’aide à la sécurité.

 

Les +

Ergonomie en progrès

Confort de suspension

Finition

Comportement routier

 

Les –

Volant trop chargé

Visibilité moyenne

Consommations annoncées/réelles

Commande d’embrayage