Smartphones Huawei Le fabricant chinois privé des services de Google ?

Smartphones Huawei

Le fabricant chinois privé des services de Google ?

Publié le : 22/05/2019 

Lundi 20 mai, Google annonçait qu’il allait rompre ses accords commerciaux avec le fabricant chinois Huawei, premier vendeur mondial de smartphones. Ainsi, les futurs modèles du fabricant n’intégreraient plus ni Maps, ni Gmail, ni le Google Playstore, ni Youtube, ni les autres services de Google. Le lendemain, après avoir affolé des millions de consommateurs, le géant américain annonce que cette décision est finalement suspendue et que des discussions sont en cours. Le scénario de la rupture est-il réaliste ? Faut-il acheter un smartphone Huawei aujourd’hui ? Que risquent les propriétaires actuels ? Vos questions, nos réponses. 

 

Pourquoi Google a-t-il annoncé subitement qu’il rompait ses relations commerciales avec Huawei ?

Le 16 mai dernier, le président américain Donald Trump a signé un décret interdisant aux entreprises américaines de se fournir en équipements auprès des entreprises « à risque » pour la sécurité du pays. Huawei, dans le viseur des autorités pour ses activités dans le domaine des réseaux télécoms, était clairement dans le viseur. En rompant ses relations commerciales avec Huawei, Google n’a donc fait qu’appliquer ce décret. Mais il a du même coup fait de Huawei une victime de la guerre commerciale que se livrent la Chine et les États-Unis. En prouvant qu’il peut priver le premier fabricant mondial de smartphones des services de Google, Donald Trump fait une démonstration de force, quitte à prendre des millions de consommateurs en otage.

 

Pourquoi le décret américain à l’origine de la décision de Google est-il finalement reporté de trois mois ?

À peine le décret publié, le ministère du Commerce américain a annoncé qu’il accordait un sursis de 90 jours à son application. L’administration Trump en avait-elle sous-estimé les conséquences ? En contraignant Google à rompre ses accords avec Huawei, le gouvernement américain privait simultanément des millions d’Américains d’un smartphone en bon état de fonctionnement. Et cette sanction allait probablement être la même pour les utilisateurs européens de smartphones Huawei, par répercussion (pas sûr, toutefois, que Donald Trump s’en émeuve). Finalement, seuls les Chinois n’auraient pas, ou peu, été impactés : ils n’utilisent pas les services de Google, interdits dans le pays, mais des équivalents comme Baidu (moteur de recherche) ou Youku (à la place de Youtube).

 

Où en sont les discussions entre Google et Huawei ?

Google et Huawei sont en fait assujettis aux décisions du gouvernement américain, qui va probablement revoir sa copie quant au décret concerné et reconduire, au besoin, le délai accordé avant son entrée en application. Ceci dit, plusieurs questions restent en suspens. Le gouvernement américain n’a pas gelé le décret dans son intégralité. A priori, Google peut encore proposer à Huawei des mises à jour pour ses terminaux existants pendant ces 3 mois, mais ne peut déjà plus accorder de licences commerciales pour les futurs modèles du fabricant.

 

Quels sont les risques pour les utilisateurs de smartphones Huawei ?

Dans ses smartphones, Huawei utilise le système d’exploitation Android, développé par Google. Il pourra continuer à le faire, Android étant un système, certes développé par Google, mais un système libre et gratuit basé sur un noyau Linux (logiciel libre). Les licences commerciales interdites par décret concernent les services propres à Google, comme Maps (localisation), Gmail (e-mail), Youtube (vidéos), Chrome (navigateur) ou encore le Playstore (la boutique d’applications en ligne). Sont également concernées les mises à jour logicielles proposées par Google, notamment celles liées à la sécurité.      

Les utilisateurs actuels de smartphones Huawei bénéficieront encore des mises à jour pendant les 3 mois de sursis à l’application du décret, mais ensuite leur smartphone deviendra peu à peu obsolète. Les smartphones Honor, marque appartenant à Huawei, sont également concernés.

 

Faut-il encore acheter un smartphone Huawei ou Honor aujourd’hui ?

Nous vous le déconseillons, les mises à jour de sécurité étant compromises pour l’instant. Et sans ces mises à jour, un smartphone devient vulnérable au moindre virus. Hier, Google nous assurait encore que « pour les utilisateurs de nos services, Google Play et les protections de sécurité de Google Play Protect continueront de fonctionner sur les appareils Huawei existants ». Mais qu’en sera-t-il demain ? Les discussions entre Google, l’administration Trump et les autres entreprises américaines pour lesquelles les conséquences du décret seront dramatiques, seront sans doute agitées au cours des prochaines semaines.

Camille Gruhier