Thermostat connecté

Un mois avec le Nest de Google

Publié le : 01/12/2014 

Vraiment si simple à utiliser le Nest, le thermostat connecté de Google ? Pour le savoir, nous avons installé cet appareil dans une maison et nous l’avons fait utiliser par une famille de quatre personnes. Le résultat est mi-chaud mi-froid.

 

Une installation par un professionnel

 

nest

Pour ce qui est de l’installation du Nest Learning Thermostat, pas de souci. Il faut dire que nous avons fait le choix de faire intervenir un professionnel. Il a suffi d’une demande auprès de la société agréée indiquée sur le site Nest.com/fr pour décrocher un rendez-vous le lendemain matin avec un installateur formé par Nest. L’intervention a duré 1 h 30, conseils et prise en main inclus, et nous a coûté 119,90 €. Le thermostat coûtant pour sa part 219 € (disponible dans les principaux magasins de produits high-tech et électroménagers ainsi que sur le site de Nest), le socle pour le poser sur une étagère ou un bureau est facturé 35 €.

Une prise en main ultra-simple

Pas de notice à lire ni de réglages compliqués à effectuer, il suffit de tourner le cadran pour afficher la température souhaitée et indiquer les moments où l’on s’absente. Difficile de faire plus simple. Le Nest est censé apprendre de lui-même comment vivent les membres de la famille et comment régir la maison en fonction de son isolation pour ensuite proposer la bonne température au bon moment. Mais le plus gros atout du Nest (comme de tous les thermostats connectés), c’est la capacité qu’il offre de commander sa chaudière à distance depuis son smartphone ou sa tablette. Pour la première fois, il faisait chaud dans le logement quand la famille est rentrée de week-end un dimanche soir.

 

L'application du Nest pour smartphone.

Un apprentissage difficile

Il a suffi de 2 à 3 jours pour que notre Nest commence à prendre le contrôle de la chaudière. La nuit, ses modifications sont plutôt opportunes. Il baisse la température de 3 degrés chaque soir et la remonte le matin avant le réveil de la famille, comme on le lui a appris. Par contre, dans la journée, les réglages semblent plus approximatifs. Quelques vérifications nous ont permis de constater que notre Nest ne baissait pas toujours la température dans la journée alors que personne n’était présent dans le logement. Il a aussi pris l’initiative, certains soirs, de baisser de 1 degré la température d’ambiance alors que personne ne lui avait rien demandé. Étrange, mais pas rédhibitoire. Globalement, le confort est au rendez-vous. En plus, entre les vacances scolaires et les emplois du temps irréguliers, il n’est pas facile de s’y retrouver. Mais Nest continue son apprentissage.

La peur infondée de la coupure Internet

C’était une de nos craintes et ça s’est produit. Sans prévenir, notre box Internet est tombée en panne, nous privant d’Internet pendant 2 jours. Heureusement, Nest ne nous a pas laissés tomber. Il a continué à adapter la température. En revanche, il était impossible, pendant cette période, de le commander à distance.

Un crédit d’impôt sous conditions

Comme n’importe quel « système de régulation centrale des installations de chauffage par thermostat d’ambiance », le Nest donne droit au tout nouveau crédit d’impôt transition énergétique qui permet de récupérer 30 % de la facture finale à condition de le faire installer par un professionnel. Malheureusement, nous ne pourrons pas en bénéficier, le matériel devant être fourni par l’installateur, ce qui n’est pas notre cas. À partir du 1er janvier 2015, cet installateur devra en outre être qualifié RGE. Autres conditions pour bénéficier du crédit d’impôt : le Nest doit être installé dans le logement principal (maison ou appartement) et ce dernier doit être achevé depuis plus de deux ans. À noter enfin que le crédit d’impôt total est plafonné à 8 000 € pour une personne seule et 16 000 € pour un couple (+ 400 € par personne à charge) sans conditions de ressources.

 

socle Nest
Le socle du thermostat Nest.