Systèmes embarqués Test d’Apple CarPlay, Android Auto et MirrorLink

Systèmes embarqués

Test d’Apple CarPlay, Android Auto et MirrorLink

Publié le : 20/07/2016 

Trois systèmes embarqués plus ou moins récents, Apple CarPlay, Android Auto et MirrorLink, permettent l’utilisation de certaines applications de son smartphone depuis l’écran intégré au tableau de bord de sa voiture. Que Choisir a testé ces trois systèmes de mirroring.

 

Le smartphone est devenu un appareil pouvant être utilisé pour en piloter d’autres. Ainsi, il peut servir de télécommande pour un téléviseur. La voiture restait l’un des rares espaces où il ne trouvait pas sa place. Certes, on pouvait le poser sur un support spécial afin de profiter de ses fonctions de GPS ou encore recevoir des appels en mains libres. Désormais, trois applications permettent d’aller plus loin. Apple CarPlay, Android Auto et MirrorLink offrent la possibilité de piloter les applications de son smartphone depuis l’écran installé dans l’habitacle du véhicule. Si Apple CarPlay et Android Auto, comme leurs noms le laissent supposer, sont associés à un système d’exploitation, respectivement iOS et Android, le système MirrorLink est compatible à la fois avec les smartphones fonctionnant sous Android et sous Windows Phone. Nous les avons testés afin d’évaluer leur facilité d’emploi et de mise en œuvre. Surtout, nous avons cherché à évaluer si ces dispositifs présentaient ou non un réel intérêt.

Nos résultats

Écartons d’emblée MirrorLink : ce système est trop peu performant, à commencer par une compatibilité trop réduite aussi bien au niveau des smartphones que des applications. Ensuite, la reconnaissance vocale, rouage essentiel de ce dispositif, est assurée par le véhicule lui-même sans aucun lien avec les informations du téléphone. Il n’est ainsi pas possible de demander « Appeler Michel » si ce dernier se trouve dans le répertoire du téléphone : il est nécessaire de l’avoir rentré au préalable dans le répertoire spécifique du véhicule. Enfin, la gestion des SMS et des notifications est très mauvaise… Au bout du compte, la copie est à revoir de fond en comble !

Les deux autres systèmes, Apple CarPlay et Android Auto, présentent en revanche un réel intérêt. À partir d’une reconnaissance vocale performante (en particulier Siri d’Apple), on peut facilement accéder aux informations et aux applications du smartphone. L’utilisateur a dès lors le loisir de lire et répondre à un message, de lancer le GPS ou une application de streaming pour écouter de la musique. Ces systèmes qui semblent être une bonne alternative à leurs homologues embarqués fort coûteux proposés par les fabricants automobiles souffrent toutefois du manque de compatibilité des applications, notamment en ce qui concerne les GPS. Seul « Plans » est utilisable avec Apple CarPlay et « Google Maps » avec Android Auto. De fait, la correction de quelques défauts de jeunesse et le développement d’applications compatibles pourraient rendre ces systèmes vraiment performants.

Apple CarPlay

La première connexion se fait facilement, l’iPhone étant automatiquement reconnu. Apple CarPlay peut fonctionner sans fil (à partir d’iOS 9), mais il faut que la voiture le permette aussi.

Les applications doivent d’abord être chargées sur l’iPhone avant d’être affichées sur l’écran de la voiture. Seules celles qui sont compatibles apparaîtront dans l’ordre qui est le leur sur l’écran du smartphone car il n’est pas possible de changer la configuration sur l’écran de la voiture.

Une fois le smartphone connecté à la voiture via Apple CarPlay, il est encore possible de l’utiliser. Le passager peut, par exemple, passer un appel. On retrouve en bas à gauche de l’écran tactile de notre voiture test, une Seat Leon, le bouton caractéristique d’Apple pour le retour au menu principal.

Les notifications d’e-mails ne sont pas possibles : Apple CarPlay ne permet pas leur réception. En revanche, il y a une notification facilement visible en haut de l’écran pour chaque nouveau message SMS. Pour des raisons de sécurité, le contenu du message n’est pas affiché. Mais le SMS peut être lu à l’aide du TTS (Text To Speech) en demandant vocalement à Siri de « lire le message ». Le système fonctionne bien mais seul le dernier message peut être ainsi lu. Siri laisse ensuite le choix entre répondre au message ou téléphoner au contact.

La reconnaissance vocale, particulièrement importante lorsque l’on conduit, est assurée par Siri. Il faut au préalable activer la touche « commande vocale » située sur le volant, la commande vocale « Dis Siri » ne fonctionnant pas. Les différentes tentatives réalisées pour trouver une adresse, envoyer ou lire un message ou encore passer un appel téléphonique ont été très concluantes.

 

Apple CarPlay - Réception message
L’utilisateur est informé de la réception d’un message. Mais, pour des raisons de sécurité, son contenu ne s’affiche pas.

Les +

  • Facile à mettre en œuvre, à utiliser et à comprendre.
  • Excellent système de reconnaissance vocale (Siri), supérieur à ceux des systèmes concurrents.
  • Compatible avec les principales applications de musique en ligne Deezer et Spotify.
  • Utilisation sans fil entre le smartphone et la voiture possible à partir de la version 9.0 d’iOS si la voiture le permet.

Les -

  • Impossibilité de modifier la présentation des icônes des applications compatibles.
  • Utilisable avec la seule application GPS Plans, loin d’être la meilleure.
  • Adresses URL contenues dans les messages lues lettre par lettre par le système TTS.
  • Lecture du seul dernier message non lu.
  • Fonctionnement de Siri uniquement avec les applications Apple (Apple Plans, Apple Music…).
  • Absence de compatibilité avec les applications des réseaux sociaux.

Android Auto

La première prise en mains ne s’est pas vraiment bien déroulée, car après avoir connecté le smartphone à l’aide d’un câble USB, il ne s’est rien passé. Il a fallu intervenir manuellement dans le menu pour que le téléphone réagisse.

L’installation de l’application doit être faite avant de connecter l’appareil au véhicule. Une opération relativement longue puisqu’elle nécessite de 10 à 15 minutes. De plus, il faut en permanence accepter les nombreuses conditions.

Si des applications pour écouter de la musique telles que Google Play ou Spotify sont installées sur le smartphone, elles sont accessibles en tapant sur l’icône du casque audio situé en bas à droite de l’écran.

 

Android Auto - Musique
Vous pouvez choisir l’application pour écouter votre musique à condition que ces applications aient été auparavant installées sur votre smartphone.

De façon assez surprenante, il n’est pas envisageable de se servir du smartphone lorsque celui-ci est connecté à la voiture avec Android Auto. Le passager ne peut pas, par exemple, l’utiliser pour passer un appel.

La reconnaissance vocale fonctionne plutôt bien. Toutefois, « lire le message » ne peut pas lui être demandé. Il faut obligatoirement « cliquer » sur la petite icône représentant un haut-parleur, située près du message.

 

Android Auto - Message
L’arrivée d’un nouveau message est signalée de façon très visible en haut de l’écran. Elle est en outre accompagnée d’un message sonore.

À l’instar des autres systèmes, et pour des raisons de sécurité, le contenu des messages n’est pas affiché. On les écoute grâce au TTS (Text To Speech), après avoir appuyé sur l’icône représentant un haut-parleur. Il est préférable que le message ne contienne pas de lien, car celui-ci sera alors lu lettre par lettre par le système.

On peut répondre au message grâce à la reconnaissance vocale, en annonçant « répondre ». L’opération n’est néanmoins permise que pour le dernier échange. Il est impossible de spécifier : « répondre à ». Aucun nom n’est affiché à l’écran. Résultat, il est probable, avec un tel système, que des messages ne seront pas délivrés aux bons destinataires.

Contrairement à Siri sur le système Apple, la reconnaissance vocale d’Android Auto, assurée par Google Voice, ne peut être utilisée qu’après pression de la touche « reconnaissance vocale » située sur le volant. Cette reconnaissance vocale fonctionne globalement bien et Android Auto est ainsi capable de lancer le GPS (Google Maps) pour aller à une adresse précise, d’effectuer un appel téléphonique, d’envoyer un message, de jouer de la musique de Google Play ou d’une autre application telle que Spotify (si elle est compatible). Elle ne permet pas, en revanche, de répondre à des questions de type « Quelle est la taille de la Tour Eiffel ? » ou encore de rappeler à l’utilisateur un évènement dans le calendrier. Android Auto est supposé fonctionner avec Android 5.0 ou une version plus récente. Pourtant, lors de notre test, le système n’a pas fonctionné correctement avec un Galaxy S5 mis à jour avec Android 5.0.

Seule l’application GPS Google Maps est utilisable pour se diriger. L’adresse peut être entrée via la reconnaissance vocale ou à l’aide d’un clavier virtuel. Android Auto peut recevoir des notifications d’applications telles que Hangout et Whatsapp, mais pas de Facebook. En parallèle, Google Voice est capable de donner l’état de la météo ainsi que la température mais les informations fournies ne s’affichent pas. 

Les +

  • Utilisable avec Google Maps, l’une des meilleures applications GPS gratuites.
  • Nombreuses applications compatibles.
  • Bonne intégration des applications musique telles que Spotify.
  • Reconnaissance vocale qui fonctionne plutôt bien.
  • Possibilité de lire les messages via le TTS, de passer un appel ou d’envoyer un message avec la reconnaissance vocale.

Les -

  • Première connexion fastidieuse.
  • Lecture lettre par lettre des liens contenus dans les messages via le TTS.
  • Impossibilité d’entrer la commande vocale « répondre à ».
  • Non compatibilité de Facebook et d’autres applications plus ou moins importantes.
  • Problème de compatibilité possible en fonction du smartphone, même si celui-ci est équipé d’Android 5.0 (ou plus récent).

MirrorLink

Le système est très facile à mettre en œuvre, mais il offre hélas une très faible compatibilité avec les smartphones (seuls quelques modèles de chez HTC, Samsung et Sony et un modèle Fujitsu). En revanche, il ne nécessite pas de version spécifique du système d’exploitation du smartphone.

 

MirrorLink - Connexion
Un message avertit de la connexion entre le smartphone et le véhicule.

Les applications compatibles, hélas très peu nombreuses, ne s’affichent pas. Il faut ainsi charger une version spéciale du GPS Sygic, la version normale n’étant pas compatible.

À l’inverse des deux autres systèmes (Apple CarPlay et Android Auto), MirrorLink ne dispose pas de son propre système de reconnaissance vocale. Il fait appel au système de la voiture, ce qui donne lieu à des utilisations un peu cocasses. Exemple, si vous lui demandez d’appeler « Julie », il va rechercher cette personne dans le carnet d’adresse... du véhicule et non du téléphone. De même si vous lui demandez « Allez à… », il va mettre en route le GPS intégré à la voiture, même si votre téléphone est équipé d’une application GPS compatible. Nous avons testé ce système de reconnaissance vocale à l’aide de plusieurs requêtes, il est hélas loin d’être au niveau de Siri ou de Google Voice.

MirrorLink peut lire les messages, mais cela requiert une interaction manuelle parfois fastidieuse. De plus, les messages sont lus comme une playlist et sont listés sans aucune information concernant leur origine.

Les notifications de Facebook peuvent être reçues et lues mais l’interface est vraiment mauvaise. L’affichage, comme pour les SMS, est médiocre, les notifications étant listées les unes derrière les autres sans plus d’explications.

 

MirrorLink - Messages
Avec MirrorLink, on se retrouve vite avec une liste de SMS sans plus d’informations.

L’application GPS Sygic compatible ne peut être lancée par la reconnaissance vocale. Il faut cliquer sur l’icône. Un système peu convaincant, d’autant que le lancement de Sygic s’est soldé par l’affichage d’un écran figé.

 

MirrorLink - Sygic
Au démarrage de Sygic, l’écran s’est figé.

Les +

  • Fonctionnement facile… à condition d’avoir un smartphone compatible avec le véhicule.

Les - 

  • Peu de smartphones et d’applications compatibles.
  • Reconnaissance vocale, peu performante et manquant d’intérêt, assurée par le véhicule. Ne donne pas accès aux informations du smartphone (exemple : carnet d’adresse).
  • Interaction manuelle souvent nécessaire (justement ce que l’on cherche à éviter en voiture !).
  • Une seule application GPS compatible (Sygic), qui n’a pas fonctionné pendant  notre essai.
  • Mauvaise gestion des SMS et des notifications.

Le protocole du test

Une fois n’est pas coutume, nous avons demandé à un fabricant de nous fournir un véhicule pour réaliser ce test. Il s’agit de la Seat Leon. Elle présente l’avantage d’offrir les trois systèmes, ce qui n’est pas courant, les fabricants se limitant en général à la collaboration avec un seul des trois acteurs du marché.

En laboratoire, nous avons vérifié, sur chacun des systèmes, les points suivants :

  • la facilité de mise en œuvre lors de la première connexion ;
  • la facilité d’utilisation au volant ;
  • la gestion des notifications ;
  • l’utilisation de la reconnaissance vocale ;
  • l’utilisation du TTS (Text To Speech), notamment pour lire les SMS ;
  • la compatibilité avec les smartphones ;
  • les mises à jour ;
  • la qualité d’affichage ;
  • la facilité pour passer un appel ;
  • la facilité de lecture des messages ;
  • la lecture de musique ;
  • la navigation (via une application GPS) ;
  • la navigation sur les réseaux sociaux ;
  • la consultation des prévisions météo.

Arnaud de Blauwe

Contacter l’auteur(e)

François Palemon

Rédacteur technique