Télécommandes multifonctions

Tout contrôler avec une seule télécommande

Entre un modèle basique de remplacement et un autre très perfectionné destiné à piloter tous les équipements du salon, le prix d'une télécommande varie de 10 à 200 euros. Entre ces deux extrêmes, les intermédiaires, de très bonne facture, peuvent servir dans les deux situations.

 

Depuis son invention à la fin des années 1950, la télécommande s'est répandue à la vitesse de la lumière. Du jouet à la porte de garage, de la portière de voiture aux appareils de levage, de nombreux secteurs s'en sont emparé. Parmi eux, l'équipement audio-vidéo arrive en pole position. Téléviseur, lecteur DVD, magnétoscope, chaîne hi-fi, décodeur TNT... Aucun n'échappe à la règle. Conséquence, la télécommande a infiltré la quasi-totalité des foyers. Près d'un sur deux en a cinq, et plus de quatre sur cinq en ont deux selon le cabinet d'études GfK. Cette profusion a fait naître un nouveau marché : celui des télécommandes de remplacement. Certaines ont vocation à changer une télécommande cassée, ou perdue. D'autres sont « multifonctions » : elles permettent de piloter tous les appareils du salon. La fourchette de prix s'étend de 10 à 200 euros.

Les télécommandes basiques (10 à 30 euros) permettent de remplacer entre 2 et 5 appareils, les plus évoluées (150 à 200 euros) sont capables d'en piloter jusqu'à une vingtaine. Entre les deux, des modèles intermédiaires (50 à 70 euros) peuvent piloter entre 5 et 10 appareils. Comparé aux basiques, leur simplicité, tant au niveau de la configuration que de l'utilisation, invite également à les choisir dans le cadre d'un remplacement.

Plus on monte en gamme, plus les télécommandes présentent un design et des finitions soignés. Les modèles premier prix sont souvent fabriqués avec des plastiques de qualité moyenne, et affichent plus souvent un côté gadget, voire grossier. Le confort des touches s'en ressent. L'écran tactile, que l'on trouve sur les multifonctions haut de gamme, s'avère très pratique pour la manipulation dès lors que plusieurs appareils sont configurés. Parce qu'ils sont gourmands en énergie, les fabricants ont opté, sur ces modèles, pour des batteries rechargeables. Comme sur un téléphone mobile, un indicateur alerte du niveau de réserve. Les modèles intermédiaires et basiques fonctionnent avec deux, trois ou quatre piles AAA (pas toujours livrées avec l'appareil...). Comme ils consomment moins d'énergie, la fréquence de renouvellement reste acceptable.

Du temps pour la configuration

Avant de pouvoir utiliser sa télécommande, il est nécessaire de la configurer. Sur ce chapitre, et quelle que soit la catégorie de télécommande concernée, il faut s'armer de patience. Car si les fonctions de base (marche/arrêt, réglage du volume, changement de chaîne, etc.) sont facilement récupérées, configurer, par des méthodes parfois laborieuses, des fonctions plus poussées (permutation de chaîne, enregistrement d'un programme, etc.) peut demander jusqu'à plusieurs heures. Notre test de télécommandes multifonctions montre que certains fabricants s'en sortent beaucoup mieux que d'autres. Logitech, qui a mis au point une méthode de configuration assistée sur Internet, se démarque largement de ses concurrents.

Par appareil et par activité

Les télécommandes intermédiaires et haut de gamme offrent un pilotage par activité, en plus du traditionnel pilotage par appareil. Comprenez par là qu'il vous suffira d'appuyer sur un bouton « regarder la télévision » pour que soient activés le poste de télévision, la box de votre fournisseur d'accès à Internet (si vous êtes client de la télévision par ADSL), et l'amplificateur qui dirige éventuellement le son sur les enceintes. Idem pour regarder un DVD ou encore écouter de la musique : tous les équipements impliqués seront mis en marche.

Évitez les basiques

Sans les écarter totalement si l'on doit remplacer une seule télécommande ou si le budget est réduit, les modèles basiques sont plutôt décevants. Laborieuses à configurer (il faut en général entrer les uns après les autres des codes jusqu'à tomber sur celui qui correspond à son appareil), elles ne permettent généralement pas d'accéder à la totalité des fonctions de l'appareil. Moins confortables, moins bien finies, elles sont également moins agréables dans l'utilisation quotidienne. Avec 20 à 30 euros supplémentaire, on accède à des télécommandes intermédiaires bien plus ergonomiques, qui de surcroît permettent de piloter plusieurs appareils.

Camille Gruhier

François Palemon

Rédacteur technique

Contacter l’auteur(e)