Opel Insignia

Premières impressions

Publié le : 06/11/2013 

Sortie en 2009, l’Opel Insignia monte en gamme et reçoit désormais des équipements technologiques innovants. Les motorisations de cette berline familiale sont aussi plus agréables et plus sobres que sur la précédente version.

 

Opel Insignia

Bien qu’élue voiture de l’année lors de sa sortie en 2009, l’Opel Insignia souffrait de mécaniques anciennes, gourmandes et peu agréables par rapport à la concurrence. Avec ce restylage en profondeur (style extérieur plus dynamique, trains roulants modifiés, équipement modernisé et moteurs de dernière génération), la familiale d’Opel revient dans la course.

 

Qualité de vie à bord

Opel Insignia
La qualité des matériaux est très bonne et l'ambiance intérieure feutrée.

En s’installant à bord, on remarque les améliorations apportées à l’Opel Insignia qui profite de son restylage pour recevoir un équipement technologique largement étoffé. À commencer par la commande vocale qui permet de gérer le système multimédia (radio, navigation, téléphone…). Il suffit d’appuyer sur le bouton dédié puis d’annoncer l’opération à effectuer : passer un appel, dicter une adresse pour le système de navigation GPS, changer de station de radio… Très pratique, le dispositif manque cependant de fluidité et les erreurs de compréhension sont encore nombreuses. Par exemple, dans notre demande de programmer le 233 boulevard Voltaire à Paris, il nous sera aussi proposé de nous rendre au 1233 ! En outre, le temps de « déchiffrage » de l’annonce est un peu long et la proposition d’adresse tarde à s’afficher. Même scénario pour changer de station de radio, le message n’est pas toujours bien compris. Mais, une fois tous ces petits désagréments intégrés, la commande vocale s’avère appréciable.

Opel Insignia
Le touchpad gagnerait à être plus précis.

Et, pour ceux qui ne se sentiraient pas à l’aise avec celle-ci, il leur reste le « touchpad » pour gérer ces fonctions. Placé sur la console centrale et très accessible, ce pavé tactile fonctionne comme un écran de smartphone ou de tablette. Il aurait toutefois gagné à être plus précis et plus agréable à manipuler. Ces deux solutions permettent de s’affranchir de la plupart des boutons de commande et évitent ainsi de détourner le regard de la route. Le conducteur appréciera également le large écran de 8 pouces, lui aussi tactile, qui permet un affichage clair des informations, notamment en ce qui concerne la navigation.

La nouvelle mouture de l’Insignia reçoit enfin un combiné d’instruments revu qui peut être personnalisé et dont l’affichage a été amélioré. On peut ainsi y trouver les informations classiques comme la vitesse, le régime et la température du moteur ou le niveau de carburant, mais aussi avoir directement dans son champ de vision les indications de la navigation ou les options audio ou de l’utilisation du téléphone.

Opel Insignia
Le combiné d'instruments est personnalisable.

La finition est d’un bon niveau avec une planche de bord réalisée avec des matériaux agréables et très bien assemblés. Aucune vibration parasite ne vient alors perturber l’ambiance feutrée qui règne à bord.

L’habitacle possède enfin une excellente habitabilité qui permettra à 5 occupants de voyager dans de bonnes conditions. Ces derniers disposent en outre de nombreux espaces de rangement, facilement accessibles et spacieux. Le volume du coffre est aussi très généreux et pourra recevoir les bagages de toute la famille sans souci. Dommage que sa fermeture soit aussi pénible (il faut le claquer un peu fort) et que, lors de son ouverture, la pluie s’écoule à l’intérieur.

 

Au volant

Dotée du nouveau 2.0 CDTI Ecotec qui fait partie de la nouvelle famille de moteurs Opel dont nous évoquions la sortie en août dernier, l’Insignia 5 portes (elle existe aussi en break) est relativement sobre.

Équipée d’une boîte manuelle à six vitesses et du système Stop & Start (qui peut être désactivé via le bouton Eco situé sur la planche de bord), elle ne consomme que 6 l/100 km. Une information fournie par l’ordinateur de bord pour un trajet de plus de 300 km réalisé sur autoroute et dans les embouteillages urbains. Certes, nous sommes un peu loin des 3,7 l annoncés par le constructeur, mais, étant donné les conditions difficiles de circulation, le résultat n’est pas si excessif. En outre, il paraît certain que sur une route fluide, à vitesse stabilisée, la consommation soit plus modérée.

Avec ses 140 ch, ce moteur se montre vif et très réactif, même avec 4 personnes à bord. Avec toutefois un petit bémol sous les 1 800 tr/min où il manque un peu de tonus. C’est d’autant plus vrai sur le sixième rapport qui est un peu trop long. Il ne faudra pas hésiter à rétrograder pour relancer la mécanique. Le conducteur appréciera alors la douceur de la commande de la boîte de vitesses.

Si nous avons eu l’occasion de prendre en main la version la plus puissante, ce moteur est toutefois proposé dans une déclinaison plus calme de 120 ch. Sur route, la voiture, qui a subi des modifications sur ses trains roulants, devient très agréable à conduire. Ses suspensions filtrent bien les irrégularités de la route et offrent un confort d’un haut niveau. La direction est précise et bien assistée. En ville, la voiture se manie sans trop de difficultés. Un grand merci à la caméra de recul (indispensable) qui permet de voir ce qui se passe à l’arrière. En effet, la visibilité de trois quarts arrière est médiocre en raison de la forme particulière du toit à cet endroit.

Opel Insignia
Le moteur 2.0 CDTI de 140 ch est agréable mais consomme plus que prévu.

Sécurité

L’Opel Insignia reçoit ce qui se fait de mieux en matière d’équipement de sécurité avec une nouvelle génération de caméra frontale Opel Eye. Associée à un radar, elle permet désormais l’affichage de la distance séparant la voiture de celle qui la précède en secondes, gère le système d’alerte anticollision (qui avertit le conducteur d’un risque de collision par des signaux sonores et visuels), l’avertisseur de changement de voie intempestif et assure la reconnaissance des panneaux routiers. Le régulateur de vitesse adaptatif, qui maintient une distance de sécurité présélectionnée avec le véhicule roulant devant, ralentit automatiquement l’Insignia lorsque cela est nécessaire. En combinaison avec la transmission automatique proposée en option, ce dispositif fonctionne jusqu’à l’arrêt complet de la voiture et assure automatiquement son redémarrage.

Le Pack Sécurité arrière, avec 6 radars, assure l’avertissement de présence dans l’angle mort, l’avertisseur de présence dans une file (Lane Change Alert), qui avertit le conducteur qu’un véhicule arrive rapidement par l’arrière sur une voie parallèle jusqu’à une distance de 70 mètres, et l’indicateur de recul dangereux. À cela s’ajoutent les désormais traditionnels ABS, ESP, le système de surveillance de la pression des pneus, 6 airbags, l’antipatinage, le frein de stationnement électrique… Des équipements de sécurité efficaces et utiles que l’on ne retrouve pas forcément chez la concurrence.

L’Opel Insignia en résumé

Bien qu’elle progresse en qualité, qu’elle gagne en style et qu’elle adopte des systèmes technologiques dernier cri, l’Opel Insignia conserve des prix similaires à ceux pratiqués avec la précédente génération. La gamme s’étend ainsi de 25 550 € à 40 100 €, ce qui lui confère un bon rapport prix/équipement. Sa commande vocale, son écran tactile, le « touchpad » et ses possibilités de personnalisation sont appréciables… une fois leur fonctionnement bien assimilé. Enfin, son moteur de 140 ch est assez sobre et offre de bonnes performances en toutes circonstances. L’Insignia est donc une alternative intéressante aux Volkswagen Passat, Skoda Octavia ou autre Peugeot 508 souvent affichées à des tarifs plus élevés pour un niveau d’équipement inférieur.

 

Les +

Moteur agréable et sobre

Agrément de conduite

Suspensions confortables

Habitabilité

 

Les –

Fermeture capricieuse du coffre

Éclaboussures à l’ouverture du coffre

Visibilité vers l’arrière

Commande vocale encore perfectible

Opel Insignia