Thermomix TM31

Brûlures au 2e degré

Publié le : 11/06/2015 

Mme X a acheté son robot cuiseur Thermomix TM31 en octobre 2012. En janvier dernier, elle se brûle gravement aux mains et aux avant-bras en l’utilisant. L’assureur de Vorwerk, le fabricant, va prendre en charge son préjudice corporel.

 

En septembre 2014, Mme X reçoit un courrier de la marque Vorwerk. Le fabricant des célèbres robots cuiseurs Thermomix la contacte car elle est propriétaire d’un modèle TM31 acheté en 2012 : il se peut que le joint d’étanchéité de son appareil soit défectueux. En attendant d’en recevoir un autre, neuf, elle est invitée, non pas à remiser son robot, mais à prendre des précautions en l’utilisant. « J’ai bien pris note de ce courrier peu alarmant et je l’ai conservé, mais après de longs mois d’attente, les recommandations me sont sorties de la tête. Je pensais que s’il existait un réel danger, la pièce me serait parvenue très rapidement. »

Le 25 janvier dernier, elle cuisine une soupe dans son TM31. Après l’avoir mixée à vitesse maximale, elle stoppe l’appareil et déverrouille le couvercle. Elle n’a pas le temps de le soulever que « la soupe, qui continuait à tourner, a jailli sur moi, brûlante. » Sur le conseil de son mari, Mme X met immédiatement ses mains et ses bras sous l’eau courante, « ni chaude, ni trop froide ». Mais devant l’étendue des brûlures, il lui faut se rendre aux urgences. S’ensuivent trois semaines de soins ambulatoires au service des grands brûlés du CHRU de Lille pour traiter les brûlures au 2e degré, et deux semaines d’arrêt de travail.

« Dès le lendemain, j’ai signalé l’accident à Vorwerk, se souvient Mme X. Ils m’ont tout de suite demandé de leur retourner le robot pour l’analyser, ce que j’ai refusé. J’ai préféré contacter mon assureur, qui a programmé une expertise amiable contradictoire de l’appareil. Une date était prévue, mais avant même qu’elle ne se tienne, l’assureur de Vorwerk a reconnu la responsabilité du fabricant et a annulé l’expertise. De ce fait, on ne saura pas exactement ce qui a dysfonctionné sur mon robot. »

Mme X s’est vu proposer une indemnisation de son préjudice corporel. Son montant se basera sur une expertise médicale qui n’aura lieu que lorsque son état sera stabilisé. 

Dans cette affaire, Mme X estime qu’étant donné le danger, le dispositif mis en place par Vorwerk était insuffisant. « La marque se contente de donner des consignes pour utiliser l’appareil avec prudence. N’aurait-il pas fallu prévoir son retrait, puisque Vorwek ne s’est pas donné les moyens de fournir les nouveaux joints dans des délais rapides ? D’autant plus qu’ils étaient conscients des risques d’accidents corporels. » Le joint de remplacement de Mme X lui est parvenu en mars 2015. Soit six mois après la lettre signalant la défectuosité. 

 

La campagne de remplacement de Vorwerk

Tous les TM31 fabriqués entre octobre 2012 et mai 2014 sont concernés par la campagne de remplacement du joint d’étanchéité. Les clients sont contactés sans avoir à faire de démarche particulière. Ceux qui l’ont acheté d’occasion peuvent vérifier si leur robot est concerné en vérifiant la plaque signalétique située sous le socle. Si le numéro est compris entre 124231XX et 142031XX, il faut appeler directement Vorwerk. En attendant de recevoir le joint, Vorwerk conseille, après mixage à haute vitesse, de tourner d’abord le sélecteur jusqu’au niveau 1 et de laisser tourner à cette vitesse quelques secondes, avant d’ouvrir le couvercle avec précaution. 

Appel à témoignages

Si vous avez, vous aussi, eu un accident lors de l’utilisation de votre TM31, vous pouvez nous en faire part à l’adresse suivante : Que Choisir – Anne-Sophie Stamane – 233, boulevard Voltaire - 75011 Paris ou par courriel asstamane@quechoisir.org 

Anne-Sophie Stamane

Contacter l’auteur(e)

asstamane