Audi A4

Premières impressions

Publié le : 21/11/2015 

Star des ventes mondiales d'Audi, la nouvelle A4 se modernise et affiche un niveau d'équipement inégalé dans le segment, quitte à compliquer l'ergonomie. Confortable, elle dispose aussi d'un excellent niveau de finition mais s’affiche à des prix très élevés.

 

 

 

Audi n'a certainement pas voulu prendre le risque d’un style novateur pour sa routière qui lui rapporte gros car l’A4 est son modèle le plus vendu dans le monde (le quatrième en France). Pas de révolution extérieure donc pour la nouvelle génération d'Audi A4 qui se reconnaît au premier coup d'œil. Pour les changements, il faudra regarder ailleurs : sous le châssis et dans l'habitacle. La routière utilise désormais la même plateforme que le gros SUV de la marque, le Q7, et en adopte même la majorité des équipements électroniques.

Qualité de vie à bord

 

Truffé d'électronique, le poste de conduite est complexe à appréhender.

C'est indéniable, la qualité de fabrication reste l'apanage du constructeur allemand et l'A4 est véritablement un cran au-dessus de la concurrence. Même si on note quelques matériaux rigides peu agréables au toucher sur la planche de bord, tous sont parfaitement ajustés. L'effet visuel est garanti et l'impression du travail bien fait est au rendez-vous. Mais en s'installant à bord, on se sent tout de suite un peu perdu devant la pléiade de boutons, que ce soit ceux du volant, de la planche de bord et même de la console centrale. En fait, le constructeur a opté pour des triples commandes. Par exemple, il est possible de gérer la navigation par la voix, par le bouton tactile de la console centrale ou par les commandes au volant. Un parti pris certes intéressant mais qui surcharge un peu l'habitacle et l'ergonomie générale. Il faudra un moment avant de maîtriser totalement toutes les commandes. Pour preuve, le constructeur prévoit 3 heures de « formation » lors de la remise des clefs !

 

Le combiné d'instruments permet d'afficher la cartographie.

À noter que le combiné d'instruments, entièrement numérique, possède deux modes d’affichage en réduisant plus ou moins la taille des deux cadrans. Il est ainsi possible d’afficher la cartographie au centre, ce qui est très appréciable au moment du guidage. Toutefois, un rappel basique de l’instruction à venir est reporté sur l’affichage tête haute (directement intégrée au pare-brise).

Le GPS aurait mérité un peu plus d'attention et on regrette qu'il ne propose pas l'affichage des panneaux de signalisation, comme sur la Renault Talisman, un modèle pourtant nettement moins bien équipé.

Principale ombre au tableau dans cet habitacle : l’écran central « posé » au centre de la planche de bord. Certes, il permet un accès visuel immédiat mais fait vraiment trop disgracieux et dénote dans cet environnement plutôt élégant. En outre, il lui manque la fonction tactile ! Côté connectivité, l’Audi A4 propose de série sur les haut de gamme les interfaces Android Auto et CarPlay qui permettent de connecter tous les types de smartphones.

 

L'écran central, posé sur la planche de bord, frôle la faute de goût.

Les passagers sont bien accueillis et s’installeront dans des sièges confortables notamment à l’avant. À l’arrière, l’Audi fait un peu moins bien que la Renault Talisman en termes d’espace pour les jambes, mais rien de rédhibitoire. On regrette enfin le manque de rangements dans l’habitacle et la taille réduite du coffre. En effet, avec un volume de 480 litres, il est globalement inférieur à la concurrence qui affiche des capacités souvent bien supérieures à 500 litres. Même le break Avant n’est pas un modèle du genre et plafonne à 505 litres (1 510 litres lorsque les sièges sont rabattus).

 

Au volant

 

Le principal moteur que nous avons pris en main est le 2.0 TDI de 190 ch. Agréable et relativement silencieux (merci l'option « vitrage acoustique » pour les vitres avant à 185 €), ce bloc est performant. Que ce soit sur des routes sinueuses imposant de nombreuses relances ou sur autoroute, il sait répondre à la demande sans sourciller. Il est associé à une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports facile à manier et précise. Sur autoroute, à vitesse stabilisée, ce moteur s’est montré très économe avec une consommation de 5 litres aux 100 km affichée sur l’ordinateur de bord. L’agrément de conduite est d’un très bon niveau sans procurer de véritables sensations.

 

La nouvelle Audi A4 utilise des trains roulants améliorés qui filtrent mieux les bruits de roulement et participent grandement au confort général de la voiture. Sur la route, nous avons véritablement été bluffés par le régulateur adaptatif « intelligent » (inclus dans le pack Assistance Route en option à 1 800 €). En effet, désormais relié à d'autres dispositifs comme la navigation ou la caméra avant, il agit comme un assistant à la conduite. Il est ainsi capable d'adapter automatiquement la vitesse du véhicule à la situation grâce à la reconnaissance des panneaux de signalisation et à la configuration de la route. Par exemple, à l'approche d'un rond-point ou d'un virage serré, la voiture ralentira toute seule pour permettre un passage sans encombre. Attention toutefois, Il ne s’agit que des prémices de la conduite autonome, le système n'est à considérer que comme une assistance car il ne fait qu’adapter la vitesse et ne gère pas la situation avec les autres usagers (piétons, véhicules…). Le conducteur reste le maître à bord et doit prendre les décisions. Et, dans certains cas, le système peut même surprendre le conducteur, surtout s’il ne connaît pas les capacités techniques de la voiture. Par exemple en autorisant le passage d'un virage serré à une vitesse plus importante que celle qu’il aurait imaginée.

L'autre grand intérêt de ce dispositif, selon le constructeur, est sa fonction d’assistance de conduite dans les embouteillages. Le système gère non seulement la vitesse, jusqu'à l'arrêt complet, mais suit également littéralement le véhicule qui précède. Ainsi, si ce dernier fait un écart, pour éviter une voiture en stationnement par exemple, l’Audi A4 suivra automatiquement la même trajectoire sans que le conducteur ne fasse rien. Ce régulateur de vitesse saura également que la voiture arrive au sommet d’une côte et déterminera le moment précis pour enclencher le mode roues libres afin de terminer l’ascension sur sa lancée avant d’entamer la descente sans consommer une goutte de carburant. Enfin, via l’affichage tête haute, ce système (toujours grâce aux informations du système de navigation) indique au conducteur qu’il doit lever le pied de l’accélérateur afin de limiter sa consommation.

L’autre équipement technologique très appréciable, monté de série celui-là, est l’amortissement piloté qui permet de sélectionner le mode de conduite du plus confortable au plus sportif, en passant par un mode dynamique. Ce dernier adapte en permanence la loi d'amortissement en fonction des paramètres de conduite (vitesse, accélération transversale...). Ainsi, la voiture, très souple sur autoroute pour privilégier le confort, deviendra automatiquement plus ferme sur une route sinueuse pour une meilleure tenue de route et plus de sécurité. En ville, le nombre d’aides à la conduite est aussi impressionnant et chaque manœuvre devient un jeu d’enfant (une fois que l’on a intégré leur mise en fonction !). Le Pack Assistance City permet en effet de se garer automatiquement (en créneau ou en bataille) ; de sortir d’une place de parking sans encombre (le conducteur est averti de l’arrivée d’une véhicule quelconque) ; avertit le conducteur via la surveillance d’angle mort qu’une voiture est en approche (afin qu’il n’ouvre pas sa portière) ; assiste le conducteur lors d’une manœuvre avec une remorque… Des aides précieuses mais vendues dans un pack valant de 1 350 à 1 800 € selon le niveau de finition.

 

Sécurité

La nouvelle Audi A4 est véritablement un exemple en matière d’équipement de sécurité et seule la Volkswagen Passat peut aujourd’hui la concurrencer dans ce domaine. La liste des équipements de sécurité est très longue et permet de disposer, grâce aux radars avant, arrière et latéraux et aux caméras, d’une véritable couverture à 360° autour de la voiture. Le conducteur sera alors prévenu du moindre mouvement extérieur dans quasiment toutes les situations. Ainsi richement équipée, l’Audi A4 a logiquement obtenu, début novembre, le score maximal de 5 étoiles lors des crash tests Euro NCAP (voir la vidéo).

 

Radars, capteurs et caméras surveillent les alentours de l'Audi A4.

 

L’Audi A4 en résumé

À qui voudra bien y mettre le prix, l'Audi A4 saura le satisfaire. Très bien équipée, innovante même, la routière est au-dessus de la concurrence, même des modèles récents comme la Renault Talisman ou la Peugeot 508. Elle l’est aussi par la finition et la qualité de fabrication. Par contre, elle l'est moins en ce qui concerne sa ligne très convenue et son ergonomie complexe. Enfin, elle est aussi la plus chère. Si on écoute le constructeur, qui annonce réaliser plus de 40 % des ventes d'A4 avec les deux versions haut de gamme, il faut compter un budget minimum de 38 300 €. Soit, en moyenne, 3 000 à 4 000 € au-dessus des versions équivalentes dans les gammes de Renault Talisman, Peugeot 508 et 2 000 € de plus qu’une Volkswagen Passat. Reste que si on ajoute les équipements novateurs, proposés en option, la facture grimpe encore d’environ 2 000 €. Et, si vous souhaitez une version break (Avant) il faudra encore mettre la main à la poche et débourser 1 700 € supplémentaires.

 

Le break Avant coûte 1 700 € de plus que la berline A4.

 

Les +

 

  • Qualité de fabrication/finition

  • Niveau d’équipement technologique

  • Confort

  • Tenue de route

 

Les -

 

  • Prix

  • Ligne peu originale

  • Temps d’adaptation aux commandes

  • Écran GPS disgracieux et non tactile

 

 

Vidéo du crash test

Retrouvez la vidéo du crash test de l'Audi A4 sur notre page Youtube