Reconnaissance faciale (vidéo) Des smartphones trop souvent dupés

Reconnaissance faciale (vidéo)

Des smartphones trop souvent dupés

Publié le : 25/01/2019 

La plupart des smartphones récents intègrent une option de reconnaissance faciale pour déverrouiller l’écran. Elle n’est pas toujours fiable. Nous avons dupé la moitié des appareils testés avec une simple photo !

 

La reconnaissance faciale des smartphones ne mérite pas une confiance aveugle. Nos tests montrent que cette fonction n’est pas fiable (voir tableau). Nous évaluons désormais systématiquement cette option de déverrouillage lorsqu’elle est proposée (ce qui est de plus en plus fréquent). Résultat, nous avons berné plus de la moitié des smartphones sélectionnés. Pourtant, nous n’avons pas employé de technique de hacker chevronné, notre objectif était simple : s’assurer que n’importe qui ne puisse accéder au contenu du téléphone. Une fois la fonction configurée par l’un de nos testeurs, notre méthode a consisté à approcher du smartphone son portrait, une banale photo imprimée sur une feuille A4 de qualité standard. Nous avons parfois doublé la procédure avec un portrait affiché à l’écran d’un autre smartphone. Et sur une cinquantaine de modèles testés, toutes marques et toutes gammes de prix confondues, près de la moitié des appareils se sont déverrouillés. C’est largement assez pour que nous vous invitions à la plus grande prudence vis-à-vis de cette fonction.

 

Google perd la face contre Apple

La reconnaissance faciale n’est pas nouvelle, Google l’a intégrée à son système d’exploitation mobile Android dès 2012. Tous les fabricants de smartphones qui installent ce système (c’est-à-dire tous, sauf Apple) sont donc libres de la proposer sur leurs appareils. Demeurée au fond d’un tiroir pendant des années, elle est réapparue après qu’Apple a lancé sa propre interprétation de la reconnaissance faciale, Face ID, en 2017. Mais ces deux systèmes n’ont que l’intention en commun. Celui de Google, basé sur le capteur photo avant du smartphone, est rudimentaire. Nettement plus évolué, le dispositif d’Apple s’appuie, lui, sur plusieurs capteurs dédiés. Un projecteur crée un profil unique en analysant 30 000 points du visage, une caméra spéciale capture une image infrarouge et confirme la correspondance d’un visage modélisé en 3D. Le système de Google se contente d’une image plate, en 2D. Autre différence : la technologie d’Apple vous reconnaît si vous changez de coupe de cheveux, de lunettes, si vous portez un bonnet ou laissez pousser votre barbe. Les iPhone qui intègrent Face ID (iPhone X, iPhone XS, iPhone XS Max, iPhone XR) sont également dotés d’un diffuseur de lumière infrarouge pour vous identifier dans le noir. Rien de tout cela n’est présent chez Google. Pour le moment. Il se murmure que le géant du Web planche sur un nouveau système 3D qui pourrait équiper une prochaine version d’Android.

 

Regardez-moi dans les yeux !

Bien qu’ils n’intègrent pas de reconnaissance faciale complexe, de nombreux smartphones ont passé avec succès notre test. Sans doute grâce à la qualité de la caméra frontale et aux algorithmes des fabricants. Certains constructeurs travaillent aussi à leurs propres solutions. Samsung a, par exemple, pallié la faiblesse d’Android en ajoutant un capteur d’iris à certains de ses modèles haut de gamme tels que les Galaxy S9 et Galaxy S9+. Nous ne les avons pas bernés. En outre, ce capteur d’iris permet au système de fonctionner dans le noir. Huawei affirme qu’il rivalisera bientôt avec le Face ID d’Apple. Le fabricant chinois a présenté récemment un système composé d’une caméra infrarouge et d’un scanner 3D qui pourrait créer un modèle de 300 000 points en une dizaine de secondes. Oppo et Xiaomi sont aussi sur les rangs. Notez que ces reconnaissances faciales évoluées exigent une puissance de calcul qui les réserve à des smartphones haut de gamme. Il leur faut aussi une dose d’intelligence artificielle. Face ID est, par exemple, sensible à votre attention ; a priori, il est donc impossible de déverrouiller l’iPhone à votre insu si vous dormez. Aucune chance de retrouver bientôt ces systèmes sur des smartphones à moins de 800 €. Le capteur d’empreintes digitales, en revanche, se banalise. Et à défaut de garantir son niveau de sécurité, au moins peut-on affirmer qu’il constitue une alternative simple et pratique pour déverrouiller son smartphone.

Bien verrouiller son smartphone

Photos, e-mails, contacts, comptes de réseaux sociaux… Votre smartphone stocke de nombreuses informations qu’il vous déplairait de savoir dans la nature en cas de perte ou de vol. Verrouiller l’accès à votre appareil est indispensable. Apple, Samsung, Huawei, Sony… quelle que soit la marque de votre appareil, différentes options vous sont proposées dans ses paramètres (onglet Sécurité). Mais toutes n’offrent pas le même degré de sécurité. Nous les avons notées sur 5.

À savoir. Cette appréciation du degré de sécurité est indicative. Elle n’a pas fait l’objet de tests comparatifs en laboratoire.

Note sur 5 du degré de sécurité des différentes options

Des smartphones trop souvent dupés

(1) Le smartphone reste déverrouillé tant qu’il est connecté à certains appareils. (2) Le smartphone reste déverrouillé tant qu’il est dans votre poche.

Notre test

Reconnaissance faciale

 

 

 

 

Camille Gruhier

Vincent Erpelding

Rédacteur technique