Skoda Fabia

Premières impressions

Publié le : 04/11/2014 

La nouvelle Skoda Fabia gagne en qualité. Meilleure qualité de construction, équipements technologiques et de sécurité empruntés aux citadines plus haut de gamme : elle se montre convaincante et sait faire oublier ses quelques défauts, surtout en regard de son prix plus abordable que ses concurrentes.

 

Test de la Skoda Fabia

Depuis la mise en ligne de cette première impression, nous avons testé sur circuit la Fabia 1.2 TSI 90 Greentec.

Depuis deux ans, les principales citadines ont fait peau neuve. Et, si la Fabia n’a pas vocation à s’imposer face aux stars du segment que sont les Peugeot 208, Renault Clio 4 et Volkswagen Polo, elle devrait concurrencer les Seat Ibiza et autre Huyndai i20 dont la nouvelle génération fera prochainement son apparition. La nouvelle Fabia monte donc encore d’un cran en matière de qualité et s’éloigne nettement de l’image de voiture « low cost » qu’elle pouvait véhiculer lors de son lancement.

 

Qualité de vie à bord

L'habitacle gagne en qualité mais perd ses matériaux rembourrés.

La nouvelle Fabia progresse sensiblement en termes de qualité de fabrication et d’assemblage et on ne note plus de différence de niveau entre les éléments (grille d’aération et planche de bord par exemple). La citadine de Skoda gagne également en qualité perçue même si les matériaux rembourrés des générations précédentes laissent désormais place à des pièces dures moins agréables au toucher. La planche de bord, aux lignes épurées, donne également une bonne sensation de qualité. L’insert, disponible en plusieurs finitions et que l’on peut même personnaliser avec une photo, participe grandement à cette impression de qualité.

La qualité des assemblages progresse aussi et les ajustements sont plus réguliers. Le nouveau volant redessiné est plus agréable en main et reçoit désormais les commandes de la radio et de l’affichage de l’ordinateur de bord. Simples d’utilisation, elles ne demandent qu’un temps d’adaptation très court.

Certaines commandes supplémentaires sont désormais disponibles au volant.

Avec le volant et le siège réglables en hauteur, le conducteur trouvera facilement une bonne position de conduite. Le combiné d’instruments est assez lisible, sauf pour l’information de passage des rapports (désormais obligatoire sur toute voiture neuve depuis le 1er novembre) peu visible qui s’affiche en haut à droite de l’écran central.

Avec un volume de chargement de 330 litres, le coffre de la Fabia est le plus grand du segment, devant celui d’une Clio ou d’une Citroën C3, toutes deux à 300 litres ou d’une Opel Corsa (l’ancienne version) qui propose 285 litres. Il est en outre assez pratique avec la présence d’un bac de maintien pour ranger les petits objets.

Enfin, la citadine de Skoda innove avec la technologie Mirror Link qui permet d’afficher le contenu de son smartphone sur l’écran de la voiture. C’est aussi le seul moyen pour obtenir la navigation car aucun système GPS n’est proposé en option. La performance du guidage dépendra alors de l’application GPS installée sur le smartphone.

Facilement modulable, le coffre est l'un des plus volumineux du segment.

Au volant

Plus légère d’environ 65 kg, la nouvelle Fabia est agile et possède un bon comportement dynamique même si elle n’emprunte pas la nouvelle plateforme évolutive MQB du groupe Volkswagen utilisée pour les nouveaux modèles comme la Polo, la Golf 7 ou la nouvelle Passat. Elle en reprend néanmoins certaines solutions techniques comme la direction à assistance électrique plus précise qui offre un meilleur ressenti de la route. Précise sur route, la direction de la Fabia devient docile à basse vitesse et permet de réaliser n’importe quelle manœuvre sans efforts. Notons d’ailleurs l’apparition, en option, des radars avant pour l’aide au stationnement.

Sur route, les nouvelles suspensions avant et arrière officient correctement et  rendent la voiture assez dynamique. Elles sont toutefois un peu sèches sur les petits défauts de la chaussée. Mais la voiture se montre confortable et capable d’affronter des longues distances en offrant un bon confort, même si nous aurions préféré des sièges avec un peu plus de maintien en latéral.

Enfin, nous avons relevé des bruits d’air assez importants à partir de 110 km/h. La faute certainement à la hauteur de la voiture.

Le moteur TDI 3 cylindres est efficace mais bruyant.
Essayée avec le moteur à essence 1.2 TSI de 90 ch et le diesel 1.4 TDI de 105 ch (un trois cylindres), la Fabia s’est montrée relativement agréable à conduire. Certes, avec la motorisation essence, la puissance est un peu juste et les relances en montée sont parfois pénibles. De son côté, le diesel s’est avéré plutôt bruyant. Ainsi, sur autoroute, on aurait apprécié la présence d’une sixième vitesse qui aurait permis de réduire le régime moteur. Dans les deux cas, la commande de boîte est assez souple et directe et les rapports s’engagent sans aucune difficulté.

 

Sécurité

Avec la possibilité d’obtenir des équipements de sécurité habituellement réservés à des véhicules de gammes supérieures, la Fabia s’annonce performante dans ce domaine. Si l’aide au démarrage en côte ou le détecteur de fatigue sont en option, le système Front Assist est de série à partir du deuxième niveau de finition. Ce dispositif permet, grâce à un radar implanté sous la calandre avant, d’avertir le conducteur en cas de risque de collision. En outre, sa fonction « City Emergency Braking » assure un freinage d'urgence en ville. La nouvelle Skoda Fabia dispose de série du blocage de différentiel électronique amélioré (XDS+), pour une motricité maximale, notamment en virage. Enfin, en termes de sécurité passive, la voiture peut désormais recevoir jusqu’à six airbags.

Le niveau de sécurité de la Fabia a été revu à la hausse.

 

La Skoda Fabia en résumé

Avec 30 % des immatriculations de la marque Skoda en France, la Fabia est un modèle primordial pour le constructeur tchèque. Il a donc fait des efforts notables pour cette nouvelle mouture qui gagne en qualité perçue et en niveau d’équipements technologiques innovants pour la catégorie. Et avec un prix attractif par rapport aux modèles phares du segment (à partir de 12 640 € contre 13 300 pour une Clio et 13 000 € pour une 208) et une meilleure polyvalence qu’une Ibiza, elle s’avère un choix judicieux et raisonné.

 

Les +

Qualité perçue en progrès

Niveau d’équipement technologique

Tenue de route

Suspensions performantes

 

Les -

Bruit aérodynamique

Pas de plancher plat

Insonorisation (surtout en diesel)

Maintien des sièges