Etude sur le Boeuf, le porc et la volaille

Les prix à la consommation se déconnectent des prix agricoles

Publié le : 27/01/2009 

Contexte de l'étude

En France, l'alimentation fait partie des premiers postes de dépenses des ménages (16,4 % du budget des ménages en 2006) et pèse plus fortement sur les ménages modestes (18,4 % de leur budget). En outre, il s'agit d'une dépense incompressible : même si les prix augmentent, les ménages ne peuvent que très peu réduire cette consommation indispensable. C'est dans ce contexte que nous avons vérifié si, comme l'indiquent certains professionnels, les hausses récentes des prix de détail s'expliquent exclusivement par les hausses des matières premières. Plus généralement, nous avons voulu étudier comment chaque acteur professionnel contribue à la formation du prix final.

Hausse des prix alimentaires : l'inflation des matières premières n'explique pas tout

- Sur le court terme, l'inflation des prix alimentaires est apparemment bien corrélée à la hausse des prix agricoles

- Sur le long terme, l'évolution des prix des matières premières n'explique que partiellement celle des prix aux consommateurs

Etude des filières viande : Trois scénarios différents d'augmentation des marges

Boeuf : des prises de marges à l'occasion des crises de la vache folle

- Une augmentation des prix aux consommateurs sans lien avec les prix à la production.

- Tentative d'explication des écarts entre prix à la production et prix au Consommateur

Porc : les prix en rayon s'affranchissent depuis 2001 des prix agricoles

- Le prix de l'alimentation animale est directement lié au prix des céréales

- Le prix agricole du porc sans lien direct avec le prix de l'aliment porcin

- Des marges constantes et limitées pour l'étape industrielle d'abattage-découpe

- Grossistes : une marge constante depuis 2000

- Distribution : une formation opportuniste des prix de détail, ayant perdu tout lien strict avec les prix de gros

Volaille : les baisses de prix agricoles ne sont jamais répercutées en rayon

- La volaille : un des produits alimentaires les plus inflationnistes sur les 20 derniers mois

- Sur le long terme : un écart grandissant entre les prix agricoles et les prix au Consommateur

Les demandes de l'UFC-Que Choisir

1. Construire un outil performant de diagnostic sur l'évolution et la construction des prix alimentaires

2. Garantir la concurrence entre enseignes de la grande distribution

3. Garantir la concurrence au sein des secteurs industriels très concentrés

4. Eviter des prises de marges à la faveur des crises sanitaires

Annexes

- Annexe I : L'alimentation : une consommation incompressible, qui grève les budgets modestes

- Annexe II : Méthodologie : une analyse de l'évolution comparée des prix agricoles et des prix à la consommation

Télécharger l'étude complète

N.B. : Retrouvez le communiqué de presse relatif à cette étude en cliquant ici/ !