Indication de l’origine des viandes dans les produits transformés à base de boeuf, de porc et de poulet

Trois ans après le scandale de la viande de cheval,l’opacité persiste sur plus de la moitié des produits !

Publié le : 08/02/2016 

Sommaire de l'étude et des propositions de l'UFC-Que Choisir sur le thème

(PDF - 287 Ko)

 

I.    Étiquetage de l’origine dans les produits transformés : les projets d’obligation réglementaire en butte à l’opposition de la Commission européenne

 

1 – Une obligation actuellement limitée aux produits bruts

2 – Une forte demande des consommateurs pour une extension aux produits transformés

3 – Diversité des approvisionnements de l’industrie : une information dissimulée aux consommateurs

4 - L’opacité sur l’origine, une menace pour la traçabilité et la sécurité sanitaire

5 – Un étiquetage possible sans surcoûts significatifs pour les consommateurs

6 – Une demande relayée par plusieurs États membres et par le Parlement européen

7 – La Commission Européenne opposée à l’obligation d’étiqueter le pays d’origine

II.    L’étiquetage volontaire des professionnels, palliatif du vide réglementaire ?

1 – Des initiatives volontaires suscitées par le scandale de la viande de cheval

2 – L’insuffisance des engagements volontaires démontrée par l’UFC-Que Choisir dès 2013   

3 – En 2016, la nécessité de mesurer l’impact de l’étiquetage volontaire sur les principales viandes

III.    Étude de l’UFC-Que Choisir : la démonstration de l’inefficacité de l’étiquetage volontaire

1 – Méthodologie : un  échantillonnage  des produits à base de viande pris  dans  5  grandes  catégories  d’aliments

2 – Les ingrédients étiquetés d’origine presque exclusivement française

3 – Au global, plus d’un produit sur deux sans indication d’origine de la viande

4 – Détail par produit : aucune famille d’aliments n’atteint le 100 % d’étiquetage !

IV.    Les demandes de l’UFC-Que Choisir

 

Télécharger l'étude complète sur le thème

(PDF - 287 Ko)

Retrouver le communiqué de presse "Viandes dans les produits transformés : origine masquée pour 54% des produits !" relatif à cette étude