Profits pétroliers réalisés en France

Acte 1 : 2003-2006 Le grand bond de la facture pétrolière

Publié le : 12/02/2007 

Le prix du panier des produits pétroliers a augmenté d'un tiers en trois ans

Prix 1er janvier 2004 (euros/litre)

Prix 1er janvier 2007* (euros/litre)

Variation

Essence SP 95

0,988

1,187

+ 20,1 %

Gasoil

0,78

1,025

+ 31,4 %

Total carburant

-

-

+ 26,1 %

Fioul domestique

0,386

0,586

+ 51,8 %

Total produits pétroliers

-

-

+ 33,1 %

Inflation générale (indice)

108,0

113,57

+ 5,1 %

* Sauf pour inflation générale (décembre 2006). Source : DGEMP

Le tableau ci-dessus propose l'évolution du prix de l'essence, du gasoil, du fioul domestique ainsi que l'évolution moyenne du panier carburant et du panier regroupant les produits pétroliers (carburant et fioul). Les paniers ont bien sûr été agrégés en fonction des niveaux de consommation de chaque produit.

Les résultats sont très éloquents : le panier du prix du carburant a augmenté de 26,1 % en trois ans avec une hausse encore plus marquée du gasoil (+ 31,4 %). Le fioul domestique, qui est assez peu taxé, suit plus fidèlement l'évolution du cours du baril et a donc connu une véritable flambée : + 51,8 % en trois ans !

Au total, le panier « produits pétroliers » a vu son prix augmenter d'un tiers en trois ans soit un rythme annuel proche de 10 %. Si on le compare à l'inflation générale, de 5,1 % en trois ans, on peut donc en conclure que le panier « pétrole » des ménages a vu son prix croître six fois plus que la moyenne générale. Nous sommes bien en présence d'une surinflation pétrolière.

L'impact sur le budget des consommateurs en 2006

7 milliards de plus qu'en 2003, un surcoût de 267 euros par ménage par rapport à 2003

En millions d'euros

2003

2006

Différentiel annuel 2006 - 2003

Essence

12 598

13 576

+ 978

Gasoil

9 764

13 854

+ 4 090

Total facture carburant ménages

22 362

27 430

+ 5 068

Fioul domestique résidentiel

3 662

5 579

+ 1 917

Total facture pétrole ménages

26 024

33 009

+ 6 984

Source d'après DGEMP

Le tableau ci-avant propose de mesurer la facture pétrolière des ménages (1). En 2003, cette facture était de 22,2 milliards d'euros pour le carburant et de 3,6 milliards d'euros pour le fioul domestique. Entre 2003 et 2006, la facture d'essence a augmenté de façon relative car, d'une part la consommation a diminué, et d'autre part, le prix de l'essence a moins augmenté que la moyenne (20 % contre 31 % pour le gasoil). La facture globale du gasoil a pour sa part très fortement progressé. Sa consommation est en effet restée à peu près stable et le prix a bondit de plus de 30 %.

La facture annuelle de carburant des ménages est de 27,4 milliards d'euros en 2006 soit 5 milliards de plus que par rapport à 2003.

Le fioul domestique, qui ne concerne qu'une part mineure de la population, engage des dépenses moins importantes (3,6 milliards en 2003). Mais, malgré la baisse de consommation, notamment due à des changements d'équipement, la hausse de la facture a été très marquée : 5,5 milliards en 2006 soit 1,9 milliard de plus que pour l'année 2003. Cela est dû à l'inflation particulièrement élevée du fioul dont le prix a progressé de 51 % en trois ans.

Au total la facture « produits pétroliers » des ménages s'élève à 33 milliards en 2006 et a augmenté de près de 7 milliards relativement à l'année 2003. Le prélèvement sur le budget des consommateurs est donc extrêmement conséquent.

Ramené à un niveau plus individuel, cela signifie que la facture pétrolière 2006 d'un ménage a augmenté de 267 euros par rapport à celle de l'année 2003.

Bien entendu, il s'agit seulement d'une moyenne qui cache de très grandes disparités : un ménage qui vit en milieu rural avec deux voitures et un chauffage au fioul a certainement vu sa facture annuelle augmenter de 500 à 700 euros sur la même période, soit le prix d'achat d'un gros appareil ménager.

Il faut enfin préciser qu'il s'agit d'une estimation minimale car nous avons seulement traité des produits pétroliers directement achetés par les consommateurs.

Il a donc été écarté à la fois l'impact de l'augmentation du carburant aérien sur le prix des vols mais, surtout, l'ensemble des impacts du prix du pétrole sur les prix de très nombreux produits qui nécessitent du pétrole pour le transport ou pour leur fabrication. Cette évaluation se heurte en effet à des difficultés méthodologiques que nous ne pouvons pas résoudre (les industriels répercutent de façon très diverse la hausse des prix du pétrole).

Une estimation globale de la facture pétrolière des ménages conclurait certainement à une hausse de 9 à 10 milliards entre l'année 2003 et l'année 2006, soit un surcoût annuel moyen de 350 euros par ménage.

L'UFC-Que Choisir ne peut rester insensible à la question pétrolière qui, après le logement, a certainement engendré la plus forte hausse de la période récente dans le budget des consommateurs. L'envolée des prix du pétrole représente ainsi un grave problème de pouvoir d'achat.

(1) Il est à noter que nos chiffres ne correspondent pas aux données du rapport annuel du ministère de l'Industrie sur la facture énergétique de la France qui évalue par exemple à environ 31 milliards d'euros la facture pétrolière de la France (ménages, plus l'industrie, l'agriculture, etc). En fait, ce rapport dresse non pas la facture pétrolière des consommateurs mais le « solde pétrolier national » soit la différence entre le coût des importations de pétrole diminué par les recettes, faible en l'occurrence, des exportations. Notre chiffrage concerne le coût collectif réel pour la collectivité des consommateurs, ce qui intègre notamment les taxes qui ne sont pas prise en compte dans la facture énergétique du ministère de l'Industrie. Cela explique que notre estimation est bien plus élevée. Par contre notre estimation est assez proche du travail qu'avait mené l'INSEE pour évaluer l'impact du prix du pétrole sur le budget des ménages en 2005 (« un choc pétrolier assourdi » décembre 2005).