Publicité télévisée et protection des enfants

Ce que demande l'UFC-Que-Choisir

Publié le : 26/09/2006 

Maîtrise de la pression publicitaire sur les enfants, interdiction lors des programmes pour enfants des publicités pour les produits riches en matières grasses, adoption d'une définition plus réaliste des programmes pour enfants...

 

- Que la pression publicitaire sur les enfants soit maîtrisée !

Il n'y a pas lieu d'assouplir les règles sur la limitation journalière des publicités lors des programmes pour enfants, car cela reviendrait à autoriser des publicités placées directement au milieu des oeuvres qui leur sont destinées.

- Que les publicités pour les produits riches en matières grasses, sucre ou sel, soient interdites lors des programmes pour enfants !

L'étude rendue publique par l'UFC-Que Choisir démontre que les publicités télévisées influent sur les comportements alimentaires des enfants en promouvant des produits particulièrement riches en matières grasses, sucre ou sel. Sur la base des profils nutritionnels développés par l'AESA (Agence Européenne de Sécurité des Aliments), l'UFC-Que Choisir demande que les publicités pour ces produits soient interdites lors des programmes pour enfants.

- Que le parrainage et les publicités pour les prémix et les boissons alcoolisées lors des programmes pour enfants et adolescents soient proscrits !

L'exposition précoce aux publicités pour les prémix et boissons alcoolisées, ainsi que le parrainage pour ces produits, constitue pour les enfants et les adolescents une incitation à consommer des produits pouvant avoir des conséquences graves pour la santé.

-Qu'une définition plus réaliste des programmes pour enfants soit adoptée !

Sachant que 71% du temps que les enfants passent devant la télévision l'est en dehors du temps destiné aux enfants, l'UFC-Que Choisir demande que la notion de « programmes pour enfants » soit définie de manière à couvrir les programmes où une partie importante du public est constituée par des enfants.

- Que pour la protection des enfants, une exception au « pays d'origine » soit posée !

Le principe du pays d'origine permet à un diffuseur de s'affranchir des règles nationales, du fait de sa localisation dans un autre Etat membre. Pour l'UFC-Que Choisir, une exception à ce principe doit être donnée dans le domaine de la protection des mineurs.

- Qu'à l'autorégulation inefficace succèdent des contraintes adaptées !

En France, l'incapacité du Bureau de Vérification de la Publicité (BVP) à établir des règles suffisamment protectrices pour les enfants en matière d'obésité, démontre la nécessité de recourir à une réglementation d'application obligatoire.