HTC One A9

Prise en main

Publié le : 02/11/2015 

Entre les iPhone 6S et 6S Plus d’Apple et les Galaxy S6 et S6 Edge de Samsung, HTC a du mal à se faire une place parmi les smartphones haut de gamme. Son dernier modèle, l’HTC One M9, n’a pas vraiment fait d’étincelles depuis son lancement en avril 2015. Le fabricant tente donc sa chance à l’étage inférieur avec un appareil de gamme moyenne, le One A9. Un peu moins bien équipé que le M9, il inaugure toutefois un nouveau design élégant. C’est aussi le premier smartphone HTC fonctionnant avec le tout nouveau système Android 6.0 Marshmallow. Premières impressions avant notre test en laboratoire.

 

En quelques mois, le prix du One M9, le modèle haut de gamme de HTC, a fondu comme neige au soleil. Lancé en avril dernier au tarif de 749 €, il est désormais vendu 499 € dans de nombreuses enseignes alors qu’aucun successeur n’est annoncé. Malgré des résultats corrects en laboratoire (bien qu’il ait tendance à chauffer lors d’utilisation intensive), ce smartphone n’a manifestement pas séduit le public. « Le haut du marché des smartphones est encombré », admet François Hernandez, le directeur de HTC France, qui fait bien sûr allusion à la dure concurrence infligée par les iPhone d’Apple (iPhone 6S et 6S Plus) et aux Samsung Galaxy S6 et Galaxy S6 Edge de Samsung. Pour rebondir, HTC mise donc sur un nouveau modèle, le One A9, qui arrive ces jours-ci dans les boutiques. Présenté comme un smartphone de gamme moyenne, il sera vendu 599 €. C’est un peu cher comparé aux 550 € d’un S6 Edge ou aux 640 € d’un iPhone 6 (16 Go). Mais l’HTC One A9 a quelques arguments.

Android Marshmallow et HTC Sense

iphone et htc
Avec ce modèle, le fabricant taïwanais inaugure d’abord un nouveau design. Exit la coque arrière bombée qui avait fait les beaux jours des précédents HTC One, le One A9 a le dos plat. Plat, en métal, avec des coins arrondis et des inserts en plastique pour mieux laisser passer les ondes… Exactement comme les derniers iPhone d’Apple, dont HTC s’est manifestement inspiré. Même constat sur la face avant : les deux smartphones se ressemblent étrangement.

L’écran du One A9 affiche une diagonale un peu plus grande, 5 pouces contre 4,7 pouces pour l’iPhone 6. La comparaison s’arrête là, puisque le One A9 fonctionne avec le système d’exploitation Android de Google, dans sa version la plus récente, Marshmallow (Android 6). Celle-ci apporte deux nouveautés majeures. D’abord, elle permet d’assimiler complètement la mémoire de la carte SD à de la mémoire système. Autrement dit, il est possible d’y stocker des applications et leurs données comme s’il s’agissait de la mémoire interne du téléphone. Ensuite, Google permet enfin à l’utilisateur de gérer plus finement les autorisations des applications : l’utilisateur peut retirer, application par application, l’accès à certains droits (accès aux contacts, à la localisation, etc.). Enfin, un mode de veille profonde empêche les applications de tourner en tâche de fond, histoire d’économiser la batterie. Nos tests en laboratoire permettront d’évaluer l’autonomie du One A9, entre autres performances.

Pour l’interface utilisateur, HTC propose toujours son agréable surcouche logicielle maison, HTC Sense. Celle-ci apporte quelques petites fonctions bienvenues, comme par exemple l’organisation automatique des applications les plus utilisées dans trois thématiques : domicile, travail et sorties.

Un équipement soigné

Malgré son positionnement « moyenne gamme », HTC a soigné les caractéristiques du One A9. Certes, son processeur n’est pas le plus puissant qui soit (Snapdragon 617) et son appareil photo se contente d’un capteur de 13 Mpixels (contre 20 Mpixels pour le One M9). Nos tests jugeront de leur efficacité. Mais HTC a tout de même intégré un lecteur d’empreintes digitales pour déverrouiller l’appareil sans en saisir le code (pratique dans les lieux publics, notamment). Pour se distinguer, le fabricant mise aussi sur la qualité du son. Il promet du « hi res audio », c’est-à-dire de qualité équivalente à celle des fichiers en sortie de studio d’enregistrement, et ce malgré la compression. « La gestion du son reproduit une chaîne 24 bits de bout en bout, du processeur de gestion du signal à la sortie audio », explique Yves Le Jan, le directeur des contenus et des services de HTC France. Longtemps avancée comme un argument marketing, la haute définition du son sur smartphone semble avoir progressé. Une simple comparaison de quelques titres musicaux écoutés (avec un casque) depuis un iPhone 6S et le One A9 s’avère assez convaincant. Reste à voir si nos tests en labo le confirmeront, et si cet argument permettra au HTC One A9 de… faire du bruit.