Bracelet connecté

Les principaux modèles disponibles

Mis à jour le : 19/06/2014 

Le marché des bracelets connectés intéresse de nombreux fabricants. Entre les spécialistes du fitness connecté (Fitbit, Jawbone, Withings), les géants du smartphone (Samsung, LG, Sony), du sport (Nike) et les spécialistes du GPS (Garmin, Polar), ils sont nombreux à proposer des modèles vendus de 50 à 400 €.

 

→ Test Que Choisir : Comparatif Bracelets connectés

Les spécialistes du fitness connecté

Bracelets, mais aussi balance, podomètres, tensiomètres ou encore petites enceintes… Fitbit, Jawbone et Withings sont de jeunes sociétés (créées respectivement en 2007, 2006 et 2008) dédiées aux objets connectés.

Withings Pulse O2 (120 €)

Withings O2
Le Pulse O2 est la deuxième version du bracelet de Withings, le Pulse. Désormais, en plus des fonctions traditionnelles (podomètre, calories brûlées, distance parcourue), il permet à l’utilisateur de mesurer son rythme cardiaque et son taux d’oxygène dans le sang (une donnée susceptible d’intéresser les alpinistes ou les athlètes). Le Pulse renseigne également sur le dénivelé total parcouru. L’appareil est équipé d’un unique bouton qui permet de passer d’une donnée à l’autre, et son écran tactile (peu gourmand en énergie) permet d’accéder à l’historique ou de passer en mode course. Très léger, il s’avère assez confortable. Withings livre, en plus du bracelet, un petit étui clipsable qui permet de porter le Pulse à la ceinture. L’appareil est compatible avec les smartphones iOS et Android, l’application mobile, Withings, est claire et simple à utiliser.

Les résultats de notre test du Whitings Pulse O2.

 

Withings Activité (390 €)

Withings Activité
Avec ce modèle, Withings veut séduire les esthètes. L’Activité est une montre au design soigné, constituée de matériaux nobles (cuir de veau, cadran en verre anti-rayure). Elle intègre des fonctions de suivi de l’activité (nombre de pas, distance parcourue, calories brûlées), mais n’en attendez pas plus. Pas de GPS intégré, pas de notifications de messages… La Withings Activité n’est ni une montre connectée, ni une montre de sportif. Signalons quand même qu’elle est étanche (jusqu’à 50 mètres) et capable de compter vos longueurs de piscine. Une mise à jour logicielle devrait d’ailleurs lui permettre sous peu de reconnaître quelle nage vous pratiquez.

La Withings Activité est compatible avec iOS (à partir d’iOS 7.0) et Android (4.3.3 et suivants).

 

Withings Activité Pop (150 €)

Withings Activité Pop
Withings décline sa montre Activité en version Pop, plus abordable, en troquant le cuir pour du plastique et le verre saphir pour du verre minéral. Les fonctions proposées sont les mêmes.

 

 

 

 

Jawbone UP2 (109 €)

Jawbone UP2
Jabra enrichit sa gamme de bracelets connectés avec ce modèle plus discret (l’encombrement a été nettement réduit). Les fonctions proposées sont classiques : suivi de l’activité (pas, calories brûlées) et du sommeil. Les plus rigoureux pourront enregistrer leurs repas et écouter leur « smart coach », une application qui promet des conseils personnalisés pour atteindre ses objectifs de santé… Jawbone promet 7 jours d’autonomie et un chargement complet en 1 h. Le bracelet est compatible avec iOS 7.0 (et suivants) et les smartphones Android 4.0 (et suivants). 

 

Jawbone UP24 (80 €)

jawbone
Le Jawbone UP24 se porte comme un bijou : pas d’écran, le bracelet ne donne donc même pas l’heure. Encore heureux que Jawbone ait fait un effort sur l’esthétique de son bracelet (en silicone avec des motifs en relief). Discret, il camoufle bien son rôle de coach ; une petite vibration avertit l’utilisateur des étapes de réalisation de ses objectifs ou du passage du mode jour au mode nuit. En plus des fonctions habituelles, l’UP24 intègre un chronomètre et un réveil. Petite originalité : pour augmenter la précision des pas, l’utilisateur peut étalonner le bracelet avec sa propre foulée. L’application mobile, disponible sous iOS et Android, est intuitive et complète. En revanche, le connecteur du bracelet est caché par un petit capuchon qu’il est facile de perdre.

Les résultats de notre test du Jawbone UP24.

 

Jawbone UP3 (180 €)

Jawbone UP3
Ce modèle est un peu plus élaboré que le précédent. Il est étanche et intègre différents capteurs en plus du traditionnel accéléromètre : température ambiante, température corporelle et « bio-impédance » promettent des informations sur votre sommeil profond, votre rythme cardiaque au repos et votre rythme respiratoire. Sur ce modèle, Jawbone ne propose toujours pas d’écran, et adopte un système de fermeture plus classique que sur l’UP24. L’UP3 est compatible avec les iPhone et les smartphones Android récents.

 

Fitbit Flex (80 €)

fibit flex
Le Flex ne dispose pas d’écran, l’activité est symbolisée par une rangée de 5 petits points LED. Ils informent aussi du niveau de la batterie (rechargement via le port USB d’un ordinateur). Pour que les mesures soient les plus fiables possibles, l’utilisateur peut préciser s’il porte le bracelet à son poignet « dominant » ou pas. Le Flex s’inscrit parmi les bracelets aux fonctions basiques : podomètre, calories brûlées, distance parcourue, temps de sommeil. Compatible iOS et Android, il est livré avec deux tailles de bracelet. Notez que Fitbit propose d’autres objets connectés, notamment une balance, l’Aria (120 €), qui peut compléter vos statistiques avec votre poids, votre IMC (indice de masse corporelle) et votre pourcentage de masse graisseuse. L’application mobile Fitbit, pour visualiser toutes ces données, est disponible en version iOS et Android.

Les résultats de notre test du Fitbit Flex.

 

Fitbit Charge (130 €) et Charge HR (150 €)

Fitbit Flex
Le Charge est un Flex amélioré : en plus des fonctions de base, il compte les étages gravis. Sur son petit écran, il indique le nom de la personne qui vous appelle sur votre smartphone, et il affiche l’heure.

Le Charge HR est quant à lui équipé, en plus, d’un cardiofréquencemètre.

 

Fitbit Surge (250 €)

Fitbit Surge
Ce modèle passe les frontières du simple bracelet connecté : il s’agit plutôt d’un appareil destiné aux sportifs. En plus de toutes les fonctions du Charge HR, il est en effet équipé d’une puce GPS qui permet de visualiser son parcours de jogging sur son smartphone après synchronisation. Ceci évite d’emporter son smartphone lorsqu’on part courir. Le Surge permet aussi de piloter sa musique, mais pas d’en stocker. Autrement dit, si vous souhaitez courir en musique, il faudra finalement emporter le smartphone. Ce modèle offre enfin des fonctions évoluées comme les notifications en cas d’appel ou de SMS. Le Surge doit être commercialisé début 2015.

 

Les géants du smartphone

LG, Samsung et Sony ont lancé leur propre bracelet en plus de leur montre connectée. Ce sont les modèles les plus évolués. D’autres fabricants sont sur les rangs (Acer Liquid Leap, Huawei Talkband B1).

Samsung Gear Fit (100 €)

samsung gearfit
Le Gear Fit est équipé d’un écran tactile Super Amoled (432 × 128 pixels), de forme incurvée pour mieux épouser le poignet. L’affichage est très confortable, mais aussi très gourmand en énergie. Il faut recharger le bracelet tous les jours (attention à ne pas égarer le petit connecteur propriétaire…). Le Gear Fit intègre bien sûr un podomètre et un analyseur de sommeil (il faut toutefois accepter de dormir avec l’engin au poignet), mais aussi un chronomètre et un minuteur, plus rares sur les autres bracelets. Ses possibilités vont bien au-delà de ces fonctions basiques, puisque le bracelet intègre des fonctions évoluées de coach sportif en course, à vélo, en randonnée. L’utilisateur peut définir des objectifs directement depuis la montre. Le Gear Fit transmet également les notifications du smartphone auquel il est connecté (réseaux sociaux, messages, calendrier, etc.) et permet de gérer la musique. On peut même décrocher (mais pas parler) en cas d’appel. Il intègre aussi un cardiofréquencemètre pour surveiller son pouls, le même que celui qui équipe le dernier smartphone haut de gamme du constructeur, le Galaxy S5.

L’application à installer sur le smartphone (Samsung Gear Manager) est simple et intuitive, mais elle n’est compatible qu’avec les appareils Samsung (si vous possédez un modèle ancien, vérifiez qu’il est compatible).

Les résultats de notre test du Samsung Gear Fit

 

LG LifeBand Touch (150 €)

LG lifeband touch
LG a également soigné le look de son premier bracelet connecté, et l’a équipé d’un écran tactile (Oled) ainsi que de fonctions évoluées qui vont au-delà du simple suivi d’activité. L’utilisateur est alerté en cas d’appel ou de SMS, un coach sportif permet de réaliser les objectifs définis en marche ou en course à pied. LG fait l’impasse sur le suivi du sommeil. Il est possible de suivre son rythme cardiaque, mais il faut acheter, en plus du bracelet, les écouteurs « Heart Rate ». Ces derniers intègrent un capteur qui, selon le constructeur, mesure la pression sanguine à l’intérieur de l’oreille et en déduit la consommation en oxygène (VO2max) et le rythme cardiaque…

Le LG Band est par ailleurs compatible avec les smartphones Android et les iPhone d’Apple (l’application LG Fitness App est disponible dans le Google Playstore et dans l’App Store).

> Mise à jour :

Finalement, LG ne commercialisera pas son bracelet LifeBand Touch en France. 

 

Sony Smartband (99 €)

Sony
Pas d’écran sur le Smartband, un seul bouton pour tout piloter, trois petites LED : Sony a choisi la sobriété. De fait, le bracelet est assez discret et son plastique souple s’avère plutôt agréable. L’absence d’écran rend par ailleurs son prix plus raisonnable que les modèles de LG ou Samsung. Sony permet à l’utilisateur de compter ses pas, mais aussi de suivre sa progression en voiture (pas très sportif !) ou à vélo (distance parcourue). Le bracelet vibre lorsqu’un message ou un appel arrive sur le smartphone, sauf en mode nuit. Le Smartband surveille votre sommeil, mais promet aussi de vous réveiller dans une phase de sommeil léger (dans une fourchette de temps définie par l’utilisateur, heureusement). Enfin, il permet de piloter la musique jouée sur son smartphone par des tapotements. Le bracelet ne peut être utilisé qu’avec des smartphones Android récents (version 4.4 minimum).

Les résultats de notre test du Sony SmartBand

 

Sony Smartband Talk (160 €)

Sony Smartband Talk
Sony pourvoit son bracelet électronique d’un écran, d’un micro et d’un haut-parleur dans cette version améliorée par rapport au Smartband. L’utilisateur voit donc la progression de son activité, ainsi que les notifications reçues sur smartphone (appels, SMS). Il peut également tenir une conversation directement depuis le bracelet. Le micro permet aussi de créer un mémo vocal, par exemple. Originalité de ce modèle par rapport à ceux de la concurrence, Sony a choisi pour son écran l’encre électronique, comme sur une liseuse numérique. Cet écran, d’une diagonale de 1,4", est donc bien lisible au soleil, et peu gourmand en énergie. Moins onéreuse que l’Amoled, cette technologie a aussi permis à Sony de contenir le coût de son bracelet.

 

Acer Liquid Leap (99 €) 

Acer Liquid Leap
Acer a récemment présenté le Liquid Leap, dont le petit écran est tactile. Même promesse marketing que pour la plupart des bracelets connectés : « suivre notre activité pour une vie plus saine »… Concrètement, le Leap compte les pas et analyse les cycles de sommeil. Petite originalité : lorsqu’il est connecté au smartphone, il alerte l’utilisateur en cas d’appel ou de message (mais il est impossible de répondre) et permet de piloter la musique de sa bibliothèque. L’Acer Liquid Leap est compatible avec Android (4.4 et suivants) et iOS (7.0 et suivants).

 

Les marques de sport

Nike FuelBand  (99 €)

Nike fuel band
Le FuelBand est le premier et le dernier bracelet connecté de Nike. Le géant américain sous-traitera désormais la partie matérielle (fabrication des bracelets) pour se concentrer sur la partie logicielle, à savoir l’application à installer sur son ordinateur, l’application mobile, et surtout les algorithmes d’interprétation des mouvements. Ceux-ci sont particulièrement complexes chez Nike, dans la mesure où son FuelBand (toujours en vente) mesure l’activité à pied, mais aussi dans de nombreux sports (basket, course, base-ball, golf, course à pied, foot, skateboard, tennis, et même snowboard !). Dommage, il ne renseigne pas sur la distance parcourue (utile aux coureurs, par exemple). Nike embarque les utilisateurs dans un univers dans lequel on gagne des « fuels » à mesure de son activité pour remplir sa jauge quotidienne. Le bracelet est un peu encombrant, et il n’est compatible qu’avec les iPhone d’Apple. Mais l’affichage, grâce à des voyants LED en couleur pour la progression, et blancs pour les encouragements, est dynamique et agréable. Quant à l’application mobile FuelBand, elle est bien conçue.

Les résultats de notre test du Nike Fuelband

 

Les spécialistes du GPS… sans puce GPS

Les fabricants d’appareils GPS donnent depuis quelques années dans les montres GPS destinées aux sportifs : coureurs, cyclistes, nageurs, randonneurs. Garmin et Polar proposent aussi leur bracelet.

Garmin Vivofit 2 (129 €)

Garmin Vivofit 2
Garmin a mis à jour son Vivofit avec quelques nouvelles fonctions. Le Vivofit 2 intègre notamment un écran rétroéclairé, ce qui permet de le consulter sans lumière ; il alerte désormais en cas d’inactivité prolongée et offre quelques outils d’analyse de ses séances de sport. Garmin avance une autonomie d’un an.

 

 

Garmin Vivofit (100 €)

garming
Le Garmin Vivofit est simple et complet, mais sans exubérance. Robuste et étanche, il offre toutes les fonctions de base d’un bracelet connecté : podomètre, distance parcourue, suivi du sommeil, calories brûlées (quoique au cours de notre prise en main, nous ayons soi-disant dépensé 1 058 calories en 3 500 pas : complètement irréaliste !). Il est livré avec deux bracelets, un petit et un plus grand, et fonctionne avec des piles (2 × CR1632). Il n’a donc pas besoin d’être rechargé tous les jours. Autre avantage, il est compatible avec Android et iOS (version 7 et ultérieures). L’application Garmin Connect, qui sert d’interface sur le smartphone, est basique mais efficace. Notez que le Vivofit est aussi vendu en pack avec une ceinture cardiofréquencemètre (149 €).

Les résultats de notre test du Garmin Vivofit

 

Polar Loop (80 €)

polar loop
Polar se distingue en proposant son Loop avec un seul bracelet que l’utilisateur doit couper lui-même pour l’ajuster à son poignet. Le petit écran composé de LED rouges affiche les informations nécessaires : nombre de pas, heure, calories brûlées, etc. Il suffit de l’effleurer pour faire défiler le menu, mais il ne fonctionne que s’il est en contact avec la peau (capteur situé en dessous). Comme plusieurs autres modèles, le Loop vous enverra une alerte si vous êtes inactif depuis trop longtemps (assis plus de 1 heure, par exemple). Les coureurs pourront surveiller leur fréquence cardiaque avec une ceinture à acheter en option (55 € environ). Il est compatible avec iOS et Android (4.3 et ultérieurs).

Les résultats de notre test du Polar Loop

 

Les autres modèles

iHealth Edge (80 €) 

iHealth Edge
iHealth propose, entre autres accessoires de santé connectée (tensiomètre, balance, lecteur de glycémie, etc.), ce bracelet de suivi d’activité. Il mesure le nombre de pas effectués, la distance parcourue et le nombre de calories brûlées. Une application, disponible pour iOS (7 et suivants), Android (4.4 et suivants) et Windows Phone (ce qui est rare), permet de suivre les données dans le temps. L’appareil est livré avec 4 bracelets en plastique (orange, noir, rose, gris) et avec un bracelet en tissu pour la nuit (suivi du sommeil). Il peut aussi être porté à la ceinture (clip fourni), une position qui offre généralement plus de précision. 

 

Terraillon Activi-T Band (50 €)

terraillon
Le français Terraillon, connu pour ses pèse-personnes et ses balances culinaires, a lancé tout une gamme de produits dédiés au « bien-être connecté », dont son premier bracelet, l’Activi-T Band. Rien d’original, le bracelet compte les pas et les calories brûlées, mesure la distance parcourue et le temps de sommeil. L’application mobile qui sert de tableau de bord n’est compatible qu’avec les iPhone (à partir de l’iPhone 4S).

 

Misfit Wearable Shine (80 €)

misfit
La première différence avec les autres bracelets saute aux yeux : le Shine ne leur ressemble pas. Misfit Wearable mise incontestablement sur le look pour se différencier. Ce capteur d’activités, petite pastille ronde cerclée de LED, peut être porté au poignet, mais aussi à la ceinture ou en collier (accessoire vendu séparément, 40 € environ). Autre particularité, le Shine sait gérer plusieurs sports (vélo, natation, tennis, etc.) en plus des fonctions de base (podomètre, distance, calories, sommeil). Du surcroît, il est alimenté par une pile (CR032, fournie), ce qui élimine la corvée de recharge quotidiennement. L’application mobile est sobre, mais efficace.

Les résultats de notre test du Misfit Shine

 

Misfit Wearable Flash (50 €)

Misfit Wearable Flash
Le même, en moins cher (et en moins beau). Voilà comment situer le Flash par rapport au Shine. Ce bracelet tout en plastique perd l’aspect « bijou » de son prédécesseur. Mais il offre les mêmes fonctions et le même système d’indications par petites LED situées sur le pourtour du cadran. Une différence toutefois, alors qu’il fallait tapoter le Shine pour afficher les progrès de la journée (ou l’heure), il suffit de « cliquer » sur le Flash, qui se comporte comme un bouton. Nos tests permettront de vérifier l’efficacité du système.

 

Epson Pulsense PS-100 (110 €) et PS-500 (150 €)

Epson Pulsense PS-100 et PS-500
Ni très confortable, ni très fiable dans la durée (les mesures ne sont pas toujours cohérentes d’une fois sur l’autre), le Pulsense PS-100 ne nous a pas laissé un souvenir impérissable. Ce bracelet offre toutes les fonctions basiques (pas, calories, fréquence cardiaque, sommeil), sans se distinguer de la concurrence. Même chose pour le PS-500, dont la principale différence réside dans la présence d’un écran pour afficher plus clairement les informations.

Les résultats de notre test de l’Epson Pulsense PS-100

→ Test Que Choisir : Comparatif Bracelets connectés

Camille Gruhier

cgruhier