Vernis à ongles

Vernis à ongles

Le protocole

Publié le : 24/06/2016 

Les vernis à ongles sont trop souvent pollués par des ingrédients nocifs. Rares sont les références qui allient composition acceptable et qualités cosmétiques. La preuve par le test de 16 produits parmi les plus prisés.

 

Efficacité

Les tests ont été effectués en laboratoire selon des protocoles spécifiques inspirés des tests de peinture.

Test conso

Il a été mené à l’aveugle par seize utilisatrices régulières de vernis qui devaient juger chaque référence sur la facilité d’application, le rendu (couleur semblable à celle attendue, brillance, homogénéité, couvrance), l’odeur et la rapidité de séchage. Elles ont aussi donné une appréciation globale.

Substances chimiques indésirables

Elles ont été dosées en laboratoire, à l’exception des « autres perturbateurs endocriniens », pour lesquels une lecture de listes d’ingrédients a été effectuée.

Note finale

Elle est assortie d’un facteur limitant : la présence de perturbateurs endocriniens particulièrement préoccupants (phtalates et styrène) est rédhibitoire et ne permet pas d’obtenir plus de 8/20. Cela explique le nombre important de mauvaises notes : ce n’est qu’une fois cette limite appliquée que les vernis sont classés selon les autres critères.

Chimie

Effets nocifs en tout genre

Qu’elles soient introduites volontairement ou qu’elles aient contaminé les formules, les substances recherchées présentent divers effets toxiques. Le phtalate (DEHP) retrouvé dans la référence Avril est un perturbateur ­endocrinien (PE) avéré et un toxique pour la reproduction. Le styrène est aussi un PE pour lequel des effets ont été constatés chez l’homme. Les « autres perturbateurs endocriniens », dont le triphenyl phosphate ne sont a priori pas les plus préoccupants des PE, mais leur présence devrait être évitée. Les métaux lourds recherchés sont nombreux, nous avons retrouvé du chrome et du plomb en très faible quantité et surtout des sels de baryum, toxiques notamment pour le cœur. Le méthyl méthacrylate est un allergène et peut entraîner des dommages sur les ongles et les mains. Il est interdit aux États-Unis et au Canada. Les nitrosamines sont des cancérogènes possibles dont les teneurs sont réglementées. Le formaldéhyde est classé cancérogène certain, il se révèle aussi très irritant à faible dose pour le nez, les yeux, la gorge et peut déclencher des réactions allergiques. Les hydrocarbures aromatiques volatils (benzène, toluène, etc.) sont toxiques via l’inhalation lors de la pose.

Fonctionnement du service de comparaison

Les produits et services sont classés selon les résultats obtenus lors de nos tests à partir d’un protocole établi par nos experts. Les résultats sont publiés selon un classement basé sur les qualités intrinsèques des produits et sur celles des prestations de service, sans aucune autre considération. Nous achetons de façon anonyme tous les produits que nous testons, nous n’avons aucun lien avec les fabricants, fournisseurs ou distributeurs des produits et services testés, à l’exception des autorisations données par Bureau Veritas Certification conformément aux règles de La Note Que Choisir. Notre classement est totalement indépendant, aucune relation commerciale avec les fabricants, fournisseurs ou distributeurs ne peut avoir d’impact sur ce dernier. Les prix indiqués et les informations sur la disponibilité des produits mentionnés sur notre site sont fournis à titre indicatif et sont actualisés tous les jours. L’offre de produits et services étant pléthorique, nous ne prétendons pas pouvoir tester l’exhaustivité d’un marché. Nous sélectionnons les produits et services les plus représentatifs d’un segment de marché.

Fabienne Maleysson

Contacter l’auteur(e)

Gaëlle Landry

Rédactrice technique