Coupé et cabriolet Comment choisir un coupé ou un cabriolet

Coupé et cabriolet

Comment choisir un coupé ou un cabriolet

Les coupés et cabriolets ont une vocation plaisir et offrent des avantages uniques avec, en premier lieu, une ligne originale. C’est d’ailleurs généralement le critère esthétique qui prime sur tous les autres car ce sont souvent des véhicules exclusifs, les plus petits d’entre eux ne disposant que de deux places. 

 

→ Test Que Choisir : Essai Coupés et cabriolets

Lors de l’achat d’un coupé ou d’un cabriolet, il ne faut pas se laisser aveugler par le seul côté esthétique. Il est conseillé d’avoir toujours en tête le budget maximum que l’on peut allouer à l’achat, sans oublier l’entretien.

Maîtriser son budget

Qu’il soit cabriolet (avec une capote en toile), CC (pour coupé-cabriolet, avec toit escamotable rigide) ou coupé, ce type de voiture se révèle assez cher à l’achat. Et ce n’est qu’un début car il est important de prévoir un budget de fonctionnement élevé. Déjà, le montant de l’assurance est généralement supérieur à celui d’une berline car il s’agit de modèles souvent puissants et plus sujets au vol. De même, en cas de pépin, la facture de réparation peut rapidement grimper en flèche si le carrossier doit intervenir sur le mécanisme d’ouverture de la capote ou du toit par exemple. Enfin, la consommation peut également s’accroître car les moteurs montés sous leur capot sont souvent les versions les plus puissantes de la gamme. Rouler cheveux au vent en cabriolet est également un autre facteur de surconsommation.

Essai routier indispensable

Parmi les cabriolets, les toits rigides remplacent avantageusement depuis quelques années les modèles traditionnels avec une capote en toile : on a les avantages d’un coupé (protection, confort acoustique…) et celui d’un cabriolet avec la possibilité de replier le toit. Mais, dans tous les cas, l’achat demande une préparation minutieuse, à commencer par un test en condition réelle sur route. Ceci afin d'écouter les éventuels bruits à vive allure, toit ouvert et toit fermé. En effet, sur une découvrable, la moindre mauvaise jointure peut vite être source d'inconfort sonore lorsque le toit est fermé. Écoutez également les bruits lorsque le toit est ouvert, et voyez si les turbulences ne sont pas trop gênantes. Évaluez également la visibilité vers l’arrière. Certains cabriolets souffrent en effet d'un champ de vision limité en raison d’une vitre arrière de très petite taille. De même, préférez un modèle qui possède une vitre arrière en verre plutôt qu’en plastique (surtout sur les anciennes générations). Déjà, cela vous permettra de disposer d’un système de dégivrage très utile en hiver. Ensuite, la longévité sera meilleure car les plastiques, de qualité moyenne, jaunissent ou deviennent opaques dans le temps.

Attention à la protection

Les voitures sont toutes soumises à des crash tests pour vérifier leur résistance aux chocs. Mais, concernant les cabriolets, aucune mesure n’est prise en cas de retournement. Il est donc important de vérifier les solutions sur le modèle convoité. Et cela varie beaucoup d’un constructeur à l’autre. Par exemple, si les véhicules haut de gamme, et donc très chers, comme les Porsche et Mercedes sont à coup sûr équipés de série de systèmes efficaces (arceau à déploiement automatique en cas de retournement ou intégré dans les appuie-tête), rien n’est moins sûr pour les autres. S’il s’agit d’un cabriolet (avec toit en toile donc), jaugez la qualité de la capote (triple épaisseur, présence d’un insonorisant…). Enfin, certains modèles peuvent même être découverts en roulant, à faible allure : un plus appréciable.

Les détails qui font la différence

Selon les versions, le coffre peut être d’un volume normal lorsque la capote est dépliée mais devenir ridicule si l’on souhaite décapoter. Dans ce cas, il faut faire très attention aux objets placés dans le coffre afin qu’ils n’abîment pas le mécanisme de la capote. Certains constructeurs, comme Renault sur sa Mégane coupé-cabriolet, proposent des solutions pratiques pour contrôler le niveau de remplissage du coffre : une toile, installée d’origine, fait office de jauge et doit pouvoir être déroulée au-dessus des bagages sans quoi le toit ne pourra être activé. Détaillez également l’ouverture, le volume et la forme du coffre qui doivent rester pratiques, contrairement à ce que l’on trouve, par exemple, sur la petite Citroën DS3 Cabrio. En effet, si son volume de coffre est très proche de celui proposé sur la berline, son ouverture ne permet pas d’y introduire une grosse valise. Il faudra alors la passer par l’intérieur pour la charger, ce qui n’est pas vraiment pratique.

→ Test Que Choisir : Essai Coupés et cabriolets